Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

La NiĂšme Chambre, le scandale d’abus sexuels qui a fait tremblĂ© la CorĂ©e

La RĂ©daction


Alors que l’humanitĂ© Ă©volue vers un monde de plus en plus numĂ©risĂ©, les cybercrimes sont en augmentation et ne cessent d’empirer.

Il y a de fortes chances que vous n’ayez pas entendu parler de cette affaire. SituĂ© au cƓur de la CorĂ©e, Cyber Hell descend dans les entrailles de l’Internet pour nous livrer un cas choquant de chantage et de trafic sexuel en ligne.

BaptisĂ© « The Nth Room« , ce scandale d’abus sexuels en CorĂ©e a Ă©tĂ© facilitĂ© par l’application Telegram pendant deux ans, de 2018 Ă  2020. Pendant cette pĂ©riode, un chef de file connu sous le nom de « Baksa », aux cĂŽtĂ©s d’une personne connue sous le nom de « Godgod », a traquĂ© et contraint des dizaines de victimes Ă  tĂ©lĂ©charger des photos nues d’elles-mĂȘmes.

Le nom fait rĂ©fĂ©rence au fait que les auteurs aient ouvert plusieurs salons de discussion sur l'application de messagerie chiffrĂ©e Telegram pour distribuer des vidĂ©os Ă  caractĂšre sexuel Ă  un nombre signalĂ© de 260 000 utilisateurs. L'auteur principal de ces rooms se nomme Cho Joo-Bin « Baksa » (docteur en corĂ©en). Les auteurs de la Nth Room sont accusĂ©s d'avoir attirĂ© des victimes, y compris des mineures, et de recourir au chantage pour forcer ces derniĂšres Ă  envoyer des photos et des vidĂ©os sexuellement explicites dont des viols, des humiliations, des scarifications ou des violences faites Ă  des femmes, des vidĂ©os accessibles aux utilisateurs en Ă©change d'argent. Sur les 103 victimes signalĂ©es, 26 Ă©taient mineures.

Contexte:

Tout cela a commencĂ© par un homme suspectĂ© d'ĂȘtre le principal criminel et cerveau de cette affaire, un homme connu sous le nom de « Baksa » (« Docteur » en corĂ©en). Ce dernier postait des messages sur Twitter Ă  de nombreuses filles, en leur disant : « Vos photos privĂ©es ont pu ĂȘtre exposĂ©es sur internet, alors vĂ©rifiez ce site pour voir si c’est vraiment vous. » Le lien redirigeait les victimes vers un faux Twitter, et lorsque les filles entraient leurs identifiants, ces donnĂ©es Ă©taient ensuite transmises aux criminels. GrĂące Ă  ces donnĂ©es, les criminels avaient ensuite accĂšs illĂ©galement aux informations personnelles de ces derniĂšres telles que le numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone, leur adresse et le nom des membres de leur famille. Les criminels menaçaient ensuite les filles d'exposer tout ce qu'elles pouvaient avoir Ă  cacher Ă  leur famille et au reste du monde si elles n'acceptaient pas de devenir leurs esclaves pendant une semaine. À la fin de cette semaine et pour mettre un terme Ă  tout cela, les malfaiteurs ont demandĂ© aux victimes de leur envoyer des photos d'elles nues. Cependant, ces derniers les ont ensuite menacĂ© Ă  nouveau, cette fois-ci de rĂ©vĂ©ler ces photos Ă  leurs familles si elle refusaient de rĂ©aliser d'horribles actes et de rester des esclaves. Plus de 103 femmes, dont 26 filles mineures, ont ainsi acceptĂ© sous la contrainte, par peur de voir leurs malfaiteurs rĂ©vĂ©ler leurs informations. Les filles se sont alors filmĂ©es oĂč on les obligeait Ă  commettre des actes horribles dont se faire violer par plusieurs hommes, se couper le mamelon, s'insĂ©rer une paire de ciseaux dans le vagin, manger des excrĂ©ments, ou encore Ă©crire « esclave » sur la peau avec un couteau. Deux autres moyens ont Ă©tĂ© utilisĂ©s par ces criminels, Ă  savoir : la proposition d'offres d'emplois Ă  temps partiel trĂšs bien rĂ©munĂ©rĂ©, oĂč selon eux, le salaire promis est disponible seulement via un programme de parrainage, les victimes devaient ĂȘtre associĂ©es Ă  un parrain. Seulement, pour bĂ©nĂ©ficier d'un parrain, il fallait qu'elles envoient des photos et des vidĂ©os Ă  caractĂšre sexuel. Les criminels, ensuite, les ont fait chanter. L'autre est le fait que ces derniers usurpaient l'identitĂ© de la police et les menaçaient d'intenter une action en justice car elles postaient des contenus explicites.

Sur cette application, les personnes pouvaient s'inscrire Ă  diffĂ©rents niveaux pour avoir accĂšs aux diffĂ©rentes vidĂ©os. Entrer sur une simple chat room coĂ»tait 200 000 wons (soit 150 euros environ), tandis que pour avoir accĂšs Ă  l'intĂ©gralitĂ© du contenu, il fallait dĂ©bourser 1,5 million de wons (soit 1 100 euros environ).

QUI EST GODGOD ?

Comme Baksa, GodGod faisait Ă©galement chanter des femmes et des jeunes filles pour qu’elles accomplissent des actes sexuels dĂ©sobligeants, puis vendait ces vidĂ©os sur des groupes Telegram. De plus, GodGod, ou Moon, Ă©tait Ă©galement le crĂ©ateur des Nth Rooms, des salons de discussion sur Telegram qui hĂ©bergeaient les vidĂ©os et les images pour les membres du groupe.

Moon s’intĂ©ressait principalement aux femmes et aux jeunes filles mineures qui avaient mis en ligne des photos rĂ©vĂ©latrices d’elles-mĂȘmes.

QUE DEVIENT MOON HYUNG-WOOK AUJOURD’HUI ?

Moon Hyung-Wook a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© en mai 2020, et dans un premier temps, le nom de l’Ă©tudiant de 24 ans n’a pas Ă©tĂ© rendu public. Toutefois, il a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© aprĂšs dĂ©libĂ©ration d’un groupe consultatif composĂ© de sept membres. L’agence de presse Yonhap a affirmĂ© que Moon Hyung-Wook Ă©tait accusĂ© de faire des profits en vendant des photos et des vidĂ©os obscĂšnes, et parfois macabres, produites en faisant chanter et en contraignant des victimes.

Un mois aprĂšs son arrestation, Moon Hyung-Wook a Ă©tĂ© inculpĂ© et ensuite accusĂ© d’avoir produit et possĂ©dĂ© des vidĂ©os sexuellement explicites de 21 victimes entre dĂ©but 2017 et dĂ©but 2019 et d’avoir fait chanter trois parents de ses victimes en menaçant de publier les vidĂ©os, selon la publication.

Un documentaire retraçant cette affaire est sorti sur Netflix le , intitulĂ© Cyber Hell : Le rĂ©seau de l'horreur.


🔔Soutenez-nous sur Tipeehttps://fr.tipeee.com/elmesmar đŸ€—đŸ€—

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->