Notre petite revue, gratuite et ind√©pendante, fait du bruit gr√Ęce √† vous ! Soutenez-nous, car m√™me les petites √©tincelles peuvent allumer de grandes id√©esūüöÄ Soutenir!

V√©rifiez ici si vous ne devez pas vous r√©-inscrire. L’eau et les nouvelles puissances coloniales

La Rédaction
Le 14 novembre, le groupe canadien Wellington Water Watchers a organis√© la conf√©rence « All Eyes on Nestl√© » dans la ville de Guelph, en Ontario, r√©unissant des peuples autochtones et des mouvements citoyens luttant contre les pr√©l√®vements d’eau de Nestl√© au Canada, aux Etats-Unis, en France et au Br√©sil. Suite √† cet √©v√©nement public, les repr√©sentants des organisations impliqu√©es se sont r√©unis pour un atelier d’√©change d’information et de discussion sur les strat√©gies communes possibles de r√©sistance √† cette gigantesque corporation et ses pr√©l√®vements d’eau.
Des exp√©riences et des histoires partag√©es par des groupes aussi diff√©rents que le Collectif Eau 88 – de la ville de Vittel, France – Save our Waters – d’Elora, Canada – ou le Michigan Citizens for Water Conservation – des Etats-Unis – ont montr√© qu’il existe un mod√®le commun dans tous ces endroits o√Ļ Nestl√© utilise l’eau pour ses installations d’embouteillage, alors que ces entreprises affirment que tout probl√®me est toujours une question purement locale. Ce mod√®le commun montre, par exemple, que les quantit√©s d’eau pr√©lev√©es – pour lesquelles Nestl√© ne paie presque rien – entra√ģnent g√©n√©ralement un abaissement du niveau des nappes phr√©atiques, affectent les √©cosyst√®mes et mettent en danger l’approvisionnement en eau des populations locales. A Vittel, par exemple, Nestl√© et la communaut√© pr√©l√®vent l’eau du m√™me aquif√®re et les institutions publiques fran√ßaises ont reconnu que cette situation mettait l’aquif√®re en danger, car les pr√©l√®vements d’eau allaient plus vite que son renouvellement naturel. La solution propos√©e par les autorit√©s fran√ßaises ? Construire un pipeline d’environ 14 km pour amener l’eau d’un autre endroit aux habitants de Vittel, afin que Nestl√© puisse continuer √† pomper l’eau souterraine de Vittel sans √™tre d√©rang√©e !!!! Gr√Ęce √† la r√©sistance du Collectif Eau 88, le projet de canalisation a √©t√© politiquement rejet√© et une autre solution doit √™tre trouv√©e pour prot√©ger l’aquif√®re. Mais sans ce mouvement citoyen, le projet de pipeline aurait √©t√© construit avec l’argent des contribuables. Dans le comt√© de Wellington, Nestl√© Waters Canada a la permission d’extraire 4,7 millions de litres d’eau par jour dans les puits de Hillsburgh et d’Aberfoyle et, selon Mike Balkwill de Wellington Water Watchers,  » la soci√©t√© a demand√© le renouvellement de ces permis, alors qu’elle extrait l’eau sans le consentement des Six Nations, sur le territoire desquelles elle op√®re, et malgr√© l’opposition publique de plusieurs organisations autochtones.  
Et encore une fois, gr√Ęce √† la r√©sistance des Six Nations et d’autres mouvements de citoyens, le moratoire sur les permis d’eau qui prendrait fin le 1er janvier prochain a r√©cemment √©t√© prolong√© par les autorit√©s jusqu’en septembre 2020. La situation est la m√™me en Floride o√Ļ, bien que l’autorit√© locale de l’eau consid√®re que le syst√®me d’approvisionnement en eau est en voie de r√©tablissement apr√®s une surexploitation, Nestl√© veut toujours pomper l’eau de Ginnie Springs. Le mod√®le commun qui se d√©gage de ces cas et d’autres – dans l’√Čtat du Michigan ou dans la petite ville de S√£o Louren√ßo au Br√©sil – montre √©galement que ce sont toujours des groupes locaux qui sont venus d√©fendre l’eau, et non les autorit√©s de l’√Čtat charg√©es de la protection de l’eau ou de l’environnement. Au contraire, une autre tendance qui se r√©p√®te dans la plupart des cas, les gouvernements se rangent tr√®s souvent du c√īt√© de l’entreprise contre les citoyens. Pire encore, dans de nombreux endroits, Nestl√© « fusionne » avec les autorit√©s locales, comme dans le Maine o√Ļ un cadre de Nestl√© si√©geait au conseil de l’agence de protection de l’environnement de l’Etat; ou √† Vittel o√Ļ une adjointe au maire est poursuivie en justice en raison d’un conflit d’int√©r√™ts concernant le projet de pipeline : cette adjointe, conseill√®re d√©partementale, Claudie Pruvost, √©tait mari√©e √† un cadre Nestl√© originaire de Vittel, pr√©sident dune association qui avait √©t√© choisie pour porter le Sch√©ma dAm√©nagement et de la Gestion de lEau √† la Commission Locale de lEau que Mme Pruvost pr√©sidait. Le proc√®s a √©t√© retard√© parce que l’affaire a d√Ľ √™tre d√©plac√©e du tribunal de la ville d’√Čpinal – le plus proche de Vittel – √† la ville de Nancy car la vice-pr√©sidente du tribunal d’√Čpinal √©tait √©galement mari√©e au Directeur de Nestl√© Waters √† Vittel ! 
