ELMESMAR

Think-Tank (le cabinet de curiositĂ©)😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard dĂ©calĂ© sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

dimanche 14 mai 2023

mai 14, 2023

La lettre d'Albert Einstein pour Roosevelt


 « Monsieur,

Certains travaux rĂ©cents d'E. Fermi et L. SzilĂĄrd, dont les manuscrits m'ont Ă©tĂ© communiquĂ©s, me conduisent Ă  prĂ©voir que l'Ă©lĂ©ment uranium peut devenir une source nouvelle et importante d'Ă©nergie dans un futur immĂ©diat. Certains aspects de la situation qui est apparue me semblent demander une attention, et si nĂ©cessaire, une action rapide de la part de l'Administration. Je pense donc qu'il est de mon devoir d'attirer votre attention sur les faits et recommandations suivants :

Ces quatre derniers mois, il est devenu possible grĂące aux travaux de Joliot en France ainsi que ceux de Fermi et SzilĂĄrd en AmĂ©rique, de dĂ©clencher une rĂ©action en chaĂźne nuclĂ©aire avec de grandes quantitĂ©s d'uranium. GrĂące Ă  elle, une grande quantitĂ© d'Ă©nergie et de grandes quantitĂ©s de nouveaux Ă©lĂ©ments similaires au radium pourraient ĂȘtre produits. Maintenant, il semble presque certain que ceci pourrait ĂȘtre atteint dans un trĂšs proche avenir.

Ce nouveau phĂ©nomĂšne pourrait conduire Ă  la construction de bombes et il est concevable, quoique bien moins certain, que des bombes d'un nouveau type et extrĂȘmement puissantes pourraient ĂȘtre assemblĂ©es. Une seule bombe de ce type, transportĂ©e par bateau et explosant dans un port, pourrait trĂšs bien dĂ©truire l'ensemble du port ainsi qu'une partie de la zone aux alentours. Toutefois, de telles bombes pourraient trĂšs bien s'avĂ©rer trop lourdes pour un transport aĂ©rien.

Les États-Unis n'ont que du minerai pauvre en uranium et en quantitĂ© modĂ©rĂ©e. Il y a de bons filons au Canada et dans l'ancienne TchĂ©coslovaquie mais les sources les plus importantes se trouvent au Congo belge.

Eu Ă©gard Ă  ces Ă©lĂ©ments, vous pouvez penser qu'il serait dĂ©sirable d'avoir un contact permanent entre l'Administration et l'Ă©quipe de physiciens qui travaillent sur les rĂ©actions en chaĂźne en AmĂ©rique. Une maniĂšre possible de rĂ©aliser cela serait de donner mission Ă  une personne qui a votre confiance, et qui pourrait peut-ĂȘtre jouer ce rĂŽle Ă  titre officieux. Sa tĂąche pourrait consister Ă  :

a) se mettre en rapport avec les dĂ©partements gouvernementaux, pour les informer des dĂ©veloppements Ă  venir, et faire des recommandations pour l'action du Gouvernement, en portant une attention particuliĂšre au problĂšme de la prĂ©servation de l'approvisionnement en minerai d'uranium pour les États-Unis ;

b) accĂ©lĂ©rer le travail expĂ©rimental, qui n'est Ă  prĂ©sent accompli que dans les limites des budgets des laboratoires universitaires, en fournissant des fonds, si nĂ©cessaire, par des contacts avec des mĂ©cĂšnes privĂ©s ralliĂ©s Ă  cette cause, et peut-ĂȘtre aussi en obtenant la coopĂ©ration de laboratoires industriels possĂ©dant les Ă©quipements requis.

Il paraĂźt que l'Allemagne a actuellement mis fin Ă  la vente d'uranium des mines tchĂšques qu'elle a annexĂ©es. Une telle action prĂ©coce de sa part peut sans doute ĂȘtre mieux comprise quand on sait que le fils du sous-secrĂ©taire d'État allemand, von WeizsĂ€cker, est attachĂ© Ă  l'Institut du Kaiser Wilhelm Ă  Berlin oĂč une partie du travail amĂ©ricain sur l'uranium est en train d'ĂȘtre reproduite.

