ELMESMAR

Think-Tank pour vous ūüėĀ Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard d√©cal√© sur l'actu et l'histoire -depuis 2013ūüôąūüôČūüôä

résumé

vendredi 9 avril 2021

avril 09, 2021

La chanson à boire


 



Une chanson à boire est une chanson de fin de repas qui encourage la consommation de vin, parfois plus largement d'alcool. Les chansons à boire sont généralement interprétées en groupe : pour les repas de famille, les banquets de mariage, les fêtes étudiantes.

 

M√™me s'il est difficile d'√©tablir un mod√®le commun √† toutes les chansons √† boire, celles-ci partagent au moins les traits suivants :

  • la pr√©sence de nombreuses incitations explicites √† la consommation ;
  • des passages pr√©vus pour s'arr√™ter de chanter et boire un verre cul-sec ;
  • la grande vari√©t√© des m√©lodies : si certaines sont peu √©labor√©es, ne comportant qu'une ou deux phrases musicales et une faible √©tendue vocale, d'autres au contraire requi√®rent une grande tessiture ou b√©n√©ficient d'une polyphonie savante — par exemple, le c√©l√®bre Tourdion, publi√© par Pierre Attaingnant au XVIe si√®cle.

Le style musical de la chanson √† boire la rapproche beaucoup de la chanson paillarde, et cette derni√®re peut √™tre une chanson √† boire en m√™me temps. On note cependant que la r√©ciproque est fausse : une chanson √† boire n'a pas pour but d'√™tre grivoise. 

source : Wikip√©dia 

 
 
La voici :)


avril 09, 2021

Hacking: Slowloris le Termintator de serveur web


 Slowloris est un script √©crit en Perl par Robert "RSnake" Hansen qui permet √† une seule machine de faire tomber un serveur web en utilisant une bande passante minimale et des effets de bords sur des services et des ports sans rapport.

Slowloris utilise une attaque de type DoS (attaque par d√©ni de service), il affecte en particulier les serveurs Apache 1.x et 2.x qui repr√©sentent 67 % des serveurs sur le net.

Slowloris essaye de garder beaucoup de connexions ouvertes avec le serveur et les conserve le plus longtemps possible. Il l'accomplit en ouvrant des connexions avec la cible et lui envoyant une requ√™te partielle. P√©riodiquement il envoie des headers HTTP, mais sans terminer la requ√™te. Les serveurs vis√©s vont conserver leurs connexions ouvertes, remplissant leur pool de connexion concurrente, et finalement emp√™che des connexions ult√©rieures des clients.

Le principe de ce petit script Perl est d’envoyer des requ√™tes HTTP partielles, √† intervalle r√©gulier, afin de garder les sockets ouverts. Slowloris initie donc une requ√™te GET vers le serveur cible, il y a un √©change entre les deux entit√©s, comme le ferait n’importe quel client HTTP vers le serveur, or ici slowloris va faire en sorte que l’√©change ne se termine jamais. Slowloris ne va pas envoyer les s√©quences attendues par le serveur mais lui fournira de temps en temps un en-t√™te bidon qui sera ignor√© par le serveur, mais qui permettra de maintenir la connexion TCP ouverte, emp√™chant ainsi le socket d’√™tre ferm√©. Le serveur devient rapidement satur√©, aboutissant au d√©ni de service.


Pour se proteger: 

Au niveau du code PHP

Il n'y a pratiquement rien à faire pour palier cette attaque au niveau du code PHP, donc il faut surtout miser sur la configuration du serveur et la sécurisation du réseau qui abrite celui-ci.