Nestl√© s’efforce toujours d’√©tablir des alliances ou des partenariats avec les gouvernements pour prot√©ger ses activit√©s, en particulier dans son pays d’origine, la Suisse, o√Ļ son image doit √™tre mieux prot√©g√©e. R√©cemment, Christian Frutiger, ancien chef des affaires publiques de Nestl√©, a √©t√© nomm√© directeur adjoint de la Direction du D√©veloppement et de la Coop√©ration (DDC)  lagence de d√©veloppement du Gouvernement de la Suisse, responsable des programmes d’aide au d√©veloppement – o√Ļ il sera responsable du programme EAU de la DDC 
Les dommages √©cologiques caus√©s par les pr√©l√®vements d’eau et les installations d’embouteillage de Nestl√© ne sont pas non plus limit√©s localement. Les bouteilles d’eau en PET sont l’une des principales sources de d√©chets plastiques dans le monde. Un seul exemple suffit √† donner une id√©e de la contribution de Nestl√© √† ce probl√®me : selon Wellington Water Watchers, si le gouvernement approuve les autorisations de Nestl√© de pr√©lever de l’eau pour l’embouteillage commercial dans le comt√© de Wellington, l’entreprise produira plus de 3 milliards 500 millions de bouteilles en plastique par an – mises bout √† bout, ce nombre ferait 16 fois le tour du monde ! Et cette quantit√© de plastique ne provient que de quelques sites dans le comt√© de Wellington ! Nestl√© dispose de douzaines d’installations d’embouteillage de ce type dans le monde entier, utilisant d’√©normes quantit√©s de combustibles fossiles pour produire encore des milliards de bouteilles en plastique. Si l’on ajoute √† cela tout le carburant consomm√© pour transporter toutes ces bouteilles – principalement par camion – nous pouvons √©galement constater l’impact significatif de Nestl√© sur le changement climatique. 
De tels sch√©mas sont intrins√®ques aux activit√©s d’embouteillage de Nestl√© dans le monde entier et √† la puissance √©conomique et politique de cette multinationale g√©ante. Des pays comme le Canada, les √Čtats-Unis ou la France comptent parmi les soci√©t√©s d√©mocratiques les plus riches et les plus traditionnelles de notre plan√®te et, pourtant, leurs citoyens doivent lutter tr√®s durement et tr√®s longtemps pour atteindre un niveau minimum de protection des eaux souterraines et de surface, des √©cosyst√®mes et aussi pour leur acc√®√† l’eau dans l’avenir – des choses que, dans une d√©mocratie, nous consid√©rons comme une obligation de l’√Čtat. Mais si Nestl√© parvient √† avoir des gouvernements de son c√īt√© et contre les citoyens m√™me dans des d√©mocraties traditionnelles comme les Etats-Unis, le Canada et la France, qu’adviendra-t-il des communaut√©s confront√©es √† l’accaparement d’eau par Nestl√© dans des soci√©t√©s beaucoup moins d√©mocratiques et beaucoup plus vuln√©rables en Afrique, en Am√©rique Latine ou en Asie ?  