TrĂšs sincĂšrement vĂŽtre

SignĂ© : Albert Einstein. »

lundi 1 mai 2023

mai 01, 2023

Les Cinq familles mafieuses đŸ‡șđŸ‡Č, Genovese, Outfit Chicago ...


 Les Cinq familles sont des organisations mafieuses, originellement basĂ©es Ă  New York, qui dominent de maniĂšre traditionnelle le crime organisĂ© depuis le dĂ©veloppement des Ă‰tats-Unis. D'origine italienne, ces familles sont depuis lors Ă  l'origine de la perception de la communautĂ© d'immigrants italiens dans le melting pot (creuset) amĂ©ricain. Ces cinq familles font partie des 25 familles de la mafia amĂ©ricaine.

Dans les annĂ©es 1930, Lucky Luciano mit fin au bain de sang qui Ă©tait le stade final atteint par la guerre des gangs ; ces derniers mirent en place la Commission qui rĂ©gentait le Syndicat national du crime (National Crime Syndicate), mettant fin aux assassinats de membres par l'attribution concertĂ©e de secteurs territoriaux et d'activitĂ© de la pĂšgre pris en charge par la Cosa nostra sur le sol nord-amĂ©ricain.

Les cinq familles sont les familles Bonanno, Colombo, Genovese, Gambino et Lucchese.

Certaines, telle la famille Colombo, peuvent ĂȘtre appelĂ©es avec des noms de substitution ; elle est aussi connue sous le nom de famille Profaci car Joe Profaci fut pendant longtemps parrain de cette famille.

La famille Genovese (ou famille Luciano avant 1957) est une organisation criminelle et une des Cinq familles mafieuses de New York, qui font elles-mĂȘmes partie des 25 familles de la mafia amĂ©ricaine. La famille Genovese est surnommĂ©e la « Rolls Royce » du crime organisĂ©. Elle peut rivaliser en taille avec la famille Gambino et en puissance, avec toujours, la famille Gambino et l'Outfit de Chicago. Elle continue Ă  maintenir son influence sur des « familles » mafieuses plus petites Ă  l'extĂ©rieur de New York. Celles-ci incluent les familles Patriarca, de Buffalo, de Syracuse, d'Albany et celle de Philadelphie. La famille Genovese a manipulĂ© des membres de la famille de Philadelphie pour assassiner leur parrain, Angelo Bruno, afin de rĂ©cupĂ©rer leur territoire d'Atlantic City. Bien que la puissance de la famille semble dĂ©cliner ces derniĂšres annĂ©es, spĂ©cialement depuis la mort de Vincent « Chin » Gigante, en 2005, elle reste la mieux organisĂ©e et la plus puissante par rapport aux autres familles mafieuses de New York.


L’Outfit de Chicago ou simplement « The Outfit », aussi appelĂ©e famille de Chicago (en anglais : Chicago Crime Family) et « The Organization » (en français : « L'Organisation »), est la famille du crime organisĂ© de la ville de Chicago, dans l'État de l'Illinois, aux Ă‰tats-Unis depuis 1910.

Sous le contrĂŽle de Johnny Torrio et d'Al Capone, l’Outfit est montĂ©e en puissance dans les annĂ©es 1920. Cette pĂ©riode a Ă©tĂ© marquĂ©e par des guerres de gangs sanglantes pour le contrĂŽle de la distribution d'alcool de contrebande pendant la Prohibition. L’Outfit se dĂ©veloppe au dĂ©part dans les quartiers sud (South Side) de Chicago dans lesquels l'organisation a de plus en plus d'influence et finira par contrĂŽler totalement. Elle s'est rapidement retrouvĂ©e en concurrence avec le Gang de North Side (North Side Gang ; aussi appelĂ© les Northsiders), une branche de la mafia irlandaise qui contrĂŽle quant Ă  elle les quartiers nord (North Side) de la ville. À partir de la seconde moitiĂ© du xxe siĂšcle, ses activitĂ©s se sont Ă©tendues hors de Chicago, Ă  Las Vegas, Milwaukee, Indianapolis, Phoenix, en Californie du Sud et Ă©galement dans les États de Floride et du Nevada.

