Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

La Belle Collaboration de Fernandel et Jean Gabin

La RĂ©daction


 Fernandel, champion du box-office ayant attirĂ© au long de sa carriĂšre plus de 200 millions de spectateurs dans les salles, a marquĂ© Ă  jamais les esprits et le cinĂ©ma français, portant des classiques comme La Vache et le prisonnier, L'Auberge rouge, Le Schpountz, Ali Baba et les Quarante Voleurs, La Cuisine au beurre ou encore la sĂ©rie des Don Camillo. 52 ans aprĂšs son dĂ©cĂšs, nous rendons hommage Ă  cet acteur emblĂ©matique au travers de sa collaboration avec Jean Gabin.


Fernandel, nĂ© le 8 mai 1903 Ă  Marseille et dĂ©cĂ©dĂ© le 26 fĂ©vrier 1971 Ă  Paris, fut l’une des personnalitĂ©s françaises phares, qui marqua la gĂ©nĂ©ration d’avant et d’aprĂšs la Seconde Guerre mondiale. Il dĂ©ploya son talent dans une multitude de domaines : humour, chant, comĂ©die, rĂ©alisation... Jean Gabin (1904-1976), issu de la mĂȘme gĂ©nĂ©ration, a lui aussi commencĂ© sa carriĂšre par le chant jusqu’Ă  devenir un grand acteur de l’entre-deux-guerres.


Le parcours similaire de ces deux artistes appelait une collaboration. MalgrĂ© leurs fortes diffĂ©rences de tempĂ©raments et dans le choix des films, cette association de deux des monstres sacrĂ©s du cinĂ©ma français eut bien lieu. En 1963, ils fondent, ensemble, la sociĂ©tĂ© de production Gafer, formĂ©e avec les premiĂšres syllabes de leurs noms de scĂšne Gabin et Fernandel. Fernandel a d’ailleurs plaisantĂ© au sujet du choix du pseudonyme qui ne pouvait se constituer autrement. En effet, si le choix retenu avait Ă©tĂ© celui du mariage des noms de naissance des deux acteurs (MoncorgĂ© et Contandin), cela aurait donnĂ© un nom inexploitable (Moncon). Une fois lancĂ©e, la sociĂ©tĂ© a produit neuf longs mĂ©trages dont cinq avec Jean Gabin et trois avec Fernandel.


Seul le film L’Âge ingrat (1967) rĂ©unit les deux vedettes de l’Ă©poque en tĂȘtes d’affiche. RĂ©alisĂ© par Gilles Grangier, ce long mĂ©trage raconte l’histoire de deux fiancĂ©s et la relation entre leurs pĂšres respectifs (Fernandel et Gabin) qui est mise Ă  mal. Le tournage du film a eu lieu dans le dĂ©partement du Var, mettant en valeur, dans les paysages et les dialogues, la rĂ©gion chaude et ensoleillĂ©e de la Provence-Alpes-CĂŽte-d’Azur. Les deux acteurs, pĂšres dans la vraie vie, ont pris Ă  cƓur ce rĂŽle de pĂšres protecteurs. Le film est prĂ©sentĂ© en avant-premiĂšre seulement Ă  Marseille, le 23 dĂ©cembre 1964, puis le 23 janvier 1965 dans toute la France. Le sud a donc une place dominante dans la production, la diffusion et surtout le cƓur de Fernandel, natif de la rĂ©gion. Gabin, au contraire, nĂ© Ă  Paris, met Ă  l’honneur le nord en glissant des stĂ©rĂ©otypes de la rĂ©gion Normandie avec son temps pluvieux et ses parapluies.


La Gafer a aussi produit notamment Le Voyage du pĂšre rĂ©alisĂ© par Denys de La PatelliĂšre, sorti en 1966, avec Fernandel dans le rĂŽle-titre. L’acteur joue une nouvelle fois un pĂšre de famille, prĂȘt Ă  tout pour son enfant tout en menant une quĂȘte intĂ©rieure personnelle. Humble paysan du Jura, il attend la visite de sa fille aĂźnĂ©e qui finalement se dĂ©commande. Il dĂ©cide de partir la chercher avec son fiancĂ© durant un pĂ©riple rempli de rĂ©vĂ©lations. Dans son rĂŽle dramatique, Fernandel apparaĂźt sobre et efficace. Le film, qui dĂ©passe lĂ©gĂšrement les 1 100 000 entrĂ©es, est un succĂšs.


Parmi les autres films marquants produits par la Gafer, Heureux qui comme Ulysse, rĂ©alisĂ© par Henri Colpi, voit le jour en 1970 avec toujours Fernandel comme acteur principal. Il interprĂšte un ouvrier de ferme, profondĂ©ment attachĂ© Ă  un cheval, qu’il doit emmener dans une corrida. Mais il en dĂ©cide autrement, ne pouvant se rĂ©soudre Ă  sacrifier l’animal innocent qu’il aime. Il s’agit, une nouvelle fois, d’un cheminement physique, psychique et affectueux en compagnie, cette fois-ci, d’un animal faisant Ă©cho Ă  son film La Vache et le prisonnier (1959). Ce long mĂ©trage, au parcours visuel riche allant du Vaucluse aux Bouches-du-RhĂŽne, est le dernier de Fernandel en tant qu’acteur.


Fernandel s’Ă©tant Ă©teint avant Jean Gabin. Celui-ci lui a rendu hommage durant une interview avec un silence final poignant qui rĂ©vĂšle la profonde affection et l’admiration qu’il Ă©prouvait malgrĂ© les difficultĂ©s du milieu et les diffĂ©rences de caractĂšre. Fernandel Ă©tait « l’optimiste » du duo et Gabin « le pessimiste » comme ce dernier s’amusait Ă  le dire en interview. Les opposĂ©s se sont attirĂ©s pour marquer l’histoire du cinĂ©ma français.

 


FILMOGRAPHIE DE LA GAFER

1964 : L'Âge ingrat de Gilles Grangier

1966 : Le Voyage du pĂšre de Denys de la PatelliĂšre

1968 : L'Homme Ă  la Buick de Gilles Grangier

1968 : Le Pacha de Georges Lautner

1970 : Heureux qui comme Ulysse d’Henri Colpi

1970 : La Horse de Pierre Granier-Deferre

1971 : Le Chat de Pierre Granier-Deferre

1972 : Le Tueur de Denys de la PatelliĂšre

1973 : L'Affaire Dominici de  Claude Bernard-Aubert


source: CNC, le web

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->