Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

vendredi 26 juillet 2019

Quand un dauphin aime une femme : l’étrange héritage de l’expérience inter-espèces de John C. Lilly

 La réalité est bien plus étrange que la fiction parfois, surtout lorsqu’il s’agit de drogues, d’animaux et d’une expérience inhabituelle. Les années 1960 étaient décidément une décennie pleine d’espoir, d’incertitude et de beaucoup de curiosité. Et quelques personnes en ont vraiment repoussé les limites à l‘époque.

Quand un scientifique rebelle aux méthodes peu orthodoxes, et son assistante, s’associent à la NASA pour une de leurs théories, ils pensaient qu’ils allaient changer l’histoire. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé, d’une certaine manière… Malheureusement, tout ne s’est pas déroulé comme prévu et leurs recherches sont devenues l’un des épisodes les plus controversés de l’histoire scientifique américaine.
John C. Lilly : scientifique fou ou visionnaire audacieux ?


John C. Lilly était un neuroscientifique, physicien, inventeur et auteur américain. Il avait rédigé plusieurs livres portant sur divers champs d’expertise ; mais certains de ses projets étaient parfois plus fous que d’autres. Il était par exemple obsédé par les extra-terrestres, les dauphins et tout spécialement par la communication inter-espèces.

Dès qu’il a bénéficié du soutien d’une agence aussi importante que la NASA pour ses expériences, il a décidé de passer à la vitesse supérieure, peu importe les conséquences et tout cela au nom de la science. Pour vous donner un indice de comment les choses ont tourné, pensez au surnom : « La Maison des Dauphins » qu’on a alors attribué à l’Institut de Recherche sur la Communication, situé dans les Iles Vierges américaines.

Il a inventé le caisson d’isolement pour son projet de dauphins
Lilly considérait l’isolement comme une méthode d’expérimentation. C’est lui qui a inventé les caissons d’isolement en 1954 alors qu’il se formait à l’analyse psychologique et à la privation sensorielle. A l’époque, il était loin de se douter que ces caissons seraient un succès commercial des décennies plus tard.

Il a imaginé un environnement isolé et contrôlé qui pousseraient les dauphins à communiquer, et en allant plus loin, il voulait prouver qu’ils seraient capables d’apprendre l’anglais. C’est dans ce but qu’il a fait modifier et immerger tout un bâtiment pour servir ses intérêts.

Les graines de la ruine étaient plantées

C’est à ce moment là qu’intervient Margaret Howe Lovatt. Elle connaissait bien le laboratoire et est devenue l’assistante de Lilly. La nature empathique de Margaret faisait d’elle la candidate parfaite pour ce qui était de s’occuper correctement des animaux en vue de cette expérience unique.

Margaret a immédiatement accepté et s’est complètement vouée au projet. C’est d’ailleurs elle qui a suggéré d’immerger les locaux et de créer le Dolphinarium. Son engagement était admirable mais au bout d’un certain temps, elle est allée trop loin, prenant des décisions quant aux méthodes controversées de Lilly qui ont fini par salir sa réputation ainsi que toute l’expérience pour toujours.

Lilly s’est employé à démontrer sa folle théorie
C’était une affaire assez sérieuse au départ. Lilly voulait prouver une théorie, qu’il avait publiée dans son livre Man and Dolphin (L’homme et le Dauphin, éd Stock, 1962), dans lequel il maintenait que les dauphins désiraient communiquer avec nous, les humains, et qu’ils en seraient parfaitement capable.

C’était il y a plus de 50 ans, et comme on peut l’imaginer, il s’agissait d’une idée révolutionnaire. Notre connaissance des autres espèces n’était pas très aboutie à l’époque et l’intelligence des dauphins restait encore un mystère incroyable à résoudre. En ce temps-là, les chercheurs scientifiques corrélaient exclusivement la taille du cerveau à ses capacités cognitives et le champ des possibles était alors infini.