Depuis sa crĂ©ation par Big Jim Colosimo, l’Outfit a Ă©tĂ© impliquĂ©e dans un large Ă©ventail d'activitĂ©s criminelles, notamment le prĂȘt Ă  taux usuraire, le jeu illĂ©gal, la prostitution, l'extorsion, la corruption politique et l'assassinat. L’Outfit avait Ă©galement la mainmise sur plusieurs grands studios de l'industrie cinĂ©matographique Ă  Hollywood dans les annĂ©es 1940-1950 (sous les rĂšgnes de Paul Ricca et Tony Accardo), sur les fonds de la caisse de retraite des camionneurs dans les annĂ©es 1950-1960 (avec la complicitĂ© de Jimmy Hoffa, leader du syndicat des Teamsters), et sur plusieurs casinos de Las Vegas dans les annĂ©es 1970-1980 (sous Joey Aiuppa). Les autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales ont longtemps soupçonnĂ© l'organisation d'ĂȘtre impliquĂ©e dans l'assassinat de John F. Kennedy et dans celui de Robert F. Kennedy, son frĂšre (sous Sam Giancana).

Bien qu'elle n'ait jamais eu le monopole complet du crime organisĂ© Ă  Chicago, l’Outfit a longtemps Ă©tĂ© la plus puissante, la plus violente et la plus grande organisation criminelle de Chicago et de la rĂ©gion du Midwest en gĂ©nĂ©ral. Contrairement aux autres factions de la mafia amĂ©ricaine telles que les Cinq familles de New York, l’Outfit est une faction unifiĂ©e et plus indĂ©pendante vis-Ă -vis de cette derniĂšre depuis sa conception. Toutes les familles de la mafia amĂ©ricaine sont dominĂ©es par la Commission, cependant, la famille de Chicago bĂ©nĂ©ficie d'une autonomie plus large sur le crime traditionnel dans une grande mĂ©tropole amĂ©ricaine et cela depuis plus d'un siĂšcle. Des 25 familles qui composent la mafia amĂ©ricaine, les Cinq familles new-yorkaises sont les plus puissantes et l’Outfit est la seule famille qui rivalise avec ces derniĂšres en termes de puissance. Ainsi, elle est parfois considĂ©rĂ©e comme la « sixiĂšme famille ».

L'attention accrue portĂ©e par les autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales et locales, l'arrestation de certains de ses chefs les plus puissants et « Le procĂšs des secrets de famille » qui eut lieu de 2005 Ă  juin 2007, ont entraĂźnĂ© son dĂ©clin progressif depuis la fin du xxe siĂšcle, bien qu'il demeure l'un des groupes criminels organisĂ©s les plus importants et les plus actifs de l'aire mĂ©tropolitaine de Chicago et du Midwest.

De 1996 Ă  2014, la mafia de Chicago aurait Ă©tĂ© dirigĂ©e par John DiFronzo. Selon le Federal Bureau of Investigation (FBI), l’Outfit serait dirigĂ© depuis 2014 par Salvatore « Solly D » DeLaurentis.

Source: Wikipédia...




samedi 29 avril 2023

avril 29, 2023

Des nuages "asperitas" prĂšs de Gorham dans le New Hampshire đŸ‡șđŸ‡Č


 đŸ˜± Une incroyable formation de nuages "asperitas" a Ă©tĂ© photographiĂ©e prĂšs de Gorham dans le New Hampshire, aux États-Unis, ce dimanche 23 avril ! 


