Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Un an de mensonges sur Nord Stream - par Seymour Hersh

La RĂ©daction

 

L’administration Biden n’a reconnu ni sa responsabilitĂ© dans l’attentat contre l’olĂ©oduc, ni l’objectif du sabotage

Je ne connais pas grand-chose aux opĂ©rations secrĂštes de la CIA – aucun Ă©tranger ne peut le savoir – mais je sais que l’Ă©lĂ©ment essentiel de toute mission rĂ©ussie est le dĂ©ni total. Les hommes et les femmes amĂ©ricains qui se sont dĂ©placĂ©s, sous couverture, Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur de la NorvĂšge pendant les mois qu’ont durĂ© la planification et l’exĂ©cution de la destruction de trois des quatre gazoducs Nord Stream dans la mer Baltique il y a un an n’ont pas laissĂ© la moindre trace – pas le moindre indice de l’existence de l’Ă©quipe – si ce n’est la rĂ©ussite de leur mission.


Pour le prĂ©sident Joe Biden et ses conseillers en politique Ă©trangĂšre, il Ă©tait primordial de pouvoir nier l’existence de l’Ă©quipe. Aucune information importante sur la mission n’a Ă©tĂ© enregistrĂ©e sur un ordinateur, mais tapĂ©e sur une Royal ou peut-ĂȘtre sur une machine Ă  Ă©crire Smith Corona avec une ou deux copies carbone, comme si l’Internet et le reste du monde en ligne n’avaient pas encore Ă©tĂ© inventĂ©s. La Maison Blanche Ă©tait isolĂ©e de ce qui se passait prĂšs d’Oslo ; les divers rapports et mises Ă  jour en provenance du terrain Ă©taient directement transmis au directeur de la CIA, Bill Burns, qui Ă©tait le seul lien entre les planificateurs et le prĂ©sident qui a autorisĂ© la rĂ©alisation de la mission le 26 septembre 2022. Une fois la mission achevĂ©e, les papiers dactylographiĂ©s et les carbones ont Ă©tĂ© dĂ©truits, ne laissant ainsi aucune trace physique, aucune preuve Ă  dĂ©terrer plus tard par un procureur spĂ©cial ou un historien de la prĂ©sidence. C’est en quelque sorte le crime parfait.


Il y avait une faille – un manque de comprĂ©hension entre ceux qui ont menĂ© la mission et le prĂ©sident Biden, quant aux raisons pour lesquelles il a ordonnĂ© la destruction des olĂ©oducs au moment oĂč il l’a fait. Mon rapport initial de 5 200 mots, publiĂ© au dĂ©but du mois de fĂ©vrier, se terminait de maniĂšre Ă©nigmatique par la citation d’un fonctionnaire au courant de la mission qui m’avait dit : “C’Ă©tait une belle histoire de couverture”. Le fonctionnaire a ajoutĂ© : “Le seul dĂ©faut Ă©tait la dĂ©cision de le faire”.


C’est le premier compte rendu de ce dĂ©faut, Ă  l’occasion du premier anniversaire des explosions, et le prĂ©sident Biden et son Ă©quipe de sĂ©curitĂ© nationale ne l’apprĂ©cieront pas.


InĂ©vitablement, mon premier article a fait sensation, mais les grands mĂ©dias ont mis l’accent sur les dĂ©nĂ©gations de la Maison Blanche et se sont appuyĂ©s sur un vieux canard – mon recours Ă  une source anonyme – pour se joindre Ă  l’administration et dĂ©mentir l’idĂ©e que Joe Biden ait pu avoir quoi que ce soit Ă  voir avec un tel attentat. Je dois souligner ici que j’ai littĂ©ralement remportĂ© des dizaines de prix au cours de ma carriĂšre pour des articles publiĂ©s dans le New York Times et le New Yorker qui ne s’appuyaient pas sur une seule source nommĂ©e. Au cours de l’annĂ©e Ă©coulĂ©e, nous avons assistĂ© Ă  une sĂ©rie d’articles de presse contraires, sans sources directes nommĂ©es, affirmant qu’un groupe ukrainien dissident avait menĂ© l’opĂ©ration de plongĂ©e technique dans la mer Baltique au moyen d’un yacht louĂ© de 49 pieds appelĂ© l’Andromeda.