De nos jours, les multinationales sont devenues la principale source de pouvoir √©conomique et politique, comme l’expliquent Paul A. Baran et Paul M. Sweezy dans leur ouvrage classique « Monopoly Capital » : 
« Les votes sont la source nominale du pouvoir politique et l’argent est la vraie source : le syst√®me, en d’autres termes, est d√©mocratique dans sa forme et ploutocratique dans son contenu. (…) Il suffit de dire que toutes les activit√©s et fonctions politiques qui peuvent √™tre consid√©r√©es comme constituant les caract√©ristiques essentielles du syst√®me – endoctriner et faire la propagande pour le public √©lectoral, organiser et maintenir les partis politiques, mener les campagnes √©lectorales – ne peuvent se faire que par l’argent, beaucoup d’argent. Et puisque dans le capitalisme monopoliste, les grandes corporations sont la source de l’argent, elles sont aussi la source principale du pouvoir politique. »  
En fait, certaines soci√©t√©s transnationales ont des b√©n√©fices sup√©rieurs au PNB de la grande majorit√© des pays du monde. Une comparaison suffit pour donner une id√©e du pouvoir de ces corporations: en 2017, Nestl√© a consacr√© 7,2 milliards de dollars √† sa publicit√© dans tout le monde. Le budget de l’Organisation Mondiale de la Sant√© pour 2016-2017 √©tait de 4,384,9 millions de dollars. Il est √©galement important de comprendre que la soci√©t√© transnationale moderne est aussi le successeur  » naturel  » des anciennes puissances coloniales, √† la diff√©rence pr√®s que si les anciennes puissances coloniales se concentrent sur l’exploitation du sud global, leurs h√©ritiers contemporains sont capables d’exploiter √©galement le NORD global, lorsque les ressources dont ils ont besoin s’y trouvent, comme Paul Sweezy l’explique dans cette citation de  » Modern Capitalism and Other Essays  » : 
« (…) il n’y a aucune raison de supposer qu’une corporation exempterait volontairement les march√©s et les sources d’approvisionnement √©trangers de son horizon de planification simplement parce qu’ils se trouvent √† l’ext√©rieur d’un ensemble particulier de fronti√®res nationales. »  
En fait, des communaut√©s au Canada, en France et aux Etats-Unis qui essaient de prot√©ger leurs ressources en eau contre Nestl√© m√®nent les m√™mes batailles que les communaut√©s du Sud ont toujours d√Ľ mener pour prot√©ger leurs propres ressources de l’accaparement colonial. Les anciennes puissances coloniales utilisaient les oligarchies locales soumises √† leurs vues politiques et √©conomiques comme dirigeants dans leurs colonies, ce qui est devenue le « mod√®le de gouvernance » dans la plupart des pays du Sud. Sous le n√©olib√©ralisme, ce mod√®le a √©t√© export√© vers le Nord o√Ļ les soci√©t√©s transnationales prennent progressivement le contr√īle de l’espace d√©mocratique et le pouvoir politique, transformant de nombreux endroits du Nord en un miroir des communaut√©s colonis√©es du Sud. Sous cette nouvelle puissance coloniale, les gouvernements du Sud comme du Nord deviennent des serviteurs volontaires du secteur priv√©, s’assurant que, malgr√© les dommages environnementaux et sociaux, les corporations ont acc√®s aux ressources dont elles ont besoin. 
Mais ce fait cr√©e une nouvelle ouverture importante pour la communication, la solidarit√©, la compr√©hension et l’action commune entre les groupes de citoyens qui luttent contre la privatisation de l’eau dans le Nord et dans le Sud. La lutte, au sud ou au nord, est la m√™me : garder l’eau comme un bien commun sous contr√īle d√©mocratique. Et lutter pour l’eau, c’est aussi lutter pour nos d√©mocraties en danger sous la menace autoritaire du contr√īle des corporations, du Sud ou du Nord. Une nouvelle alliance entre le Sud et le Nord peut √©merger, qui constituera un puissant mouvement mettant au d√©fi le secteur corporatif et ses serviteurs. Les multinationales, bien s√Ľr, riposteront et Nestl√©, une fois de plus, a d√©j√† une longue et bien r√©ussie histoire de lutte contre la soci√©t√© civile. 
Dans les ann√©es 1970, un boycott international a √©t√© lanc√© contre Nestl√© en raison de ses pratiques de promotion de l’allaitement au biberon et de d√©couragement de l’allaitement maternel, entra√ģnant des maladies infantiles et la mort dans les pays pauvres du Sud. Cette campagne, connue √† l’√©poque sous le nom de « Nestl√© tue les b√©b√©s », a eu un impact sans pr√©c√©dent sur l’entreprise, nuisant consid√©rablement √† son image. Pour lutter contre cette campagne, Nestl√© a engag√© Raphael Pagan, un officier de renseignement de l’Arm√©et du D√©partement de la D√©fense des Etats-Unis. Pagan a conseill√© les pr√©sidents am√©ricains Nixon, Reagan et Bush sur les politiques envers le tiers monde – ce qui signifie, sur la fa√ßon de combattre les mouvements de lib√©ration du tiers monde. En fait, Nixon √©tait le pr√©sident am√©ricain qui a soutenu le g√©n√©ral Pinochet dans son coup d’√Čtat contre le pr√©sident √©lu Salvador Allende au Chili, jetant ce pays dans une dictature militaire meurtri√®re qui a dur√© des ann√©es. M. Pagan a re√ßu un Life Achievement Award du pr√©sident Reagan – le pr√©sident am√©ricain qui a men√© une guerre contre le gouvernement sandiniste nicaraguayen, tuant et terrorisant des milliers de personnes en Am√©rique Centrale. Raphael Pagan s’est montr√© tr√®s efficace dans la lutte contre le boycott international contre Nestl√©, principalement en √©laborant une strat√©gie pour diviser les groupes de la soci√©t√© civile qui ont organis√© la campagne. Ce partenariat avec les services de renseignements militaires pour lutter contre les organisations de la soci√©t√© civile a connu un tel succ√®s que Nestl√© a approfondi cette collaboration. 