PhĂ©nomĂšne mĂ©tĂ©orologique particuliĂšrement photogĂ©nique, l'asperitas est une dĂ©formation de nuages classiques de basses et moyennes altitudes. Les plus impressionnants sont gĂ©nĂ©ralement observĂ©s pendant la saison des orages aux États-Unis. ☁️đŸ‡ș🇾 (via Views)


📾: Crystal Lee

đŸȘ‚www.elmesmar.frđŸȘ‚

avril 29, 2023

En 1973,George Lucas Ă©crivait Star Wars


 #Culture A long time ago 😎 Un seul STAR WARS Ă  jamais đŸ€© 

1973 đŸ€©

Il y Ă  50 ans dans le comtĂ© de Marin,en Californie...Le 17 avril 1973,George Lucas s'est assis dans son bureau et a commencĂ© Ă  Ă©crire son premier traitement d'histoire d'un brouillon de 13 pages de "Les Aventures de Luke Starkiller : extraites du Journal".of the Whills- Saga I...THE STAR WARS"...Il Ă©crivait page aprĂšs page...Ă  simple interligne,environ 200 pages de personnages,de planĂštes, de vaisseaux spatiaux.4 Brouillons du scĂ©nario et 3 ans plus tard...Le tournage commence en Tunisie le 22 mars 1976 đŸ˜ŽđŸ“œđŸŽŹ

www.elmesmar.fr

avril 29, 2023

Les cachalots ont un sommeil particulier


 đŸ‹ Une famille de cachalots dormant au milieu de l’ocĂ©an đŸ’€


Les cachalots ont un sommeil particulier : d’une part, une moitiĂ© de leur cerveau est en sommeil et l’autre en Ă©veil. D’autre part, ils dorment Ă  la verticale, immergĂ©s, la tĂȘte dirigĂ©e vers la surface de l’eau.


Lorsque le manque d’air se fait sentir, ils remontent lentement Ă  la surface prendre une inspiration et retournent « se coucher » quelques dizaines de mĂštres plus bas.


Incroyable n'est-ce pas ?

Via Spirit Nature

🐋www.elmesmar.fr🐳

mercredi 26 avril 2023

avril 26, 2023

Les redoutables vagues scélérates, existent vraiment !


 Les vagues scĂ©lĂ©rates sont des vagues ocĂ©aniques trĂšs hautes, soudaines, considĂ©rĂ©es comme trĂšs rares. Cette raretĂ© est relative, les observations ne concernant qu'une trĂšs faible partie d'entre elles, compte tenu de l'Ă©tendue des ocĂ©ans et de la rapiditĂ© avec laquelle les vagues se forment et se dĂ©font au sein des trains de vagues oĂč elles se propagent.

Jusqu'au milieu du xxe siÚcle, l'existence des vagues scélérates était mise en doute, faute de mesures objectives, par la grande majorité des scientifiques spécialisés dans l'étude des vagues, malgré les nombreux témoignages rapportés par les marins au cours des siÚcles, et la rencontre de ces vagues par de gros navires modernes. Ces vagues étaient alors rattachées, sans véritable examen, au folklore maritime. Il a fallu attendre la mesure par une frégate météo britannique d'une vague de 20 mÚtres et l'analyse de cet événement par l'océanographe Laurence Draper en 1964 pour que les scientifiques révisent leur position et commencent à s'intéresser au sujet.


Les marins connaissent depuis des siĂšcles ce que les chercheurs n'ont documentĂ© que depuis la fin du xxe siĂšcle.

Les chercheurs ont longtemps peinĂ© Ă  confirmer la rĂ©alitĂ© des tĂ©moignages de marins Ă  propos de vagues monstrueuses. L'idĂ©e gĂ©nĂ©rale alors Ă©tait que la hauteur des vagues variait suivant une distribution normale.

Cet état de fait a changé en 1995, lorsqu'une vague a frappé l'installation pétroliÚre Draupner en mer du Nord norvégienne. La plateforme était équipée d'un laser pointé vers le bas et a enregistré une vague de 26 mÚtres de haut au milieu d'une mer de vagues de 11,8 mÚtres. Cette preuve tangible a transformé le mythe maritime en réalité.

