Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

vendredi 18 octobre 2019

Dagobert n’a JAMAIS mis sa culotte à l’envers


Depuis notre enfance, on nous ment et J'affirme que :

Dagobert n’a JAMAIS mis sa culotte à l’envers.

D’abord pour une raison très simple : Dagobert c’est le début du 7ème Siècle (naissance vers 602/605 et mort le 19 janvier 638 ou 639…) et à cette époque bah… les culottes n’existaient pas !

Au moment du règne de Dagobert, on assiste certes à un changement dans les habitudes vestimentaires :
Les hommes qui portaient jusque-là des braies passent progressivement aux bas en tissu de laine ou de lin voire carrément à la guibole à l’air en cas de grosse chaleur (on garde quand même une petite bande molletière sans doute pour éviter de se faire piquer à tout va dans les herbes hautes) mais on est encore loin de la culotte.

Ladite culotte à proprement parler (cette espèce de pantacourt moulant qui arrivait au genou dérivé de la trousse) ne fait son apparition que plus de 1000 ans après le règne de Dagobert.
Vous m’accorderez que comme preuve formelle on peut difficilement faire mieux !

Alors pourquoi tous les enfants de France chantent-ils cette ritournelle fâcheuse depuis des siècles ?

De plus, cette comptine ayant vu le jour fin 18ème, on ne comprend pas bien pourquoi, d’un coup, en plein bouillonnement pré-révolution française, on s’en prendrait à Dagobert.

L’hypothèse la plus probable donc (et communément admise aujourd’hui) est que cette comptine, adaptée d’un ancien chant de chasse « La Fanfare du Grand Cerf », avait pour but de ridiculiser la monarchie alors en place.
Et là, tout de suite, ça colle plus avec l’ambiance révolutionnaire !

Pourquoi s’en prendre à Dagobert alors ?

D’abord parce que ça rime avec « envers » ce qui est bien pratique pour faire une petite chansonnette efficace qui reste dans la tête… (« Le bon roi Clovis, a mis sa culotte à l’envers », ça marche moins bien, on est d’accord ?)
… mais surtout parce que Dagobert est un Mérovingien, pas un Bourbon.

Or, à l’époque, s’en prendre à un Bourbon était Crime de Lèse-Majesté et ça vous envoyait direct au cachot (quand c’était pas pire !)

« Le Bon Roi Dagobert », s’est donc prit tous les quolibets à la place de ses petits camarades Rois, tout ça parce qu’on avait la trouille nommer directement Louis XVI.

Je dis « tous les quolibets » car si tout le monde connait aujourd’hui le laïus sur la culotte, sachez que la chanson complète comptait à l’origine 22 couplets qui évoquaient tour à tour l’étourderie, la gloutonnerie, la couardise, le bêtise, la coquetterie… toutes ces qualités que le peuple prêtait allègrement à Louis XVI !

Finissons en précisant que, comme toute chanson populaire à succès, « Le Bon Roi Dagobert » fut l’objet de reprises, notamment pour critiquer Napoleon 1er Bonaparte.
Quelques couplets furent alors adaptés et d’autres rajoutés pour coller à la cible, comme par exemple celui-ci qui fait clairement référence à la campagne de Russie :

« Le roi faisait la guerre
Mais il la faisait en hiver ;
Le grand saint Éloi
Lui dit : Ô mon roi !
Votre Majesté
Se fera geler.
C’est vrai, lui dit le roi,
Je m’en vais retourner chez moi. »
Napoleon, un peu tatillon sur sa communication, ne trouva pas ça drôle et fit tout bonnement interdire la chanson par la police.
Le petit air tomba en désuétude, jusqu’au retour des Bourbons à la Restauration où elle connut un regain de popularité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.