Au niveau de la configuration du serveur et du réseau

Bonne configuration du serveur Web

Pour perfectionner la s√©curit√© contre les DoS de mani√®re g√©n√©rale on peut d√©j√† commencer par bien configurer le serveur Web. Dans le cas du serveur Apache on peut revoir les directives suivantes (pr√©sentes dans le fichier de configuration principal apache2.conf ou httpd.conf):

  • MaxConnPerIP: permet de d√©finir le nombre maximal de connexions par adresse IP unique.
  • MaxClients: d√©finie le nombre maximal de requ√™tes simultan√©es.
  • KeepAlive: D√©finissent si les requ√™tes multiples doivent √™tre envoy√©es sur la m√™me connexion TCP. Il se trouve que des fois, une page Web contient beaucoup d'√©l√©ments qui sont charg√©s ind√©pendamment (images, vid√©os...) et qui font chacune l'objet d'une nouvelle requ√™te. Pour ne pas cr√©er autant de connexion TCP que de requ√™tes on active cette directive avec la valeur On.



Mitigation des attaques DoS

Il s'agit d'un ensemble de techniques qui visent à atténuer l'impact des attaques DoS. La plupart des hébergeurs les utilisent au sein de leurs réseaux pour surmonter les risques d'une telle attaque.

Utilisation d'un Reverse Proxy

Un reverse Proxy sert d'intermédiaire entre le réseau externe et le réseau interne. Il est donc en mesure d'encaisser tous les coups à la place du serveur Web mais il est conçu pour être plus résistant à de tels aléas.

Utilisation d'IPS applicatifs

Les IPS applicatifs sont des modules pour le serveur Web (ou des logiciels indépendants) qui permettent de filtrer les requêtes et détourner les menaces. Ils sont en mesure de reconnaitre les requêtes incomplètes et les rejeter ensuite, libérant ainsi le pool du serveur.


source: Wikipédia, chiny, ...

avril 09, 2021

Hacking: Cain and Abel le violeur de compte


 Est un outil gratuit de r√©cup√©ration de mot de passe qui fonctionne sous Windows. Il permet la r√©cup√©ration facile de divers genres de mots de passe en sniffant le r√©seau, cassant des mots de passe hach√©s en utilisant des attaques par dictionnaire, par recherche exhaustive ou encore via des tables arc-en-ciel.

Ceux qui veulent verifier si une boite mail ou n'importe quel compte est violable ou pas ...
Astuce : Pour connaitre la puissance de vos mots de passe , n'hesitez pas √† le verifier sur ce site https://www.numerama.com/tech/366735-comment-verifier-sans-risque-la-solidite-de-son-mot-de-passe.html :) 

lundi 5 avril 2021

avril 05, 2021

Simo Häyhä, surnommé la mort blanche, le plus grand tireur de tous les temps

 


1 avril 2002, il nous quittait. Simo H√§yh√§ est Finlandais,il combattit contre les Russes pendant la guerre d'hiver. 

Il a au compteur plus de 500 victimes et il utilisait que la mire de son fusil,pas de lunette. Il gardait aussi de la neige dans sa bouche pour que la vapeur de sa respiration ne le trahisse pas. Il √©tait capable de rester des heures sans bouger, l√©g√®rement enseveli sous la neige,√† des temp√©ratures comprises entre -20 et −40°c. 

Le 6 mars 1940, H√§yh√§ re√ßoit une balle dans la m√Ęchoire.Il est ramass√© par des soldats alli√©s qui affirm√®rent √† son propos « qu'il lui manquait la moiti√© de la t√™te ». Il reprend conscience le , jour o√Ļ la paix est sign√©e.

Peu de temps apr√®s la guerre, H√§yh√§ est promu du grade de alikersantti (caporal) √† celui de v√§nrikki (sous-lieutenant) par le mar√©chal Carl Gustaf Emil Mannerheim.

Apr√®s la guerre, il s'est r√©tabli et est devenu, apr√®s la Seconde Guerre mondiale, un chasseur d'orignal et un √©leveur de chiens. Il a m√™me chass√© avec le pr√©sident finlandais Urho Kekkonen.



avril 05, 2021

Tajma√Ęt, un mod√®le ancestral, un s√©nat des tribus amazighes

  

 La djema√Ę, ou tajma√Ęt, est un terme qui d√©signe la place publique en Kabylie, un espace de rencontres o√Ļ les villageois se retrouvent quotidiennement. C’est surtout le lieu, situ√© g√©n√©ralement au centre du village, o√Ļ se r√©unissent les membres de l’assembl√©e populaire villageoise. Il s’agit en somme d’une mini-agora, accueillant les acteurs et les structures de gouvernance des affaires publiques, selon un mod√®le ancestral de prise de parole et de d√©lib√©rations participatives au sein des tribus amazighes.