Il serait cependant caricatural d'affirmer que les ocĂ©anographes n'ont pas cru les dires des marins avant 1995. L'Ă©tude scientifique des vagues remonte en effet au xixe siĂšcle et s'est poursuivie tout au long du xxe siĂšcle. La difficultĂ© Ă  obtenir des donnĂ©es fiables a Ă©tĂ© le frein principal Ă  l'Ă©tude du phĂ©nomĂšne, bien plus qu'un refus des spĂ©cialistes du domaine.

Une vague scĂ©lĂ©rate, dĂ©tectĂ©e en 2020 par une bouĂ©e Ă  houle au large du Canada, dans l'ocĂ©an Pacifique, a Ă©tĂ© Ă©tudiĂ©e puis son existence portĂ©e Ă  la connaissance du public en 2022. Cette nouvelle Ă©tude suggĂšre que l'origine des vagues scĂ©lĂ©rates est due Ă  un phĂ©nomĂšne d'interfĂ©rence constructive, plusieurs trains d'ondes - de vagues - se cumulent en un point prĂ©cis, formant ainsi la vague scĂ©lĂ©rate.


La rĂ©alitĂ© des vagues scĂ©lĂ©rates est maintenant parfaitement dĂ©montrĂ©e et documentĂ©e, et peut avoir des consĂ©quences sur la sĂ©curitĂ© maritime et la conception des grands navires marchands, notamment les minĂ©raliers et les vraquiers qui ne sont pas conçus pour rĂ©sister Ă  des impacts hauts au-dessus de la ligne de flottaison, et qui coulent en quelques minutes.

Si un tanker (ou tout bateau long) rencontre une telle vague de face (ou par l’arriĂšre), cela pose deux problĂšmes :

  • la masse de l’eau en mouvement reprĂ©sente une Ă©nergie au moins double par rapport aux vagues habituelles, qui percute le bateau par sa proue (par exemple). Il n’est pas rare qu’une vague scĂ©lĂ©rate ait une hauteur au moins Ă©gale Ă  celle du chĂąteau ;
  • l’effet cumulĂ© de la hauteur exceptionnelle des vagues et de la longueur d’onde peut littĂ©ralement soulever le bateau par les deux extrĂ©mitĂ©s. La partie centrale du bateau se retrouve alors dans le vide, ou tout au moins se retrouve moins portĂ©e par l’eau, et est donc soumise Ă  des efforts mĂ©caniques Ă©normes (surtout si les soutes sont pleines) qui peuvent casser le bateau en deux.

Si la vague frappe le bateau par le cÎté, elle peut le faire chavirer.

Il est cependant Ă  noter que les vagues scĂ©lĂ©rates sont Ă  l'origine de quelques pourcents des naufrages : une erreur humaine couplĂ©e Ă  de mauvaises conditions mĂ©tĂ©orologiques est une cause de naufrage bien plus probable que la survenue d'une vague exceptionnelle.

RéférencesModifier

  1.  Jean-Paul Guinard, Les vagues scĂ©lĂ©rates, juillet 2007 [archive]
  2.  Les vagues monstrueuses qui coulent des navires sont repĂ©rĂ©es par les satellites radar de l’ESA [archive]
  3.  Freak Ocean Waves, Oceanus, vol. X, No. 4, mai 1964 [archive]
  4. ↑ Revenir plus haut en :a b c et d (en) Charlie Wood« The Grand Unified Theory of Rogue Waves » [archive], sur Quanta Magazine (consultĂ© le ).
  5.  Revenir plus haut en Michel Olagnon (ill. Janette Kerr ), Anatomie curieuse des vagues scĂ©lĂ©rates, Versailles, QuĂŠ, coll. « Carnets de sciences », , 176 p. (ISBN 978-2-7592-2967-3prĂ©sentation en ligne [archive]), X. Un Ă©levage de serpents de mer, « La scĂ©lĂ©ratesse ne date pas d'hier », p. 162-167.
  6.  J. Gemmrich, L. Cicon, Generation mechanism and prediction of an observed extreme rogue wave [archive], Scientific Reports n°12, Article number 1718, 2022.

