Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

jeudi 21 novembre 2019

Histoire d'immatriculation des véhicules

La toute première tentative d'immatriculation des véhicules en France date du xviiie siècle. Dès 1749, Monsieur Guillauté, officier de la Maréchaussée de l'Île de France, à la suite de nombreux actes d'incivisme, proposa l'immatriculation des véhicules parisiens, ceci dans un manuscrit destiné à être présenté au roi Louis XV : Mémoire sur la réformation de la police de France. Le 20 avril 1783, un arrêt du Conseil du roi Louis XVI fait obligation aux « rouliers et cochers de fixer sur leurs véhicules une plaque en métal portant le nom et l’adresse des propriétaires de l’attelage ».
 Mais l'utilisation de l'immatriculation commence réellement en 1900 lorsque les promeneurs du parc de la tête d'Or à Lyon se plaignent d'être empoussiérés par les automobilistes qui circulent dans les allées. Un système est alors mis en place qui oblige les propriétaires d'automobiles à apposer un numéro bien visible à l'arrière de leur véhicule. Ce numéro permet de repérer les automobilistes qui rouleraient trop vite et soulèveraient ainsi trop de poussière. À la sortie du parc, les automobilistes respectueux rendent ce numéro pour qu'il puisse ensuite être utilisé par un autre chauffeur.
 À partir du 31 juillet 1900, tous les propriétaires de voitures domiciliés à Lyon reçoivent un numéro personnel. Les touristes ou les véhicules en transit reçoivent, en entrant dans la ville, un numéro provisoire, qu'ils rendent en sortant à l'octroi de Lyon. Il faut savoir qu'à l'époque la traversée de Lyon était quasiment le seul itinéraire possible pour une voiture. De ce fait la mesure est jugée très impopulaire mais son boycott reste très difficile à mettre en œuvre pour ses détracteurs ! Un décret du 10 septembre 1901 étend ce système à l'ensemble du territoire français.
En 1902, l'Italie, puis la Belgique suivent l'exemple de la France. Ce fut ensuite le tour de l'Angleterre et de l'Allemagne. Ce décret impose pour les véhicules dépassant la vitesse de 30 km/h un numéro apposé à l'avant et à l'arrière du véhicule. Ce numéro doit être lisible de jour comme de nuit. Malgré cela, certains automobilistes récalcitrants huilaient sans modération la plaque arrière et, grâce à la poussière qui venait se coller sur la plaque ainsi huilée, celle-ci devenait illisible.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.