Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Les religieuses guillotinées

La RĂ©daction


 Voici la tragique histoire de quatre sƓurs des filles de la CharitĂ©, organisation fondĂ©e par Saint-Vincent de Paul pour s'occuper des pauvres.

 Marie Françoise Lanel est nĂ©e Ă  Eu en 1745. Elle est issue d'une vieille famille eudoise d'artisans. Son pĂšre est tailleur d'habits et vit avec sa femme Marie Marguerite non loin de la collĂ©giale oĂč la petite Marie est baptisĂ©e le lendemain de sa naissance. En 1754, sa mĂšre dĂ©cĂšde emportĂ©e par la maladie, la famille connaĂźt alors une pĂ©riode sombre et le pĂšre se remarie pour redonner une mĂšre Ă  ses enfants et ainsi consacrer son temps Ă  son travail ; la famille dĂ©mĂ©nage et c'est Ă  cette Ă©poque que la petite Marie est confiĂ©e par son pĂšre aux filles de la CharitĂ© pour recevoir une instruction. Marie devient elle-mĂȘme, en 1764 Ă  l'Ăąge de 19 ans, sƓur dans cet ordre religieux Ă  Cambrai puis Ă  Arras, oĂč elle arrive juste avant la rĂ©volution. Sa dĂ©cision a sans doute Ă©tĂ© influencĂ©e par la naissance de deux demi-frĂšres qui ont bouleversĂ©s l'Ă©quilibre familial et par une tante elle-mĂȘme sƓur de Saint-Vincent-de-Paul.

 Marie Madeleine Fontaine nĂ©e Ă  d'Etrapigny dans l'Eure le 22 avril 1723, est la fille de Robert Fontaine, cordonnier et de Marie-Catherine Cercelot. Elle a treize frĂšres et sƓurs et entre dans la compagnie en 1748, Ă  l'Ăąge de 25 ans.

 ThĂ©rĂšse Fatou est nĂ©e en Ille-et-Vilaine, Ă  Miniac-Morvan le 29 juillet 1747, fille de Louis Fatou et de Marie Robidou. Elle devient une fille de la charitĂ© Ă  24 ans, en 1771.

 Jeanne GĂ©rard nĂ©e le 23 octobre 1752 Ă  CumiĂšres, dans la Meuse et entre dans la compagnie en 1776, Ă  24 ans. Elle est la fille de Nicolas GĂ©rard, fermier laboureur et d'Anne BrĂ©da.

 La communautĂ© d'Arras assure les soins aux malades, la visite des familles pauvres et Ă©duque les enfants. Elle est soutenue dans ses actions par les familles les plus aisĂ©es de la ville. L'arrivĂ©e de la rĂ©volution trouble la tranquillitĂ© des religieuses d'Arras : mĂȘme si les sƓurs gardent la sympathie de la population, face Ă  la Terreur qui s'installe certaines dĂ©cident de rentrer dans leurs familles, la mĂšre supĂ©rieure conseille Ă  certaines d'entre elles, notamment les plus jeunes, de se rĂ©fugier en Belgique. En 1793 seules quatre sƓurs maintiennent l'activitĂ© de la maison de la CharitĂ©, ce sont Marie Lanel, sƓur Marie Madeleine Fontaine, sƓur ThĂ©rĂ©se Fantou et sƓur Jeanne GĂ©rard. 

