Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Histoire du maréchal Alphonse Juin

La RĂ©daction


 #HISTOIRE

đŸ‡«đŸ‡·đŸ‡©đŸ‡żđŸ‡Č🇩 | Le 27 janvier 1967 dĂ©cĂ©dait le marĂ©chal Alphonse Juin.

📌 Alphonse Pierre Juin est nĂ© le 16 dĂ©cembre 1888 dans le dĂ©partement de Constantine en AlgĂ©rie française. Il fait ses Ă©tudes au grand lycĂ©e d'Alger. Il sort major de la promotion de FĂšs de Saint-Cyr en 1912, promotion dont faisait partie Charles de Gaulle. Juin sera d'ailleurs le seul Ă  tutoyer le gĂ©nĂ©ral de Gaulle, lorsqu'il sera devenu prĂ©sident de la RĂ©publique. Sous-lieutenant, Alphonse Juin est affectĂ© au protectorat français du Maroc oĂč, jusqu'en 1914, il participe aux opĂ©rations de pacification.

📌 Lors de la PremiĂšre Guerre mondiale, il participe aux combats de la Marne, en septembre 1914. GriĂšvement blessĂ© en Champagne, il perd dĂ©finitivement l'usage de son bras droit (c'est pourquoi il saluait de la main gauche). NommĂ© capitaine le 4 avril 1916, il combat ensuite au sein du 1er rĂ©giment de tirailleurs marocains. En 1921, il obtient de si bons rĂ©sultats Ă  l'École de guerre qu'il est maintenu comme professeur stagiaire. Il sert ensuite de nouveau en Afrique du Nord sous les ordres du marĂ©chal Lyautey.

📌 En fĂ©vrier 1918, il suit les cours d'Ă©tat-major Ă  Melun avant d'ĂȘtre dĂ©tachĂ© en octobre Ă  la mission militaire française auprĂšs de l'armĂ©e amĂ©ricaine et affectĂ© au cours de perfectionnement des officiers de liaison du Corps expĂ©ditionnaire amĂ©ricain. BrevetĂ© de l'École supĂ©rieure de guerre en 1921, il sert en Tunisie avant de rejoindre Ă  la fin de l'annĂ©e 1923 le Maroc oĂč il participe Ă  la campagne du Rif. À l'automne 1925, il rentre en France avec le marĂ©chal Lyautey et travaille sous ses ordres au Conseil supĂ©rieur de la guerre.

📌 Promu chef de bataillon en 1926, il part l'annĂ©e suivante rejoindre le 7e rĂ©giment de tirailleurs algĂ©riens Ă  Constantine. En 1929, il est chef du cabinet militaire du rĂ©sident gĂ©nĂ©ral au Maroc, Lucien Saint, et prend une part active Ă  la rĂ©alisation de la derniĂšre phase du plan de pacification de l'Atlas. Lieutenant-colonel en mars 1932, il devient professeur de tactique gĂ©nĂ©rale Ă  l'École supĂ©rieure de guerre en 1933 avant d'ĂȘtre affectĂ© comme commandant en second au 3e rĂ©giment de zouaves Ă  Constantine. Il prend le commandement de ce rĂ©giment le 6 mars 1935. En juin, il est promu colonel. En 1937, il est affectĂ© auprĂšs du rĂ©sident gĂ©nĂ©ral au Maroc, le gĂ©nĂ©ral NoguĂšs, et suit parallĂšlement les cours du Centre des hautes Ă©tudes militaires.

📌 Promu gĂ©nĂ©ral de brigade, le 26 dĂ©cembre 1938, il est affectĂ© Ă  l'Ă©tat-major du thĂ©Ăątre d'opĂ©rations d'Afrique du Nord. Cette affectation ne lui plaisant guĂšre, il se voit confier le commandement de la 15e division d’infanterie motorisĂ©e, une des meilleures unitĂ©s de l'armĂ©e. Couvrant la retraite sur Dunkerque, cette unitĂ© est encerclĂ©e dans la poche de Lille et combat avec le groupement du gĂ©nĂ©ral MoliniĂ© jusqu'Ă  l'Ă©puisement de ses munitions. Juin est fait prisonnier et internĂ© Ă  la forteresse de Königstein oĂč il participe au groupe d'Ă©tudes consacrĂ© aux questions Ă©conomiques et sociales. Il est nommĂ© gĂ©nĂ©ral de division durant sa captivitĂ©.