  Par Sami Ghezlaoui

De tout temps, le fonctionnement de cette tajma√Ęt kabyle – √† la fois autorit√© politique, sociale, √©conomique et judiciaire – a √©t√© encens√© comme √©tant une incarnation des id√©aux de la d√©mocratie, de l’√©galit√© et de la libert√©. D√©crivant des «villages farouchement ind√©pendants», Albert Camus verra dans le droit coutumier les r√©gissant, une «Constitution… l’une des plus d√©mocratiques qui soit» (Mis√®re de la Kabylie, 1939).

De son c√īt√©, Mouloud Feraoun √©tablit une comparaison, de forme et de fond, entre la tajma√Ęt et l’agora grecque : «J’ai vu de minuscules maisons de pierre tout √† fait semblables aux n√ītres, dans un village sans √©lectricit√© et sans eau, o√Ļ la place publique figurait assez bien la djema√Ę et je me suis assis sur une dalle pour √©couter M. le maire nous faire part de quelque projet mirifique qui allait apporter le progr√®s dont r√™vent tous les montagnards et qui n’arrive jamais √† eux» (Le voyage en Gr√®ce, 1961).

Selon l’anthropologue, sp√©cialiste du monde berb√®re, Tassadit Yacine, que nous avons interrog√©e sur le sujet, «Tajma√Ęt est un espace socioculturel et politique tr√®s r√©pandu en M√©diterran√©e depuis l’Antiquit√©, comme l’atteste l’architecture de plusieurs villages, non seulement en Kabylie mais ailleurs en Alg√©rie et dans d’autres pays (Maroc, Tunisie, √éles Canaries, etc.). Les recherches arch√©ologiques ont prouv√© que les populations m√©diterran√©ennes concevaient ces espaces d’une mani√®re tr√®s particuli√®re, puisque la place publique est une partie int√©grante de l’architecture villageoise, g√©n√©ralement construite en pierre au milieu du village».

Domination masculine !

D’apr√®s l’anthropologue Azzedine Kinzi, la tajma√Ęt est une «institution villageoise» qui admet en son sein des «ayants droit» auxquels elle reconna√ģt des droits et des devoirs. Ceux-ci sont «exclusivement des hommes majeurs» (l’√Ęge de la majorit√© dans les villages a √©volu√© pour se stabiliser actuellement √† la norme l√©gale de 18 ans). De ce fait, bien qu’√©galitaire et d√©mocratique entre les hommes, l’espace public kabyle est interdit aux femmes et ne reconna√ģt pas le concept de parit√©, du moins dans sa d√©finition moderne.

Au-del√† des postes de responsabilit√© strictement masculins – amin (chef) ou aqarru n taddart (litt√©ralement «’la t√™te du village»’), uqil (adjoint de l’amin, occupant souvent la fonction de tr√©sorier), temmans (pluriel de tamen, repr√©sentant de chaque famille), etc., la gent f√©minine est bannie de tajma√Ęt √† quelques exceptions pr√®s. «Chaque famille y est repr√©sent√©e officiellement au moins par un √©l√©ment, g√©n√©ralement le plus √Ęg√©, qui a le droit de parler en son nom, mais d’autres, y compris les tr√®s jeunes, peuvent assister aux r√©unions publiques.

Une famille qui n’a pas d’hommes peut n√©anmoins √™tre repr√©sent√©e par une femme d’un certain √Ęge, g√©n√©ralement m√©nopaus√©e. Elle assiste aux assembl√©es un peu √† l’√©cart et n’intervient que quand il s’agit d’une question vraiment importante, notamment concernant sa famille», indique Yacine, qui √©voque une «repr√©sentativit√© masculine». Quant √† Pierre Bourdieu, il a th√©oris√© ce qu’il appela la «domination masculine» √† partir de l’analyse de la soci√©t√© traditionnelle kabyle en mati√®re d’organisation de la vie publique et de la division du travail (La Domination masculine, 1998).

