Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Baya, l'artiste algérienne qui bluffe ses contemporains

La RĂ©daction

Baya...

De son vrai nom Fatma Haddad, Ă©pouse Mahieddine, nĂ©e le 12 dĂ©cembre 1931, Ă  Bordj el Kiffan (Fort-de-l'Eau, aux environs d'Alger) et dĂ©cĂ©dĂ©e le 9 novembre 1998 Ă  Blida, est une peintre algĂ©rienne, qui ne signa jamais ses Ɠuvres que de son seul prĂ©nom usuel. 

 Orpheline de ses deux parents, elle est recueillie par sa grand-mĂšre qu'elle aide dans son travail dans une ferme de colons (horticulture). 

En 1943, Marguerite Caminat, sƓur de la propriĂ©taire, la prend chez elle Ă  Alger pour rendre des services mĂ©nagers dans une maison dont l'Ă©blouissent les fleurs et les oiseaux. 

 Baya commence alors Ă  modeler des personnages ou des animaux fantastiques en argile et elle est encouragĂ©e Ă  rĂ©aliser des gouaches que le sculpteur Jean Peyrissac montre Ă  AimĂ© Maeght, de passage Ă  Alger en 1943. 

 En 1947, une exposition est organisĂ©e Ă  Paris par Maeght dans sa galerie. AndrĂ© Breton prĂ©face le catalogue. Elle connaĂźt un vif succĂšs . Le magazine Vogue publie la photo de Baya, qui n'a alors que seize ans, avec un article d'Edmonde Charles-Roux. 

Baya dĂ©couvre Paris et rencontre le peintre Georges Braque. en 1949 elle rĂ©alise Ă  Vallauris des sculptures en cĂ©ramique dans l'atelier Madoura et cĂŽtoie Picasso. En 1953, Baya est "remise" Ă  son tuteur, qui la marie, comme seconde Ă©pouse, au musicien "arabo-andalou" El Hadj Mahfoud Mahieddine, d'une trentaine d'annĂ©es plus ĂągĂ© qu'elle. 

« PassĂ© le bal irrĂ©el de Cendrillon », comme l'Ă©crit François Pouillon, Baya demeure durant dix ans dans l'impossibilitĂ© de poursuivre son Ɠuvre. 

En 1963 Baya participe Ă  l'exposition « Peintres algĂ©riens » organisĂ©e pour les FĂȘtes du 1er novembre et prĂ©facĂ©e par Jean SĂ©nac , le musĂ©e d'Alger acquiert (gracieusement) et expose ses Ɠuvres anciennes. 

Sur l'amicale incitation de Mireille et Jean de Maisonseul, conservateur du MusĂ©e, elle reprend ses pinceaux et ne cessera plus de rĂ©aliser sur papier de grandes Ɠuvres qui seront par la suite rĂ©guliĂšrement exposĂ©es en AlgĂ©rie (Alger, Tizi Ouzou, Annaba), en France (Paris et Marseille), en Belgique (Bruxelles) et dans d'autres pays. Plusieurs d'entre elles sont conservĂ©es dans la Collection de l'art brut de Lausanne. 

 Baya est placĂ©e, avec Aksouh, Benanteur, Guermaz, Issiakhem, Bel Bahar, Khadda et Mesli, parmi les artistes de la « gĂ©nĂ©ration de 1930 » (tous ces peintres Ă©tant nĂ©s autour de cette annĂ©e) qui, aprĂšs les prĂ©curseurs des annĂ©es 1920, ont Ă©tĂ© les fondateurs de l'art pictural algĂ©rien moderne.Un jour Baya fit sa premiĂšre peinture celle-ci Ă©tait sublime .
 

🔔Si vous aimez notre contenu, vous pouvez nous soutenir sur Tipeehttps://fr.tipeee.com/elmesmar đŸ€—đŸ€—

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->