Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

CortĂšge FunĂšbre - (deuxieme partie)

La RĂ©daction
Esquise de Sir Peter Paul Rubens
Pour lire la premiere partie 
 
Les saillants, les alliés des dames:
Dans un mitan qui n'en finit pas de culbuter nos Ăąmes, dans cette Ă©lĂ©vation au creux du paranormal, Ă  la cavitĂ© du rĂ©el qui finit, la manifestation du bizarre est sous son Ă©lan le plus fatal, Ă  l'apogĂ©e de nos dĂ©sirs, de nos consciences existentielles, dans cet Ă©monde qui s'Ă©tend au loin des rives platoniciennes, aux piliers bohĂ©miens stoĂŻques, vidĂ©es les constances humaines ! Échappatoire nihiliste, le nĂ©ant, une inscription : une vision qui s'Ă©prend des rĂ©fĂ©rences de grandeurs du temps, enlace nos idĂ©aux de possibilitĂ©s dimensionnelles, et s'efface, se dilue dans cet espace, un vide bourrĂ©, toutes les aspirations idĂ©alistes sont lĂ , s'Ă©lĂšvent au rang du rĂ©gisseur vital, une libertĂ© sans contraintes... Un errement, divagations Ă  la randonnĂ©e qui visite le globe ! On apercevait du haut de nos nĂ©vroses cette escarmouche, cette accolade du genre, qui fait la civilisation, parbleu ! Ah ça le monde qui s'enlace du globuleux, du saignant aux tendres aisĂ©es maniabilitĂ©s, cet ĂȘtre, mou qui s'en trouve gerbĂ© dans cet Ă©tant, cette endoxon qui prend l'Ă©tant, qui le manie, qui l'endosse au rang des bestialitĂ©s aux bras mouvants, aux Ă©cartelĂ©es bifurcations des affects, de l'art qui fait nos rongeurs, nos Ă©tants non sensibles, nos mĂ©taphysiques troglodytes...

L'Ɠil qui s'en prend aux manifestations du hardi, du malaisĂ© tout enivrĂ© de sagesses des Ă©cumes du vif...
Il est des dĂ©nuements qui empruntent les viscĂšres des plus minĂ©s en canonnades, en damnations, qui semblent prĂ©fĂ©rer la douce noirceur de ceux qui errent dans l’obscur contraignant, une Ă©tendue qui s’embrase des plus Ă©prouvĂ©s, qui jaillit des Ă©raflures crasseuses, empourprĂ©es de dĂ©licieuses malices des plus bas, dans cette perspective du plus amoindri, de la redondance du tragique qui fait si bien les castes, qui soumet les indigents aux mystĂšres des pathos des nobles, cette distance lĂ , caractĂ©risant la sĂ©paration entre la noblesse et le mal, tel qu’il se perçoit sur les bouilles, n’est-elle pas la dimension de la tragĂ©die qui fait les hommes ? Dans cet Ă©tant naturel, dans cet existant qui fait le pic des aspirations pathologiques, l’ornement de ces dissertations morales est sans doute ce fameux consentement Ă  l’adoption des considĂ©rations qui animent les jugements…
Dans cette impulsion d’arbitrage sociĂ©tal, dans cette rage de vivacitĂ© sentencieuse, est-ce l’esthĂ©tique de la raffinerie qui rĂ©git la morale des plus bas, des dĂ©nudĂ©s dĂ©sertiques, il Ă©tait p'tit, il est pitre automate, cet ĂȘtre qui semble feigner l’Ă©tant, la profondeur de l’incommensurable, cet existence hasardeuse, qui flippe de la moindre percussion de sincĂ©ritĂ© sur ce qui semble s’endormir sur la menaçante apocalypse des Ăąmes, ce bonhomme, qui s’en va exister, dans cette abondance de mouvement, de perception, criante Ă  la convergence des tendances, des dĂ©sirs, ces ĂȘtres qui semblent vouloir ĂȘtre, sublimes, s’Ă©lever au rang des pondĂ©rĂ©s bien entamĂ©s, o inconsistance des abysses, malice des vivacitĂ©s de ce monde, quelle est donc le secret de ta matĂ©rialisation dans l’incarnation des iris !
La dame se marche, dĂ©vergonde dans cette condensation moralisatrice aux yeux braquĂ©s sur le saillant, o diffĂ©rence humaine gare Ă  toi ! Chaque pas est une dĂ©flagration du tragique qui se dĂ©bat, engrosse l’Ă©thique, embrasse la couche du moral, d’un air blafard s’endors dans la condensation du dĂ©terminĂ©, s’essouffle du mouvement perpĂ©tuĂ©, oh ma lys, ma finalitĂ©, mon escapade au fin fond des embouchures du saillant, du vigoureux, les pleurs s’enchainent dans cette immondice du recoin de l’Ăąme, qui recueille une rosĂ©e aprĂšs l’autre...
Les biĂšres suintent du cramoisi minable qui s'empourpre et se propage dans les airs de l'allĂ©e aux revenirs mĂ©ta physiologiques, les enfants du chƓur sont lĂ , ignorant les dĂ©versoirs noirĂątres qui se diluaient depuis hier soir, dans une dilatation de la vĂ©ritĂ©, et du bas qui caractĂ©rise l'espĂšce, ces ĂȘtres, qui semblent vouloir se dĂ©vergonder sur des alĂ©as enfantins, des jeux semblant adĂ©quats Ă  ces momes, l'inconsistance de la sublime sagesse infantile semble ĂȘtre d'une pertinence cynique au sein des Ă©tants non sensibles qui dĂ©ambulaient, dĂ©tachĂ©s des corps dans ce cortĂšge funĂšbre, scrutant les biologies maladivement assaillies par la moisissure de la bestialitĂ© tragique, les Ă©bats du vrai instinctif, qui cogite dans l'Ă©ther des Ă©tangs affranchis de justesse morale, entre toutes ces existences pointant l'Ă©thique, si bien perpĂ©tuĂ©e, sur cette terre, les dignitaires mettant l'accent visuel sur la tragĂ©die…

par Sidali

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->