C’est pourquoi, particuli√®rement depuis les ann√©es quatre-vingts, certaines f√©ministes sont mont√©es au cr√©neau pour d√©noncer un «syst√®me de domination», qui soumet la femme, voire l’asservit. A ce propos, Mme Yacine est marqu√©e par une anecdote : «Lors d’une conf√©rence √† Paris, Mouloud Mammeri parlait de la d√©mocratie kabyle. Ce qui n’a pas plu du tout √† une militante f√©ministe qui y assistait. Elle lui a rappel√© p√™le-m√™le que les femmes n’√©taient pas repr√©sent√©es dans les assembl√©es de tajma√Ęt et n’avaient pas le droit ni √† la parole, ni √† la prise de d√©cision, ni √† l’h√©ritage, etc. »

Alors que certains expliquent cette exclusion des femmes kabyles de l’espace public villageois par le poids de l’h√©ritage culturel des soci√©t√©s berb√®res archa√Įques, et d’autres par l’impact de l’islamisation de l’Afrique du Nord qui avait donn√© naissance √† des soci√©t√©s maghr√©bines patriarcales, notre interlocutrice la renvoie √† «la g√©rontocratie m√©diterran√©enne contr√īl√©e par des chefs de famille dans des soci√©t√©s patrilin√©aires».

Elle en veut pour preuve la présence de traces du même système dans quelques régions de pays non musulmans (Grèce, Italie, Espagne, etc.). Par ailleurs, certains villages berbères (par exemple dans les Aurès, selon Bourdieu) accepteraient la participation directe des femmes à la gestion des affaires publiques. Il existe aussi quelques sociétés berbères très matrilinéaires (par exemple chez les Touareg).

Ruse sociale

En r√©alit√©, m√™me la tajma√Ęt kabyle n’est pas tout √† fait exempt√©e de l’influence des femmes. Celles-ci y exercent une sorte de «d√©mocratie indirecte» ou une «d√©mocratie par substitution».

Dans le but de comprendre cela, elle affirme qu’«il faut absolument faire le distinguo entre la repr√©sentation officielle, visible et ext√©rioris√©e, et tout ce qui se trame dans les coulisses. Les femmes kabyles sont directement partie prenante dans les affaires publiques. Elles sont domin√©es, mais pas du tout soumises. C’est-√†-dire, qu’elles acceptent un ordre √©tabli, tacite et int√©rioris√©, mais tout en s’y adaptant. Elles respectent la loi du village, du moins elles ne l’enfreignent pas».Quoiqu’elles ne soient pas pr√©sentes physiquement dans l’espace des d√©lib√©rations, l’qanun n taddart (droit coutumier du village) le leur interdisant, dans certains cas, il leur est impos√© √©galement une restriction de leur libre circulation √† l’int√©rieur et √† l’ext√©rieur du village ainsi qu’une tenue vestimentaire, dite «d√©cente», portant singuli√®rement amendil (un couvre-chef f√©minin traditionnel), les femmes kabyles participent pourtant √† la prise de d√©cision au sein de tajma√Ęt en donnant des instructions (avis, suggestions, etc.) aux hommes de la famille (fils, maris, fr√®res, etc.) en ce qui concerne des ordres du jour pr√©√©tablis ou des sujets qu’il leur importe de soumettre au d√©bat. C’est une r√©alit√© pouvant s’apparenter √† une hypocrisie sociale, mais Tassadit Yacine pr√©f√®re plut√īt l’expression de «ruse sociale».

A ce niveau, il faut souligner qu’il est plus juste de parler de «villages kabyles», plut√īt que du «village kabyle». Malgr√© des r√®gles g√©n√©rales plut√īt communes, il y a effectivement une autonomie villageoise assez forte, y compris par rapport au r√īle de la femme dans la vie publique.