Un an aprĂšs la prise de la Bastille, l'assemblĂ©e nationale, par dĂ©cret impose la Constitution civile du clergĂ©. Cette constitution est imposĂ©e dans le royaume et dĂ©clare le clergĂ© indĂ©pendant du Saint-SiĂšge et soumet le recrutement des Ă©vĂȘques et des prĂȘtres Ă  l'Ă©lection. Les religieux refusant d'y prĂȘter serment sont considĂ©rĂ©s comme rĂ©fractaires. Des enquĂȘtes sont menĂ©es dans tout le royaume et les filles de la CharitĂ© sont interrogĂ©es et un rapport fut rendu indiquant qu'elles avaient refusĂ© de prĂȘter serment. C'est Ă  cette Ă©poque qu'un nouveau responsable des dĂ©partements du Nord et du Pas-de-Calais est nommĂ© par le ComitĂ© du Salut Public et prend son poste : c'est Joseph Lebon, fils d'un Bourgeois d'Arras qui assure un climat de violence et de peur dans la ville. Il transforme la maison de la CharitĂ© en maison de l'HumanitĂ© et nomme un directeur pointilleux qui surveille l'activitĂ© des sƓurs, les vexations sont incessantes et les dĂ©nonciations quotidiennes. 

Le 14 fĂ©vrier 1794, les quatre sƓurs sont arrĂȘtĂ©es et conduites Ă  l'abbatiale Saint-Waast car elles ont refusĂ© de prĂȘter serment Ă  la constitution civile du clergĂ©. Convaincues de leur foi, elles apportent soutien, Ă©coute et compassion Ă  leurs compagnes prisonniĂšres dĂ©semparĂ©es et incertaines. 

Les sƓurs de la CharitĂ© firent les frais de dĂ©nonciation : une certaine EugĂ©nie Mury, fille d'un officier municipal prĂ©tendit que les religieuses cachaient des documents et des journaux contre rĂ©volutionnaires. Les sƓurs furent interrogĂ©es par le comitĂ© de surveillance et furent interrogĂ©es Ă  nouveau le 4 avril, et refusĂšrent une nouvelle fois de prĂȘter serment Ă  la nouvelle constitution qui est contraire Ă  leur conscience et Ă  leur foi.

 Le 25 juin, elles sont soudainement transfĂ©rĂ©es : la charrette s'Ă©branle Ă  une heure et demi du matin et arrive Ă  huit heures trente Ă  Cambrai oĂč elles sont enfermĂ©es dans la chapelle de l'ancien SĂ©minaire. Elles comparaissent Ă  nouveau et sont condamnĂ©es Ă  la mort immĂ©diate. Le peuple, dit-on, pour montrer sa rĂ©probation resta froid au lieu de battre des mains comme il le faisait habituellement Ă  la lecture d'une condamnation. Toujours convaincues de leur foi, les religieuses priĂšrent avec leur chapelet en attendant la charrette qui doit les conduire vers la guillotine. ExcĂ©dĂ©s, les gardes leurs arrachent les amulettes et les placent sur leur tĂȘte en forme de couronne. Elles traversent ainsi les rues de Cambrai en chantant l'Ave Maria et rĂ©pĂštent « Ne pleurez pas, ayez confiance, nous serons les derniĂšres ». 

L'exĂ©cution est prĂ©vue le 26 juin 1794 vers 10 heures, les sƓurs sont Ă  genoux au pied de l’Ă©chafaud ; sƓur Marie Madeleine Fontaine dĂ©clara qu'il n'y avait plus de diables en enfer puisqu'ils sont tous sur terre. Les corps furent jetĂ©s dans la fosse commune du cimetiĂšre de la porte Notre-Dame (aujourd'hui cimetiĂšre St-GĂ©ry). On trouve de nos jours, Ă  l'emplacement de cette fosse, la sĂ©pulture des filles de la CharitĂ©. Le lendemain de leur mort, le tribunal acquitta un lieutenant de dragon ayant tenu des propos contre rĂ©volutionnaires. Les sƓurs voyaient juste et leur prĂ©diction « Nous serons les derniĂšres » se rĂ©vĂ©lera exacte car le 28 juillet 1794 Robespierre fut exĂ©cutĂ© ; Lebon voyant le vent tourner pris la fuite vers Paris. La fin de la Terreur Ă©tait toute proche … 

 Soeur Lanel sera bĂ©atifiĂ©e le 13 juin 1920. Une statue la reprĂ©sentant est visible dans la collĂ©giale d'Eu.



Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->