📌 Il est libĂ©rĂ© le 15 juin 1941 Ă  la demande du gouvernement de Vichy comme d'autres officiers rĂ©putĂ©s pour leur connaissance de l'Afrique. PĂ©tainiste et antigaulliste, il est envisagĂ© par Vichy comme ministre de la Guerre. Il est finalement intĂ©grĂ© Ă  l'ArmĂ©e de Vichy et nommĂ© le 16 juillet 1941 en Afrique du Nord oĂč il remplace le gĂ©nĂ©ral Weygand dans ses fonctions militaires. Le 11 novembre, aprĂšs avoir appris, l'invasion de la zone libre par les Allemands, il fait savoir Ă  ses subordonnĂ©s que « dĂšs rĂ©ception du prĂ©sent message, la position de neutralitĂ© vis-Ă -vis de l'Axe cesse ». Juin donne enfin, le 14 novembre, l'ordre Ă  l'armĂ©e de Tunisie de faire face aux Allemands.

📌 En 1943, Juin est nommĂ© par de Gaulle Ă  la tĂȘte du corps expĂ©ditionnaire français en Italie, qui comprend quatre divisions (en tout 112 000 hommes). La bataille de Monte-Cassino rĂ©vĂšle le gĂ©nie militaire du gĂ©nĂ©ral Juin qui en lançant un assaut d'infanterie lĂ©gĂšre pour dĂ©border la position allemande sur ses flancs remporte un succĂšs total, au contraire du gĂ©nĂ©ral amĂ©ricain qui sera catastrophique.

📌 En juillet, appelĂ© Ă  Alger comme chef d'Ă©tat-major de la DĂ©fense nationale, il transmet le commandement de ses troupes au gĂ©nĂ©ral de Lattre, qui les conduira durant le dĂ©barquement de Provence. Au printemps 1947, dans la foulĂ©e du discours de Tanger du sultan du Maroc Sidi Mohammed, le gouvernement français choisit ce pied-noir d'origine pour remplacer le RĂ©sident gĂ©nĂ©ral Eirik Labonne, qui vient d'ĂȘtre limogĂ© pour faiblesse. ChargĂ© de mettre le sultan au pas, y compris en employant la maniĂšre forte, il s'oppose au sultan et au parti nationaliste.

📌 De 1951 Ă  1956, il est commandant en chef du secteur Centre-Europe de l'Organisation atlantique Nord (OTAN). En mars 1952, alors qu'il s'est toujours tenu Ă  l'Ă©cart de la politique, il critique ouvertement le fonctionnement du rĂ©gime. Peu de temps aprĂšs, il commet un autre Ă©clat en rĂ©clamant le transfert des cendres de PĂ©tain Ă  Douaumont. Le 14 juillet 1952, il reçoit le bĂąton de marĂ©chal de France. Le 20 novembre 1952, il est Ă©lu Ă  l'AcadĂ©mie française. En mars 1954, il condamne le Projet d'ArmĂ©e europĂ©enne sans prĂ©venir le gouvernement dont il est officiellement le conseiller militaire. En 1955, il s'oppose Ă  l'indĂ©pendance du Maroc.

📌 Sa conception du patriotisme l'Ă©loigne de de Gaulle Ă  qui il signifie son dĂ©saccord sur la question algĂ©rienne lors d'une entrevue orageuse Ă  l'ÉlysĂ©e, le 11 septembre 1960. Pour autant, il ne participe pas au putsch des gĂ©nĂ©raux en avril 1961. Mais son refus de suivre ce qu'il estime ĂȘtre une politique d'abandon incompatible avec la loi et l'honneur lui vaut une mise Ă  l'Ă©cart totale de la vie publique par son ex-camarade de promotion de Saint-Cyr. Ainsi est-il dĂ©mis de sa place de droit (du fait de son titre de marĂ©chal) au Conseil supĂ©rieur de la DĂ©fense nationale, cela par une dĂ©cision du chef de l'État. Le marĂ©chal Juin est Ă©galement Ă©cartĂ© de toute manifestation commĂ©morative des deux guerres mondiales et privĂ© des prĂ©rogatives et avantages dus Ă  son rang (bureau, secrĂ©taire, voiture, chauffeur, etc.). Il dĂ©cĂšde le 27 janvier 1967.
Source:billetdefrance
đŸ‘‰đŸ»www.elmesmar.fr👈🏿

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->