D’ailleurs, dans le pass√©, des tribus kabyles en conflit recoururent souvent √† des d√©l√©gations de femmes pour mener des pourparlers et des n√©gociations afin d’√©viter la guerre ou de r√©tablir la paix. Durant la guerre de Lib√©ration nationale, les femmes kabyles jouaient des r√īles de premier plan dans des «tajma√Ętes clandestines» (ou «souterraines» pour reprendre l’appellation de Bourdieu). Jusqu’√† maintenant, certains villages acceptent la participation des femmes aux obs√®ques traditionnelles dans les cimeti√®res (elles y vont dans un cort√®ge √† part, bien derri√®re celui des hommes), etc.

Il y a, en outre, des activit√©s publiques g√©r√©es exclusivement par des femmes (rituel d’Anzar pour invoquer la pluie lors des p√©riodes de s√©cheresse, f√™tes de lewada (offrande), etc.). Alors qu’elles ne participent pas aux travaux collectifs masculins de tiwizi (entraide √† finalit√© d’int√©r√™t g√©n√©ral ou de solidarit√©), les femmes ont le droit d’offrir ou de demander amedwel √† d’autres femmes (√©change de services ou pr√™t de travail) pour la cueillette des olives, le tissage, la fabrication des poteries, etc.

Partage sexuel des r√īles socio-politiques

Toutes ces consid√©rations seraient li√©es √† un partage sexuel ancestral des r√īles socio-politiques et du travail dans la «communaut√© villageoise». «Les individus sont contraints d’adh√©rer √† l’organisation sociale du village et de respecter les normes et lois l√©gitim√©es par la communaut√© villageoise. L’honneur du Kabyle, homme et femme, est per√ßu √† travers son appartenance et sa fid√©lit√© √† une m√©moire collective et √† un ordre social ancestral (taqbaylit).

Ainsi, il concentre ses efforts afin d’√©viter des sanctions sociales, pouvant aller jusqu’√† l’exclure de l’ordre l√©gal du village (toufik). Une telle exclusion est consid√©r√©e comme un d√©shonneur au plan moral et lui fait perdre, et parfois √† sa famille, les droits de solidarit√© et de jouissance des biens collectifs du village», rappelle Mohamed Achir, enseignant-chercheur √† l’universit√© Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Sp√©cialiste de l’√©conomie sociale et solidaire en Kabylie, il pr√©cise que «cette organisation sociale a √©t√© r√©activ√©e d’une mani√®re importante √† partir des ann√©es 1990 afin de prendre en charge les besoins socio-√©conomiques des citoyens dans les villages kabyles.

La d√©marche est d√©sormais bas√©e sur le concept de d√©veloppement solidaire auquel contribuent largement les structures traditionnelles incarn√©es par les comit√©s de village». Depuis les ann√©es quatre-vingt, le «comit√© de village» s’est substitu√© en effet √† la tajma√Ęt dans la pratique et dans l’imaginaire collectif kabyle. V√©ritable autorit√© morale et instance gouvernementale sur le territoire du village, nonobstant son statut juridique qui ne d√©passe pas celui d’une association √† caract√®re social (loi des associations de 2012), le «comit√©» a h√©rit√© des pr√©rogatives de tajma√Ęt en mati√®re d’application de droit coutumier et d’administration socio-√©conomique. Mais √† son inverse, il donne une place pr√©pond√©rante aux jeunes.

Cependant, cette restructuration n’a toujours pas b√©n√©fici√© pleinement aux femmes. Celles-ci, cherchant des alternatives pour participer davantage √† la vie publique du village sans «offusquer» la tradition, ont opt√© pour des «assembl√©es parall√®les» sous forme d’associations, qu’elles soient mixtes (associations culturelles) ou f√©minines (associations de femmes).