Un volontaire inattendu fait son entrée
C’est cette idée de possibilités infinies qui a séduit la jeune Margaret Howe Lovatt à partir sur la côte est des Iles Vierges alors que son frère venait de lui raconter qu’il s’y trouvait un laboratoire pour dauphins. Fascinée par les mammifères marins depuis toute petite, elle a sauté dans sa voiture et est partie rencontrer le directeur du laboratoire Gregory Bateson. Les capacités naturelles d’observation de cette jeune fille et l’intérêt qu’elle portait l’ont intrigué, du fait qu’il l’a laissée visiter les lieux et observer les trois dauphins qui étaient sur place. Voilà de quelle manière elle s’est retrouvée à intégrer l’équipe de recherche de Lilly dès son arrivée sur l’île.

Ils ont créé l’environnement parfait

John Lilly a rapidement fait confiance à Lovatt pour mener l’expérience. Elle a finalement suggéré qu’elle puisse rester en permanence au laboratoire en compagnie des dauphins afin de gagner en temps et en efficacité. Lilly était intrigué par cette approche audacieuse et a accepté.

Voilà comment Margaret a mis en route son plan de rénovation complexe en isolant tout le bâtiment et en l’immergeant d’eau à hauteur de genou afin d’être présente nuit et jour avec le sujet. Elle a même créé du mobilier adéquat pour poursuivre sa manœuvre, comme un bureau suspendu, avec le téléphone, une espèce de brûleur flottant pour se préparer du thé ou à manger et un lit à partir de rien.

Activité non-stop
Margaret a choisi Peter pour mener l’expérience, le seul jeune mâle des trois dauphins qui vivait au laboratoire. Elle dit avoir arrêté son choix sur lui car Peter n’avait encore jamais appris à parler.

Elle a minutieusement enregistré ses leçons avec Peter à raison de deux fois par jour. Elle faisait des sons et des bruits qu’il devait ensuite reproduire. Elle s’est vite rendu compte qu’il ne pouvait pas articuler mais qu’il arrivait par contre à très bien imiter les inflexions de sa voix. Elle se peinturlurait la bouche de telle manière à ce qu’il puisse observer le mouvement de ses lèvres

Les choses sont devenues…bizarres
Mère Nature n’est rien d’autre qu’imprévisible. Peter n’était plus un bébé ; il sortait de l’adolescence et commençait à avoir certaines pulsions. Le fait qu’il grandisse en étant si attaché à Margaret n’aidait pas non plus. Après tout, ils passaient toutes leurs journées ensemble.

Les dauphins sont des créatures très sociables, ils vivent en banc et développent des sifflements signature pour se différentier les uns des autres dans le groupe, comme les noms pour les humains. Ainsi, quand Peter a commencé à se frotter avec insistance contre les jambes et les mains de Margaret, les choses se sont compliquées. Il s’est mis à perdre de l’intérêt dans les leçons et cherchait autre chose à la place…

Elle a laissé des pauses à Peter pour qu’il se calme

Mais Margaret n’allait pas laisser cet obstacle se mettre en travers de l’expérience et de sa progression. Au début, elle a cédé pour lui faire plaisir mais dès qu’il était trop insistant et que cela devenait trop brutal, elle l’envoyait se calmer dans une autre zone du laboratoire passer du temps avec les deux autres femelles.

Margaret pensait que cette stratégie était parfaite pour encourager Peter à faire de l’exercice, évacuer sa frustration et satisfaire ses besoins. Mais le changer d’endroit s’est révélé un cauchemar logistique. Quand les envies de Peter sont devenues encore plus fréquentes, elle a dû prendre une décision inhabituelle qui a conduit à une solution plutôt questionnable.

Mais les choses se sont intensifiées
Lovatt pensait perdre un temps précieux à force de bouger Peter d’un endroit à l’autre et lorsque la fréquence de ses tentatives de séduction se sont intensifiées, elle a décidé de le soulager.

