Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

vendredi 8 mai 2020

Le Quartier Juif de la Ville d'Oran - Algérie

Le Quartier Juif de la Ville d'Oran :

L'histoire de ce quartier est liée avec le départ du dernier gouverneur espagnol le 29 Février 1792 sous le contrôle des armées du Bey Mohamed B. Uthman, qui chassa définitivement les Espagnols.

Devenu Mohamed El Kébir, ce Bey décida de repeupler la ville et fit appel aux habitants juifs de l'Oranie pour relancer le commerce.

Ils leur vendit des terrains à bas prix situés entre le Chateau Neuf et le Fort Saint André, avec la seule conditions d'y construire des immeubles sur des alignements donnés.

Le Quartier juif se construisit dans presque toute sa longueur et était parcouru par trois principales rues, parallèles au Boulevard Joffre (aujourd'hui boulevard Maata Mohamed el Habib), la rue de la révolution, la rue d'austerlitz appelée " rue des juifs " et la rue de Wagram.

La rue d'Austerlitz était la plus curieuse à parcourir avec ses commerçants, artisans, et brocanteurs en tous genres.

Elle était toujours trés animée, exceptée le samedi jour du Shabbat.

Ce Quartier est vieux de deux siècles.

Le découpage géographique reflète le cloisonnement social qui existe entre les différentes communautés...

Le quartier juif, dans la ville haute, se développe à partir de l'ancien quartier de 1792.

Le quartier espagnol de la Marine est adossé au vieux port.

Entre les deux, le quartier musulman de la Casbah, derrière la grande mosquée, sur une partie de l'ancien quartier espagnol de la Bianca.
Le quartier Européen se construit à l'Est, autour de la place d'Armes, avec ses grandes artères, le Boulevard National, le Boulevard Seguin, le boulevard des Casernes.

A la fin du XIXè siècle, la bourgeoisie juive commence à y habiter.

Enfin, dès 1845, les Musulmans viennent s'installer dans un quartier au Sud-Ouest de la ville, « le Village Nègre » (appelé ainsi parce que des Musulmans noirs y vivaient à l'origine, actuellement M'dina jdida)), où certains commerçants juifs tiennent boutique.

Le quartier juif reste le centre de la vie communautaire oranaise ses rues portent les noms de victoires napoléoniennes : Ulm, Friedland, Austerlitz, cette dernière, où se tient le marché, est aussi appelée « rue des Juifs ».

Au début de la conquête française, la population juive est proportionnellement très importante à Oran : en 1832, on recense sur une population de 3 800 habitants, 750 Européens, 250 Musulmans et 2 800 Israélites.

La proportion s'inverse peu à peu en 1881, un recensement officiel compte 3 549 Juifs, 41 714 Européens et 9 084 Musulmans.

Les Juifs oranais continuent, comme avant la conquête française, de tirer leurs ressources du petit commerce et de l'artisanat, mais après le décret Crémieux ils accèdent aussi à la fonction publique (ils peuvent être fonctionnaires municipaux ou agents de police) ou aux métiers du transport (camionneurs, cochers, postillons).

Une bourgeoisie nouvelle se constitue, formée en partie de propriétaires qui doivent leur fortune à la plus-value d'anciens terrains devenus constructibles, ou de terres cultivables en dehors de la ville.

Cette bourgeoisie se « francise » : dès les années 1860, ses enfants commencent à sortir en ville, vêtus selon la mode française, et à suivre les cours du collège français.

A partir de 1876, l'usage du judéo-arabe régresse : en 1896, lors d'une réunion électorale du consistoire, les débats se tiennent en français.

Parmi la foule bariolée qui se presse vers les étals et les commerces de la rue d'Austerlitz, se distinguent des costumes différents.

Les Juifs autochtones portent (sauf quelques jeunes gens habillés à la française) l'habit traditionnel des Juifs en pays musulman : pantalon bouffant et chemise aux larges manches, large ceinture de flanelle, turban, burnous...

D'autres ont revêtu en guise de burnous une longue robe noireboutonnée devant (la Joha), leur pantalon et leur chemise sont moins bouffants, ils sont chaussés de souliers à l'Européenne et portent une calotte noire : ce sont les Juifs tétouanais.


🔔Soutenez-nous sur Tipeehttps://fr.tipeee.com/elmesmar 🤗🤗

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.