En 2002, Nestl√© a engag√© John Hedley, un ancien agent du MI6 – le renseignement militaire britannique – comme chef de la s√©curit√©Hedley a notamment √©t√© responsable de l’organisation d’une op√©ration d’espionnage de groupes de la soci√©t√© civile critiques de la multinationale en Suisse, principalement le groupe ATTAC. Lorsque cette op√©ration a √©t√© d√©voil√©e par un journaliste d’investigation suisse qui l’a d√©nonc√©√† la t√©l√©vision suisse, Nestl√© a d√Ľ faire face √† un proc√®s et a √©t√© condamn√©e par la justice suisse. Nestl√© √©galement d√©velopp√© ce que l’on appelle le « War Room », un centre de communication high-tech qui suit en temps r√©el toute mention faite √† Nestl√© dans les m√©dias sociaux, afin que l’entreprise puisse r√©agir rapidement √† toute « menace » pos√©e par des personnes.  En 2011, Nestl√© a organis√© sa conf√©rence annuelle « Creating Shared Values » √† Washington en partenariat avec « The Atlantic Council » – une organisation bas√©e aux Etats-Unis qui rassemble les grandes entreprises, les politiciens et les militaires. The Atlantic Council – d’o√Ļ son nom – est membre de l’OTAN – l’Organisation du Trait√© de l’Atlantique Nord (pour en savoir plus, consulter le site https://www.nestle.com/media/mediaeventscalendar/allevents/creatingsharedvalueforum2011). 
La principale table ronde de cet √©v√©nement a eu lieu avec Peter Brabeck, CEO de Nestl√©, et Frederick Kempe, Pr√©sident et CEO du Atlantic Council, avec le titre : 
 Creating Shared Values en Am√©rique latine : Opportunit√©s, obstacles et orientations futures en mati√®re de nutrition, EAU, d√©veloppement rural’.  
Je suppose que ce que le groupe d’experts a qualifi√© d' »obstacles » √©taient – et sont toujours – les mouvements de la soci√©t√© civile qui essaient de garder leurs ressources naturelles – y compris l’eau comme un bien commun. Lorsqu’elles sont confront√©es √† ce type de r√©sistance de la soci√©t√©, des entreprises comme Nestl√© peuvent trouver tr√®s utile d’avoir l’OTAN √† leurs c√īt√©s pour aider √† « convaincre » les gouvernements rebelles de donner leurs ressources naturelles pour le profit du secteur priv√© – et non pour le d√©veloppement du pays.  
Nestl√© √©galement un programme sp√©cial pour l’embauche d’anciens militaires am√©ricains, hommes et femmes –  
 et  https://www.nestleusa.com/about-us/project-opportunity-career-acceleration-initiative – 
Peut-√™tre juste pour garder les liens √©troits avec l’arm√©e am√©ricaine, puisque, pour autant que je sache, il n’y a pas de programme sp√©cial de Nestl√© pour embaucher de ex- militaires suisses ou fran√ßais, seulement des nord- am√©ricains…… 
Ces exemples suffisent √† montrer que Nestl√© occupe une position de leader dans l’imposition d’un contr√īle des corporations sur les institutions d√©mocratiques afin d’avoir acc√®s aux ressources naturelles comme l’eau. Les exemples montrent √©galement que Nestl√© est en avance dans le d√©veloppement de strat√©gies et de partenariats pour lutter contre la r√©sistance de la soci√©t√© civile.  
Seuls unis, au Nord comme au Sud, nous pouvons prot√©ger nos eaux de l’accaparement des corporations et nos d√©mocraties du contr√īle corporatif. Il n’y a pas d’autre chemin. 
par - Source : Investig’Action

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies ūüć™ sur ce site pour analyser le trafic, m√©moriser vos pr√©f√©rences et optimiser votre exp√©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-h√©ros de la navigation ! ūüöÄ On a d√©tect√© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. ūüĆü Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! ūüĆźūüí• Merci, h√©ros ! ūüôĆ #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! D√©sol√© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. ūüĆćūüėĒ
-->