Je suis maintenant en mesure d’Ă©crire sur la faille inexpliquĂ©e citĂ©e par le fonctionnaire anonyme. Cette question a Ă©tĂ© soulevĂ©e par Richard Helms, qui a dirigĂ© l’agence pendant les annĂ©es tumultueuses de la guerre du ViĂȘt Nam et de l’espionnage secret des AmĂ©ricains par la CIA, ordonnĂ© par le prĂ©sident Lyndon Johnson et soutenu par Richard Nixon. En dĂ©cembre 1974, j’ai publiĂ© dans le Times un article  sur cet espionnage, qui a donnĂ© lieu Ă  des auditions sans prĂ©cĂ©dent au SĂ©nat sur le rĂŽle de l’agence dans ses tentatives infructueuses, autorisĂ©es par le prĂ©sident John F. Kennedy, d’assassiner le Cubain Fidel Castro. Helms a expliquĂ© aux sĂ©nateurs que la question Ă©tait de savoir si, en tant que directeur de la CIA, il travaillait pour la Constitution ou pour la Couronne, en la personne des prĂ©sidents Johnson et Nixon.La commission Church a laissĂ© la question en suspens, mais Helms a clairement indiquĂ© que lui et son agence travaillaient pour l’homme le plus haut placĂ© de la Maison Blanche.


Revenons aux gazoducs Nord Stream : Il est important de comprendre qu’aucun gaz russe ne circulait vers l’Allemagne via les gazoducs Nord Stream lorsque Joe Biden a ordonnĂ© leur destruction le 26 septembre dernier. Nord Stream 1 fournissait de grandes quantitĂ©s de gaz naturel Ă  bas prix Ă  l’Allemagne depuis 2011 et contribuait Ă  renforcer le statut de l’Allemagne en tant que colosse industriel et manufacturier. Mais il a Ă©tĂ© fermĂ© par Poutine Ă  la fin du mois d’aoĂ»t 2022, alors que la guerre en Ukraine Ă©tait, au mieux, dans une impasse. Nord Stream 2 a Ă©tĂ© achevĂ© en septembre 2021, mais le gouvernement allemand dirigĂ© par le chancelier Olaf Scholz l’a empĂȘchĂ© de livrer du gaz deux jours avant la fin de l’annĂ©e.


Compte tenu des vastes rĂ©serves de gaz naturel et de pĂ©trole de la Russie, les prĂ©sidents amĂ©ricains, depuis John F. Kennedy, ont Ă©tĂ© attentifs Ă  l’utilisation potentielle de ces ressources naturelles Ă  des fins politiques. Ce point de vue reste dominant chez M. Biden et ses conseillers en politique Ă©trangĂšre, le secrĂ©taire d’État Antony Blinken, le conseiller Ă  la sĂ©curitĂ© nationale Jake Sullivan et Victoria Nuland, aujourd’hui adjointe intĂ©rimaire de M. Blinken.


M. Sullivan a organisĂ© une sĂ©rie de rĂ©unions de haut niveau sur la sĂ©curitĂ© nationale Ă  la fin de l’annĂ©e 2021, alors que la Russie renforçait ses forces le long de la frontiĂšre ukrainienne et qu’une invasion Ă©tait considĂ©rĂ©e comme presque inĂ©vitable. Le groupe, qui comprenait des reprĂ©sentants de la CIA, a Ă©tĂ© invitĂ© Ă  formuler une proposition d’action susceptible de dissuader Poutine. La mission de destruction des olĂ©oducs est motivĂ©e par la volontĂ© de la Maison Blanche de soutenir le prĂ©sident ukrainien Volodymyr Zelensky. L’objectif de Sullivan semblait clair. “La politique de la Maison-Blanche consistait Ă  dissuader la Russie d’attaquer”, m’a dit le fonctionnaire. “Le dĂ©fi qu’elle a lancĂ© Ă  la communautĂ© du renseignement Ă©tait de trouver un moyen suffisamment puissant pour y parvenir, et d’affirmer avec force la capacitĂ© des États-Unis.