www.elmesmar.fr

mardi 25 avril 2023

avril 25, 2023

Le plus grand stratĂšge de guerre de tous les temps, Khalid Ibn El-Walid

 

AbĆ« Sulaymān Khalid ibn al-Walid ibn al-MughÄ«rah al-MakhzĆ«mÄ«  : ŰŁŰšÙˆ ŰłÙ„ÙŠÙ…Ű§Ù† ŰźŰ§Ù„ŰŻ ŰšÙ† Ű§Ù„ÙˆÙ„ÙŠŰŻ ŰšÙ† Ű§Ù„Ù…ŰșÙŠŰ±Ű© Ű§Ù„Ù…ŰźŰČومي), nommĂ© Sabre dĂ©gainĂ© d'Allah, il Ă©tait un gĂ©nĂ©ral et compagnon du prophĂšte Mahomet. Khalid est considĂ©rĂ© comme l'un des plus grands stratĂšges militaires de tous les temps.

 Il est reconnu pour ses tactiques et ses prouesses militaires. Il a commandĂ© les forces de MĂ©dine sous Mahomet, et les armĂ©es du califat des Rachidoune, et de ses successeurs Abu Bakr et Umar ibn Khattab. 

C'est sous sa direction militaire que l'Arabie, pour la premiĂšre fois dans l'histoire, fut unie sous une entitĂ© politique unique, le califat. En commandant les forces de l'Ă©tat islamique naissant, Khalid a Ă©tĂ© victorieux dans plus d'une cinquantaine de batailles, contre les forces de l'Empire byzantin, l'Empire sassanide et leurs alliĂ©s, et d'autres tribus arabes. Ses prouesses stratĂ©giques incluent la conquĂȘte de l'Arabie, la Perse et la Syrie romaine. Il est Ă©galement reconnu pour ses victoires dĂ©cisives aux Yamamah, d'Ullais et de Firaz ainsi que pour ses succĂšs tactiques Ă  Walaja et Ă  Yarmouk.

Khalid ibn al-Walid (Khalid fils d'al-Walid) Ă©tait de la tribu mecquoise des Quraysh, clan initialement opposĂ© Ă  Mahomet. Il a jouĂ© un rĂŽle primordial dans la victoire mecquoise lors de la bataille d'Uhud contre les musulmans. Il s'est converti Ă  l'Islam et Ă  rejoint Mahomet aprĂšs le traitĂ© d'Houdaybiya. Il a participĂ© Ă  de nombreuses expĂ©ditions, comme la bataille de Mu'tah, qui fut la premiĂšre bataille entre romains et musulmans. Khalid ibn Al-Walid a rapportĂ© que les combats Ă©taient si intenses, qu' il a brisĂ© neuf Ă©pĂ©es. Ce qui lui a valu le titre « Saif-ullah » signifiant « L'Ă©pĂ©e d'Allah ». Khalid a pris la tĂȘte de l'armĂ©e aprĂšs que Zayd ibn Haritha, Jafar ibn Abi Talib, et Abdullah ibn Rawahah furent tuĂ©s. AprĂšs la mort de Mahomet, il a jouĂ© un rĂŽle clĂ© dans le commandement des forces d'Abu Bakr de MĂ©dine, lors des guerres de Ridda, la conquĂȘte de l'Arabie centrale, et en soumettant les tribus arabes. Il a capturĂ© le royaume client arabe sassanide d'Al-Hira et a dĂ©fait les forces perses sassanides durant la conquĂȘte de l'Irak (MĂ©sopotamie). Il a ensuite Ă©tĂ© transfĂ©rĂ© sur le front de l'Ouest pour conquerir la Syrie romaine et l'État client arabe byzantin des Ghassanides.