C’est leur mani√®re de se r√©approprier l’espace public villageois et d’y d√©fendre l’√©mancipation de la femme rurale ainsi que l’√©galit√© femme-homme sur certains sujets, en mati√®re d’h√©ritage par exemple. Contrairement √† ce que pensent certains, l’exh√©r√©dation des femmes kabyles n’a rien √† voir avec la religion musulmane, mais avec le droit coutumier instaur√© par les tajma√Ęts pour des «raisons politico-√©conomiques». Yacine est cat√©gorique : «De toute fa√ßon, l’imam du village n’avait m√™me pas le droit de participer aux d√©lib√©rations de tajma√Ęt, qui gardait un aspect de s√©cularisation et de la√Įcit√© pratique.

C’est seulement en 1749 que 17 tribus kabyles se sont r√©unies √† Djem√Ęa Saharidj (Mekla – Tizi-Ouzou, ndlr) et ont d√©cid√© d’exh√©r√©der les femmes afin d’√©viter le transfert de terres entre familles et, surtout, entre tribus (parfois ennemies). C’√©tait un arrangement pragmatique qui a satisfait tout le monde, vu la sacralit√© de la terre et de sa transmission chez les Kabyles de l’√©poque.»

Donc, il va de soi que toutes ces discriminations du genre n’ont pas lieu de subsister encore aujourd’hui. Il suffit juste de pers√©v√©rer √† casser les tabous progressivement. Les femmes kabyles peuvent et doivent s’impliquer davantage dans la sph√®re publique du village. L’id√©al serait d’arriver √† constituer des assembl√©es villageoises mixtes, mais ce serait aussi bien de p√©renniser l’id√©e d’un syst√®me de d√©lib√©rations publiques √† deux coll√®ges √©gaux, celui des femmes et celui des hommes

Par Sami Ghezlaoui / EL WATAN

samedi 27 mars 2021

mars 27, 2021

L'histoire tragique de Jean-Pierre Adams, le joueur français qui est dans le coma depuis 39ans pour une erreur médicale

 N√© √† Dakar, Jean-Pierre Adams est √©lev√© par une grand-m√®re s√©n√©galaise que l'amour de la religion catholique am√®ne en p√®lerinage √† Montargis, dans le Loiret, pour y d√©poser le jeune gar√ßon, √Ęg√© de huit ans, dans une √©cole religieuse. Des parents adoptifs de bonne volont√© et le football lui permettront d'√©chapper √† l'Assistance publique. Adams est un ancien √©l√®ve de l'√©cole Saint-Louis de Montargis.

Il se marie en avril 1969 avec Bernadette Adams. Leur premier fils, Laurent, n√© en d√©cembre 19693, est par la suite entra√ģneur des moins de 18 ans du Football Club Aregno-Calvi, en Corse. Il s'est reconverti apr√®s avoir pass√© une ann√©e au sein de la Division d'Honneur de Calvi en tant que joueur. Le couple a un deuxi√®me enfant, Fr√©d√©ric.

A Chalon-sur-Sa√īne √† partir d'ao√Ľt 1980, il trouve un emploi √† l'√©tablissement Moreau Sports. Le 17 mars 1982, op√©r√© d’une rupture du tendon au genou, l’anesth√©siste se trompe dans les dosages et plonge l’international fran√ßais dans le coma. En 2021, il est dans sa 39√®me ann√©e sans √™tre sorti de cet √©tat.
 

Son épouse Bernadette Adams s'occupe de lui dans leur maison.Jean respire sans aucun appareil.

Peut-√™tre qu'il se r√©veillera un jour. 


 

vendredi 26 mars 2021

mars 26, 2021

Il y a 1600 ans, le jour de l'Annonciation, le 25 mars 421, à midi, était fondée Venise


 

Il y a 1600 ans, le jour de l'Annonciation, le 25 mars 421, à midi, était fondée Venise

Indication fabuleusement précise, à laquelle certains annalistes ajoutent même l'heure attribuée à la fondation de Venise, dans l'abri des lagunes, par une délégation de magistrats de Padoue, à la suite des premières invasions barbares. On la rencontre comme acceptée déjà dans les Annales d'Andrea Dandolo, le doge historien, composition rédigée au temps (1343-1354) de son principat. On la retrouve dans nombre de chroniques vénitiennes courantes qui débutent par une sorte de vie d'Attila, suivie du récit de la campagne d'invasion des Huns en Vénétie, événement qui provoque la création de Venise par des émigrés de Padoue, dans le refuge des lagunes.
 