Je sais maintenant ce que j’ignorais Ă  l’Ă©poque : la vĂ©ritable raison pour laquelle l’administration Biden “a Ă©voquĂ© la suppression du gazoduc Nord Stream”. Le fonctionnaire m’a rĂ©cemment expliquĂ© qu’Ă  l’Ă©poque, la Russie fournissait du gaz et du pĂ©trole dans le monde entier via plus d’une douzaine de pipelines, mais que Nord Stream 1 et 2 allaient directement de la Russie Ă  l’Allemagne en passant par la mer Baltique. “L’administration a mis Nord Stream sur la table parce que c’Ă©tait le seul auquel nous pouvions accĂ©der et qu’il serait totalement dĂ©niĂ©”, a dĂ©clarĂ© le fonctionnaire. “Nous avons rĂ©solu le problĂšme en quelques semaines, dĂ©but janvier, et en avons informĂ© la Maison Blanche. Nous avons supposĂ© que le prĂ©sident utiliserait la menace contre Nord Stream comme moyen de dissuasion pour Ă©viter la guerre”.


Le groupe de planification secret de l’agence n’a pas Ă©tĂ© surpris lorsque, le 27 janvier 2022, Mme Nuland, alors sous-secrĂ©taire d’État aux affaires politiques, assurĂ©e et confiante, a averti Poutine de maniĂšre stridente que s’il envahissait l’Ukraine, comme il en avait manifestement l’intention, “d’une maniĂšre ou d’une autre, Nord Stream 2 n’ira pas de l’avant”. Cette phrase a attirĂ© l’attention, mais pas les mots qui l’ont prĂ©cĂ©dĂ©e. La transcription officielle du dĂ©partement d’État montre qu’elle a prĂ©cĂ©dĂ© sa menace en disant qu’en ce qui concerne le gazoduc, “nous continuons d’avoir des contacts trĂšs forts et trĂšs Ă©troits avec le gouvernement ukrainien” : “Nous continuons Ă  avoir des conversations trĂšs fortes et trĂšs claires avec nos alliĂ©s allemands”.


InterrogĂ©e par un journaliste qui lui demandait comment elle pouvait affirmer avec certitude que les Allemands seraient d’accord “parce que ce que les Allemands ont dit publiquement ne correspond pas Ă  ce que vous dites”, Mme Nuland a rĂ©pondu par un Ă©tonnant double langage : “Je dirais qu’il faut revenir en arriĂšre et lire le document que nous avons signĂ© en juillet [2021] et qui indique trĂšs clairement les consĂ©quences pour le gazoduc en cas de nouvelle agression de l’Ukraine par la Russie. Mais cet accord, qui a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© aux journalistes, n’a pas prĂ©cisĂ© les menaces ou les consĂ©quences, selon les rapports du Times, du Washington Post et de Reuters. Au moment de l’accord, le 21 juillet 2021, M. Biden a dĂ©clarĂ© Ă  la presse que l’olĂ©oduc Ă©tant achevĂ© Ă  99 %, “l’idĂ©e que quoi que ce soit puisse ĂȘtre dit ou fait pour l’arrĂȘter n’Ă©tait pas possible”. À l’Ă©poque, les rĂ©publicains, menĂ©s par le sĂ©nateur Ted Cruz du Texas, ont dĂ©crit la dĂ©cision de M. Biden d’autoriser l’acheminement du gaz russe comme une “victoire gĂ©opolitique gĂ©nĂ©rationnelle” pour Poutine et une “catastrophe” pour les États-Unis et leurs alliĂ©s.


Mais deux semaines aprĂšs la dĂ©claration de Nuland, le 7 fĂ©vrier 2022, lors d’une confĂ©rence de presse conjointe Ă  la Maison Blanche avec Scholz en visite, Biden a indiquĂ© qu’il avait changĂ© d’avis et qu’il se joignait Ă  Nuland et Ă  d’autres collaborateurs de politique Ă©trangĂšre tout aussi faucons pour parler de l’arrĂȘt de la construction de l’olĂ©oduc. “Si la Russie envahit – ce qui signifie que des chars et des troupes franchissent Ă  nouveau – la frontiĂšre de l’Ukraine”, a-t-il dĂ©clarĂ©, “il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin”. InterrogĂ© sur la maniĂšre dont il pourrait le faire puisque le gazoduc est sous le contrĂŽle de l’Allemagne, il a rĂ©pondu : “Nous le ferons, je vous le promets : “Nous le ferons, je vous le promets, nous pourrons le faire”.