Bien qu'Omar l'ait plus tard relevĂ© du haut commandement, il est restĂ© le leader le plus efficace face aux byzantins lors des guerres arabo-byzantines. Sous son commandement, Damas a Ă©tĂ© capturĂ© en 634, et il est le principal responsable de la victoire musulmane lors de la bataille du Yarmouk, ce qui a directement menĂ© Ă  la conquĂȘte du Bilad al-Sham (Levant). En 638, Ă  l'apogĂ©e de sa carriĂšre, il fut exclu de l'armĂ©e.

À l'instar d'un petit nombre de chefs de guerre de l'Histoire, tels que Gengis Khan et Alexandre le Grand, il ne connut pas de dĂ©faite. Son gĂ©nie de stratĂšge, fut remarquĂ© avant mĂȘme sa conversion Ă  l'islam (lors de la bataille de Uhud. Il est le principal initiateur de la victoire des Quraysh face aux musulmans), qui lui vaut d'ĂȘtre surnommĂ© par Mahomet, le « Sabre dĂ©gainĂ© de Dieu ». Commandant au cours de plus d'une centaine de batailles, il n’en perdit aucune, et cela malgrĂ© les moyens militaires limitĂ©s de ses armĂ©es (armes peu sophistiquĂ©es et effectifs souvent largement infĂ©rieurs Ă  ceux des armĂ©es ennemies). Il est parfois considĂ©rĂ© comme l'un des plus grands stratĂšges militaires de l'Histoire, celon Agha Ibrahim Akram qui lui a consacrĂ© une biographie panĂ©gyrique (The sword of Allah, 1970)


Quelques exploits :

En , il participe Ă  la bataille de Mu'ta en tant que simple soldat. Ă€ la suite des dĂ©cĂšs successifs des trois chefs musulmans, il est dĂ©signĂ© commandant de l'armĂ©e. Face Ă  l'Ă©crasante supĂ©rioritĂ© numĂ©rique des Byzantins, KhĂąlid utilise une ruse pour sauver l'armĂ©e musulmane d'un massacre : il feint d'avoir reçu des renforts en ordonnant Ă  sa cavalerie de soulever autant de poussiĂšre que possible Ă  l'arriĂšre de son armĂ©e, et en intervertissant l'aile gauche de l'armĂ©e musulmane avec son aile droite, son avant-garde avec son arriĂšre-garde, Ă©quipĂ©e de nouveaux Ă©tendards ; les Byzantins croient voir de nouveaux soldats devant eux. Lorsque KhĂąlid replie soudainement son armĂ©e, les Byzantins croient non pas Ă  une retraite mais Ă  un piĂšge, et dĂ©cident de ne pas poursuivre. L'essentiel de l'armĂ©e musulmane est ainsi sauvĂ©e, et Mahomet l'Ă©lĂšve Ă  son retour sous le titre de « sabre dĂ©gainĂ© de Dieu ».

Il est choisi pour mener l'aile droite de l'armĂ©e musulmane lors de la conquĂȘte de La Mecque. KhĂąlid reste prĂ©sent aux cĂŽtĂ©s de Mahomet et met son gĂ©nie militaire au service de la nouvelle religion.

Il fait la conquĂȘte de l'Irak : 

En 633, AbĂ» Bakr lance la campagne de conquĂȘte de l'Irak. KhĂąlid part d'Al-YamĂąma et se dirige vers Obolla. La population des villages qu'il traverse vient Ă  sa rencontre et demande la paix contre le paiement d'un tribut. KhĂąlid accepte et continue sa marche vers Al-HĂźra. La ville se rend facilement et est Ă©pargnĂ©e contre le paiement d'un tribut. KhĂąlid se voit alors confier par le calife, le commandement de toutes les armĂ©es d'Irak qui atteignent 10 000 hommes

La bataille des chaĂźnes

Les ordres d'Abou Bakr concernant KhĂąlid sont d'attaquer Obolla qui est la place forte de la frontiĂšre avec la Perse. Obolla est l’un des ports principaux de l’Empire sassanide sur le Golfe, situĂ© sur les rives du Tigre Ă  l’entrĂ©e de Bassora, un nƓud de jonction d’une importance capitale. La place est dĂ©fendue par 20 000 hommes commandĂ©s par Hormuz.

