Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

mardi 2 novembre 2021

Helter Skelter, entre le criminel Charles Manson et les Beatles


##Culture Si je vous dis Helter Skelter ça vous dit Quoi?
" chaque nuit dans votre sommeil je détruis le monde".

Genèse de la chanson:

L'écriture de Helter Skelter est inspirée à Paul McCartney par une interview des Who, au cours de laquelle Pete Townshend, le guitariste de ce groupe, décrit leur dernier single I Can See for Miles, comme « un son lourd et brutal » et comme « le morceau le plus dur que les Who aient jamais enregistré ». McCartney, en entendant ensuite le single, est déçu et le trouve somme toute assez conventionnel. Il compose Helter Skelter en réaction, comme le morceau qu'il aimerait entendre à la suite de cette description.

En Grande-Bretagne, le mot Helter-Skelter désigne une attraction de fête foraine, un toboggan en hélice conique autour d'une tour par où l'on monte.

Malgré des compositions telles I Saw Her Standing There et I'm Down, Paul McCartney a souvent été perçu comme le « gentil Beatle » car il a composé la majorité des ballades au sein du groupe. Ce morceau, qui annonce l'arrivée sur scène du heavy metal, lui permet de prouver qu'il est capable de signer des compositions très « rock » à l'image de Lennon. De son côté, ce dernier entreprend de composer sa ballade plus que dépouillée qu'est Julia qui clôt la seconde face du premier disque. 

Charles Manson avait une explication simple pour expliquer la raison pour laquelle il a commandité la mort de la famille de Leno LaBianca et des résidents de la maison de Sharon Tate par les membres de sa communauté, la « Family » : « C’est les Beatles, leur musique », a-t-il déclaré au procureur qui l’a envoyé dans le couloir de la mort. « Les gamins écoutent leur musique et comprennent le message. C’est subliminal ».

Près de cinquante ans après les meurtres brutaux de Tate et de LaBianca par la Manson Family en août 1969, leur lien supposé avec les Beatles reste déconcertant. Les mots « Healter [sic] Skelter » ont été peints sur le frigo des LaBianca avec le sang des victimes, mais la signification de la référence n’a pas été mise en lumière avant le procès. Quand Charles Manson et ses disciples ont fait face au juge pour ces crimes un an plus tard, le procureur Vincent Bugliosi a expliqué que le motif des meurtres est venu de la mauvaise interprétation de Manson des paroles de l’Album Blanc sorti en novembre 1968, quelques mois avant les meurtres. Dans l’esprit de Manson, des chansons bénignes comme « Blackbird », « Piggies » et plus spécialement « Helter Skelter », prédisaient une guerre raciale apocalyptique. Puisque la bataille n’a jamais commencé, il a décidé de la déclencher avec ces meurtres.

 Depuis le début, Charlie croyait que la musique des Beatles nous transmettait un message important

« Charles Manson a interprété « Helter Skelter » comme ayant quelque chose à voir avec les quatre cavaliers de l’apocalypse, a déclaré McCartney dans The Beatles Anthology sorti en 2000. Je ne sais toujours pas ce que c’est que tout ça. C’est tiré de la Bible, du Livre de la Révélation. Je ne l’ai pas lu donc je ne sais pas. Il a interprété tout le truc…et il en est venu à tuer tout le monde. … C’était effrayant parce qu’on n’écrit pas des chansons pour ces raisons ».

« C’était énervant d’être associé à quelqu’un d’aussi sordide que Charles Manson », a déclaré George Harrison dans Anthology.

« Je savais que [le mari de Tate] Roman Polanski, Sharon Tate et Dieu avaient des relations difficiles », a affirmé Ringo Starr.

Même s’il a des années plus tard nié s’intéresser aux Beatles (« Je suis fan de Bing Crosby », a-t-il déclaré en 1985 malgré que ses compagnons de cellule dans une prison où il a été enfermé au début des années 1960 affirment qu’il était obsédé par les Beatles), Manson a tellement parlé du groupe avec ses disciples que son interprétation tordue de l’album le plus aventureux du groupe a résonné tout au long du procès. Bugliosi a interrogé plusieurs membres de la Manson Family, y compris ceux qui n’étaient pas poursuivis pour les meurtres, et a trouvé une forme de cohérence dans leur description de la mythologie entourant l’album blanc et les connexions confuses qu’il a faites avec le Livre de la Révélation décrivant la fin des temps.

« Cette musique déclenche la révolution, la chute non organisée de l’ordre social, a déclaré Manson à Rolling Stone en 1970. Les Beatles savent [ce qui se passe] dans le sens où le subconscient le sait ».

« Depuis le début, Charlie croyait que la musique des Beatles nous transmettait un message important, a écrit Paul Watkins, un membre de la Manson Family dans son livre, My Life With Charles Manson. Il a déclaré que leur album, The Magical Mystery Tour, exprimait l’essence de sa propre philosophie. En gros, Charlie voulait nous programmer pour qu’on se soumette tous : qu’on abandonne notre ego, ce qui, d’un point de vue spirituel, est une noble aspiration. On était des rebelles au sein d’une culture matérialiste et décadente ».

Manson a découvert The White Album en décembre 1968. Quand il est retourné à Death Valley pour le jour de l’an, il a commencé à demander à son entourage ce qu’il pensait de l’album. Brooks Poston, un membre de la Family, se souvient que Manson lui a demandé « Qu’est-ce que tu penses de ce que disent les Beatles ? ». Watkins a déclaré que c’était également à cette époque que Manson avait commencé à utiliser les mots « helter skelter » pour décrire un conflit racial sur le point de débuter.

Avant la sortie du LP, il avait renommé Susan Atkins « Sadie Mae Glutz », mais la chanson « Sexy Sadie » des Beatles (à l’origine ayant le terme « Maharishi », dans son titre, une référence au Maharishi Mahesh Yogi qui avait semble-t-il fait des avances sexuelles à Mia Farrow) donnait l’impression qu’il l’avait prédit. Il a interprété des paroles de la ballade « I Will » (« Your song will fill the air/ Sing it loud so I can hear you ») comme lui imposant de créer son propre album afin de transmettre le message selon lequel il serait une résurrection de Jésus Christ.

La Manson Family a déclaré avoir envoyé des télégrammes, écrit des lettres et passé des appels en Angleterre pour inviter les Beatles à la rejoindre avant la guerre raciale, mais elle n’est jamais parvenue à entrer en contact avec le groupe. Ils ont donc travaillé sur l’album de Manson, ce dernier espérant être produit par Terry Melcher, le fils de Doris Day, qui travaillait avec les Beach Boys et qui vivait à Cielo Drive. L’enregistrement n’a jamais eu lieu car Melcher a coupé les ponts avec Manson et a quitté son domicile de Cielo Drive. Roman Polanski et Sharon Tate y ont emménagé peu de temps après.

Les chansons du White Album avaient de plus en plus de signification pour Manson. Bugliosi a écrit dans Helter Skelter que « Rocky Raccoon » (une chanson mélodramatique dans laquelle McCartney, Lennon et Donovan parlent d’un cow-boy appelé Rocky Sassoon) était, pour Manson, une histoire déguisée sur un soulèvement afro-américain. « « Rocky’s revival », ça veut dire revenir à la vie, a déclaré Manson à Rolling Stone en 1970. L’homme de couleur va reprendre le pouvoir ». Pour lui, «Happiness Is a Warm Gun », probablement la chanson de Lennon contenant le plus de sous-entendus, signifiait que « les Beatles demandaient aux noirs de prendre les armes et de combattre les blancs », selon les termes de Bugliosi.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.