M. Scholz, interrogĂ© sur la mĂȘme question, a dĂ©clarĂ© : “Nous agissons ensemble : “Nous agissons ensemble. Nous sommes absolument unis et nous ne prendrons pas de mesures diffĂ©rentes. Nous prendrons les mĂȘmes mesures, qui seront trĂšs dures pour la Russie et qu’elle devrait comprendre.” Certains membres de l’Ă©quipe de la CIA considĂ©raient alors, et considĂšrent aujourd’hui, que le dirigeant allemand Ă©tait parfaitement au courant de la planification secrĂšte en cours pour dĂ©truire les olĂ©oducs.


À ce stade, l’Ă©quipe de la CIA avait Ă©tabli les contacts nĂ©cessaires en NorvĂšge, dont la marine et les forces spĂ©ciales partagent depuis longtemps des missions de couverture avec l’agence. Les marins norvĂ©giens et les patrouilleurs de classe Nasty ont aidĂ© Ă  faire entrer clandestinement des agents de sabotage amĂ©ricains au Nord-Vietnam au dĂ©but des annĂ©es 1960, lorsque les États-Unis, sous les administrations Kennedy et Johnson, menaient une guerre amĂ©ricaine non dĂ©clarĂ©e dans ce pays. Avec l’aide de la NorvĂšge, la CIA a fait son travail et a trouvĂ© un moyen de faire ce que la Maison Blanche de Biden voulait faire aux olĂ©oducs.


À l’Ă©poque, le dĂ©fi lancĂ© Ă  la communautĂ© du renseignement Ă©tait d’Ă©laborer un plan suffisamment Ă©nergique pour dissuader Poutine d’attaquer l’Ukraine. Le fonctionnaire m’a dit : “Nous l’avons fait : “Nous avons rĂ©ussi. Nous avons trouvĂ© un moyen de dissuasion extraordinaire en raison de son impact Ă©conomique sur la Russie. Et Poutine a agi en dĂ©pit de la menace”. Il a fallu des mois de recherche et de pratique dans les eaux tumultueuses de la mer Baltique aux deux plongeurs experts de la marine amĂ©ricaine recrutĂ©s pour cette mission avant qu’elle ne soit jugĂ©e concluante. Les superbes marins norvĂ©giens ont trouvĂ© l’endroit idĂ©al pour poser les bombes destinĂ©es Ă  faire sauter les pipelines. Les hauts fonctionnaires suĂ©dois et danois, qui continuent d’affirmer qu’ils n’avaient aucune idĂ©e de ce qui se passait dans leurs eaux territoriales communes, ont fermĂ© les yeux sur les activitĂ©s des agents amĂ©ricains et norvĂ©giens. L’Ă©quipe amĂ©ricaine de plongeurs et de personnel de soutien embarquĂ©e sur le navire-mĂšre de la mission – un dragueur de mines norvĂ©gien – serait difficile Ă  cacher pendant que les plongeurs feraient leur travail. L’Ă©quipe n’a appris qu’aprĂšs l’attentat que Nord Stream 2 avait Ă©tĂ© fermĂ© avec 750 milles de gaz naturel Ă  l’intĂ©rieur.


Ce que je ne savais pas Ă  l’Ă©poque, mais que j’ai appris rĂ©cemment, c’est qu’aprĂšs l’extraordinaire menace publique de Biden de faire exploser Nord Stream 2, avec Scholz Ă  ses cĂŽtĂ©s, le groupe de planification de la CIA a Ă©tĂ© informĂ© par la Maison Blanche qu’il n’y aurait pas d’attaque immĂ©diate contre les deux pipelines, mais que le groupe devait s’arranger pour poser les bombes nĂ©cessaires et ĂȘtre prĂȘt Ă  les dĂ©clencher “Ă  la demande” – aprĂšs le dĂ©but de la guerre. “C’est Ă  ce moment-lĂ  que nous avons compris que l’attaque des olĂ©oducs n’Ă©tait pas dissuasive, car au fur et Ă  mesure que la guerre avançait, nous n’en avons jamais reçu l’ordre”, a dĂ©clarĂ© le petit groupe de planification qui travaillait Ă  Oslo avec la marine royale norvĂ©gienne et les services spĂ©ciaux sur le projet.