Bataille de Walaja

Cette bataille commence elle aussi par un combat singulier entre KhĂąlid et un guerrier perse surnommĂ© « Mille cavaliers ». KhĂąlid parvient Ă  transpercer son adversaire d'un coup de lance. Il revient au camp pour demander Ă  manger car il avait fait le vƓu de ne pas manger avant d'avoir tuĂ© cet homme. AprĂšs s'ĂȘtre restaurĂ©, KhĂąlid donne l'ordre d'attaquer. Le bilan pour les Perses fut encore plus mauvais qu'Ă  MadsĂąr. KhĂąlid s'empare de Bassora et de tout le sud de l'Irak (SawĂąd)

Bataille de LĂźs

Prise d'AnbĂąr

ConquĂȘte de la Syrie

Jusqu'en 634, les musulmans n'ont pas encore pĂ©nĂ©trĂ© en Syrie qui est sous la domination de l'empereur de Byzance et qui est dĂ©fendue par certaines tribus arabes. L'empereur de Byzance, faute de finances, n'a pas pu verser les subsides habituels aux tribus arabes, chargĂ©es de protĂ©ger ses frontiĂšres. L'entrĂ©e en Syrie des troupes musulmanes est alors facilitĂ©e. Les populations syriennes sont restĂ©es spectatrices de l'invasion musulmane.

Dans l'optique d'envahir la Syrie, AbĂ» Bakr constitue quatre corps d'armĂ©es, auxquels doit s'adjoindre un cinquiĂšme, formĂ© de troupes venant de MĂ©dine sous les ordres de Mu`Ăąwiya. AbĂ» Bakr a dĂ©cidĂ© d'assigner une province Ă  chacun de ses gĂ©nĂ©raux : Abu `Ubayda reçoit la province d’ÉmĂšse (Homs). Yazid ben AbĂź Sufyan reçoit celle Damas. `Amru ben al-`Âs obtient la Palestine. La Jordanie revient Ă  Churahbil ben Hasana. Les quatre gĂ©nĂ©raux se retrouvent devant une armĂ©e de 50 000 hommes et Ă©crivent Ă  AbĂ» Bakr qui demande Ă  KhĂąlid ibn al-WalĂźd de leur venir en aide. KhĂąlid prend alors la tĂȘte des opĂ©rations et positionne les troupes musulmanes sur les rives de la riviĂšre Yarmouk.

Seconde bataille d'EmĂšse

L'empereur byzantin HĂ©raclius, voyant la progression des musulmans en Irak cherche Ă  rallier les populations chrĂ©tiennes de MĂ©sopotamie pour renforcer ses armĂ©es. Il y a une armĂ©e de plus de cent mille hommes sous les murs d'ÉmĂšse (Homs). 

Sources:

Bibliographie

  • Tabari (trad. du persan par Hermann Zotenberg), La Chronique. Histoire des prophĂštes et des roisvol. II, Actes Sud / Sindbad, coll. « ThĂ©saurus »,  (ISBN 2-7427-3318-3), « Les quatre premiers califes ».
  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, PUF (ISBN 978-2-13-054536-1), « KhĂąlid ibn al-WalĂźd », p. 468
  • Akram, Agha Ibrahim, The Sword of Allah: Khalid bin al-Waleed – His Life and Campaigns, Oxford University Press, 2004
  • Allenby, Viscount, Conquerors of Palestine Through Forty Centuries, Kessinger Publishing, 2003
  • Eggenberger, David, An encyclopedia of battles: accounts of over 1,560 battles from 1479 B.C. to the present, Dover Publications, 1985


© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits rĂ©servĂ©s" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.