source: blog de Luc-henri-roger
mars 26, 2021

Ted et Otto, deux ours en peluches très ... 0O

 
Souvent je dis, que l'influence est présente dans toute création. Jamais de nouveau sans traditionnel.
En réfléchissant :
Ted la peluche vulgaire ne serait-il pas un sosie de Otto la peluche de
Tomi Ungerer


Otto, autobiographie d'un ours en peluche

« J'ai compris que j'√©tais vieux le jour o√Ļ je me suis retrouv√© dans la vitrine d'un antiquaire. J'ai √©t√© fabriqu√© en Allemagne. Mes tout premiers souvenirs sont assez douloureux. J'√©tais dans un atelier et l'on me cousait les bras et les jambes pour m'assembler... »
 

Otto est la peluche de David, un petit enfant juif allemand, lequel a pour compagnon de jeux Oskar, un autre enfant allemand. En jouant, il renverse un encrier sur Otto, lui laissant une marque ind√©l√©bile sur l'Ňďil et l'oreille gauche. Du fait de la politique antijuive du Troisi√®me Reich, la famille de David est rafl√©e pour √™tre d√©port√©e, et David, triste de quitter Oskar, lui donne son ours en peluche.

Lors des bombardements alliés de la libération de l'Europe, Oskar perd Otto dans les décombres de la maison.

Un G.I. noir américain se nommant Charlie ramasse le petit ours en peluche dans les décombres et, peu après, celui-ci le sauve en amortissant l'impact d'une balle allemande et le rebaptise Alamo. Le G.I. blessé serre Otto sur sa poitrine et fait la une des journaux. Otto devient la mascotte de son unité. À son retour de la guerre, le G.I. l'offre à sa petite fille Jasmine. Un jour qu'elle se promène avec Otto dans la rue de son quartier pauvre, des enfants lui arrachent Otto et le malmènent puis l'abandonnent dans une poubelle.

Une clocharde extrait l'ours de cette poubelle et le revend √† un antiquaire. Apr√®s l'avoir r√©par√©, l'antiquaire l'expose dans sa vitrine. Plusieurs ann√©es passent et Oskar, passant devant la vitrine, reconna√ģt la tache d'encre caract√©ristique d'Otto. Otto fait pour la deuxi√®me fois la une des journaux. David, qui a surv√©cu √† la d√©portation et habite √† pr√©sent √† New-York, lit l'histoire d'Oskar dans la presse et le contacte. Les deux amis d'enfance ainsi r√©unis gr√Ęce √† Otto se retrouvent et se racontent leur vie. 

------------------------


Ted (film)

  En 1985, John Bennet est un gar√ßon solitaire de huit ans. Le soir de No√ęl, il fait le vŇďu que son ours en peluche qu'il vient de recevoir √† No√ęl prenne vie et qu'il soit son meilleur ami pour la vie ; son vŇďu sera exauc√© par magie, l'ours Ted (traduction de « Teddy bear ») prend vie et cette histoire devient c√©l√®bre. 27 ans plus tard, en 2012, Ted et John vivent toujours ensemble, mais la pr√©sence de l'ours empi√®te sur la vie de couple de John, depuis quatre ans avec Lori. En effet, John et son ours se comportent comme de grands enfants, passant leur temps √† boire des bi√®res et fumer de la drogue devant des navets, leur pr√©f√©r√© √©tant Flash Gordon.

Ted est un grand s√©ducteur et en tant que f√™tard inv√©t√©r√©, il pousse John √† d√©laisser sa compagne. Aussi, Lori va forcer la main de son petit ami et le pousser √† s'√©loigner de son meilleur ami d'enfance afin de le faire grandir et le rendre plus m√Ľr. Malheureusement, l'immaturit√© des deux comp√®res va conduire Lori √† se tourner vers son patron, plus m√Ľr et accompli.

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits r√©serv√©s" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.