AprĂšs l’ordre de Biden de dĂ©clencher les explosifs placĂ©s sur les olĂ©oducs, il a suffi d’un court vol avec un chasseur norvĂ©gien et du largage d’un sonar de sĂ©rie modifiĂ© au bon endroit dans la mer Baltique pour que l’opĂ©ration soit menĂ©e Ă  bien. À ce moment-lĂ , le groupe de la CIA avait Ă©tĂ© dissous depuis longtemps. C’est aussi Ă  ce moment-lĂ  que le fonctionnaire m’a dit : “Nous avons compris que la destruction des deux pipelines russes n’Ă©tait pas liĂ©e Ă  la guerre en Ukraine – Poutine Ă©tait en train d’annexer les quatre oblasts ukrainiens qu’il voulait – mais qu’elle faisait partie d’un programme politique nĂ©ocon pour empĂȘcher Scholz et l’Allemagne, avec l’hiver qui approchait et les pipelines fermĂ©s, de se dĂ©gonfler et d’ouvrir le Nord Stream 2, qui avait Ă©tĂ© fermĂ©. “La crainte de la Maison Blanche Ă©tait que Poutine mette l’Allemagne sous sa coupe et qu’il s’attaque ensuite Ă  la Pologne.


La Maison Blanche n’a rien dit alors que le monde entier se demandait qui avait commis ce sabotage. “Le prĂ©sident a donc portĂ© un coup Ă  l’Ă©conomie de l’Allemagne et de l’Europe occidentale”, m’a dit le fonctionnaire. Il aurait pu le faire en juin et dire Ă  Poutine : “Nous vous avons dit ce que nous ferions” : Nous vous avons dit ce que nous ferions. Le silence et les dĂ©nĂ©gations de la Maison Blanche ont Ă©tĂ©, selon lui, “une trahison de ce que nous faisions. Si vous devez le faire, faites-le au moment oĂč cela aurait fait une diffĂ©rence”.


La direction de l’Ă©quipe de la CIA a considĂ©rĂ© les conseils trompeurs de M. Biden concernant l’ordre de dĂ©truire les olĂ©oducs, m’a dit le fonctionnaire, “comme un pas stratĂ©gique vers la TroisiĂšme Guerre mondiale”. Que se serait-il passĂ© si la Russie avait rĂ©agi en disant : “Vous avez fait sauter nos olĂ©oducs : Vous avez fait sauter nos gazoducs et je vais faire sauter vos gazoducs et vos cĂąbles de communication. Nord Stream n’Ă©tait pas une question stratĂ©gique pour Poutine, c’Ă©tait une question Ă©conomique. Il voulait vendre du gaz. Il avait dĂ©jĂ  perdu ses gazoducs” lorsque les Nord Stream I et 2 ont Ă©tĂ© fermĂ©s avant le dĂ©but de la guerre en Ukraine.


Dans les jours qui ont suivi l’attentat, les autoritĂ©s danoises et suĂ©doises ont annoncĂ© qu’elles allaient mener une enquĂȘte. Deux mois plus tard, ils ont indiquĂ© qu’il y avait bien eu une explosion et qu’il y aurait d’autres enquĂȘtes. Aucune n’a vu le jour. Le gouvernement allemand a menĂ© une enquĂȘte, mais a annoncĂ© qu’une grande partie de ses conclusions seraient classifiĂ©es. L’hiver dernier, les autoritĂ©s allemandes ont allouĂ© 286 milliards de dollars de subventions aux grandes entreprises et aux propriĂ©taires qui ont dĂ» faire face Ă  des factures d’Ă©nergie plus Ă©levĂ©es pour faire fonctionner leur entreprise et chauffer leur maison. L’impact se fait encore sentir aujourd’hui, avec un hiver plus froid attendu en Europe.