Alors que la plupart des gens seraient scandalisés à l’idée d’avoir des relations intimes inter-espèces, Margaret a déclaré voir cela comme quelque chose de nécessaire afin de mener l’expérience avec succès. Elle a déclaré ne pas avoir pris de plaisir en le faisant, ni se sentir romantiquement impliquée avec Peter. Cependant, c’était le cas pour lui. Peter lui parlait techniquement de l’amour qu’il avait pour elle.

…et ont pris une virée étrange peu de temps après
Les choses sont devenues étranges pour ne pas dire carrément bizarres. Malgré le fait que Margaret n’était pas d’accord, Lilly étudiait à l’époque les effets sur le cerveau des drogues psychédéliques et il souhaitait les inclure dans sa recherche.

Il a donc fini par donner du LSD aux dauphins. Aux yeux de la communauté scientifique, il faisait seulement des tests sur les effets possibles de cette substance sur le cerveau mammalien. Mais ce n’était point son intention. Il était profondément convaincu que le puissant hallucinogène aiderait les dauphins à encore mieux communiquer et permettrait la parole. Cela n’a pas été le cas.

Les résultats ont fait défaut, pour ne rien dire de plus
Le temps c’est de l’argent et l’équipe de Lilly commençait cruellement à en manquer, sachant qu’ils n’avaient pas encore de résultats probants à démontrer de leur expérience très onéreuse. Margaret s’est souvenue de l’instant où elle avait réalisé que ces créatures ne pouvaient pas former des sons comme nous, simplement parce que leur anatomie est très différente de la nôtre.

Elle se souvenait parfaitement de l’incapacité de Peter à prononcer quoi que ce soit se rapprochant de la lettre M. Elle avait essayé de lui apprendre « Bonjour Margaret », mais cela lui était particulièrement difficile. Les dauphins n’ont pas de lèvres en fait. Lovatt expliquait qu’il se mettait finalement à rouler sur le côté en faisant des bulles quand il essayait de le prononcer encore et encore, sans aucun succès.

L’expérience a conduit à un scandale

Personne ne sait vraiment comment c’est arrivé, mais un magazine appelé The Hustler a fini par entendre parler des détails juteux de l’expérience. Ils ont écrit un article qui traitait principalement de la relation de Margaret et Peter ainsi que des pratiques inhabituelles qu’elle avait mis en place pour répondre à ses besoins primaires.

Margaret n’avait jamais entendu parler de ce magazine avant de le voir fleurir sur les devantures de tous les kiosques à journaux. Comme la presse à scandale, le magazine avait délivré une folle histoire illustrée d’une caricature représentant Lovatt et Peter. Ils l’avaient appelé : la pire expérience du monde

L’histoire de Peter a fini en tragédie
Margaret a ignoré les critiques mais les rouages menant à la chute de leur expérience, étaient déjà en marche. En 1966, Lilly a commencé à y porter moins d’intérêt, n’ayant pas eu les résultats escomptés et surtout après son utilisation du LSD. Bateson a dû quitter le laboratoire face à son désintérêt à propos de la santé des animaux et de leur bien-être. Et la NASA a stoppé son financement.

Sans aucune autre expérience en tête, Lilly a déménagé les dauphins dans un autre lieu à Miami, bien que beaucoup plus petit et dénué de luminosité. Ceci a causé la détérioration de la santé mentale de Peter, ce qui l’a conduit finalement par se suicider par suffocation. D’autres diront qu’il avait le cœur brisé d’être séparé de son amour, Margaret.

Qu’est-il arrivé à Margaret ?


Margaret a eu le cœur serré en apprenant la mort de Peter mais elle s’est dit que c’était sans doute mieux pour lui d’être en paix que de continuer à vivre dans des conditions lamentables. Contrairement à Lilly, qui a continué à étudier les dauphins, elle a décidé de reprendre une vie normale.

Elle est restée sur l’île et a épousé le photographe professionnel qui documentait l’expérience. Ils ont eu ensemble trois enfants, ont emménagé au Dolphinarium, et en ont fait leur maison. Lovatt aura partagé son histoire dans le documentaire de la BBC, The Girl Who Talked To Dolphins (La Fille Qui Parlait Aux Dauphins).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.