Le prĂ©sident Biden a attendu quatre jours avant de qualifier l’attentat contre l’olĂ©oduc d’”acte dĂ©libĂ©rĂ© de sabotage”. Il a ajoutĂ© : “Maintenant, les Russes diffusent de la dĂ©sinformation Ă  ce sujet”. Lors d’une confĂ©rence de presse ultĂ©rieure, il a Ă©tĂ© demandĂ© Ă  M. Sullivan, qui a prĂ©sidĂ© les rĂ©unions ayant abouti Ă  la proposition de dĂ©truire secrĂštement les olĂ©oducs, si l’administration Biden “pensait maintenant que la Russie Ă©tait probablement responsable de l’acte de sabotage”.


La rĂ©ponse de Sullivan, sans doute pratiquĂ©e, a Ă©tĂ© la suivante : “Eh bien, tout d’abord, la Russie a fait ce qu’elle fait souvent lorsqu’elle est responsable de quelque chose, c’est-Ă -dire accuser quelqu’un d’autre d’avoir fait le coup. Nous l’avons constatĂ© Ă  maintes reprises au fil du temps.


“Mais le prĂ©sident a Ă©galement prĂ©cisĂ© aujourd’hui qu’il restait encore du travail Ă  faire dans le cadre de l’enquĂȘte avant que le gouvernement des États-Unis ne soit prĂȘt Ă  attribuer une responsabilitĂ© dans cette affaire. Il a poursuivi : “Nous continuerons Ă  travailler avec nos alliĂ©s et nos partenaires pour rassembler tous les faits, et nous prendrons ensuite une dĂ©cision sur la suite Ă  donner Ă  l’affaire.


Je n’ai trouvĂ© aucun cas oĂč Sullivan a Ă©tĂ© interrogĂ© par la suite par un membre de la presse amĂ©ricaine sur les rĂ©sultats de sa “dĂ©termination”. Je n’ai pas non plus trouvĂ© de preuve que Sullivan, ou le prĂ©sident, ait Ă©tĂ© interrogĂ© depuis lors sur les rĂ©sultats de la “dĂ©termination” de l’endroit oĂč aller.


Rien ne prouve non plus que le prĂ©sident Biden ait demandĂ© Ă  la communautĂ© du renseignement amĂ©ricain de mener une enquĂȘte approfondie sur l’attentat Ă  la bombe contre l’olĂ©oduc. De telles demandes sont connues sous le nom de “Taskings” et sont prises au sĂ©rieux au sein du gouvernement.


Tout cela explique pourquoi une question de routine que j’ai posĂ©e, environ un mois aprĂšs les attentats, Ă  une personne ayant travaillĂ© de nombreuses annĂ©es au sein de la communautĂ© amĂ©ricaine du renseignement, m’a conduit Ă  une vĂ©ritĂ© que personne, ni en AmĂ©rique ni en Allemagne, ne semble vouloir approfondir. Ma question Ă©tait simple : “Qui a fait ça ?”


L’administration Biden a fait sauter les olĂ©oducs, mais cette action n’avait pas grand-chose Ă  voir avec la victoire ou l’arrĂȘt de la guerre en Ukraine. Elle rĂ©sulte de la crainte de la Maison Blanche de voir l’Allemagne hĂ©siter et se dĂ©tourner du gaz russe, et de voir l’Allemagne, puis l’OTAN, pour des raisons Ă©conomiques, tomber sous l’emprise de la Russie et de ses ressources naturelles Ă©tendues et peu coĂ»teuses. C’est ainsi qu’est nĂ©e la crainte ultime : que l’AmĂ©rique perde sa primautĂ© de longue date en Europe occidentale.


Écrit par Seymour Hersh, 26 septembre 2023

(*) Comment l’AmĂ©rique a mis hors service le gazoduc Nord Stream.

Source: Seymour Hersh : est un journaliste amĂ©ricain, nĂ© le 8 avril 1937 Ă  Chicago, spĂ©cialisĂ© dans les affaires militaires et les services secrets. Il Ă©crit notamment pour The New Yorker et le New York Times. Il est Ă  l'origine de nombreuses rĂ©vĂ©lations, comme le Projet Jennifer. 

Photo:

Capture d’Ă©cran de Danish Defense montre la fuite de gaz des gazoducs Nord Stream explosĂ©s provoquant des bulles Ă  la surface de la mer Baltique le 30 septembre 2022. / Photo by Swedish Coast Guard Handout


Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->