Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

mercredi 11 mai 2022

L'affaire de la joggeuse de Central Park - un scandale de la justice américaine


 L'affaire de la joggeuse de Central Park est une affaire criminelle concernant le viol et les graves blessures infligées à Trisha Meili, une Américaine blanche de 28 ans, qui faisait du jogging, ainsi que l'agression de huit autres personnes dans la partie supérieure de Central Park, à Manhattan, dans la nuit du . L'agression de Trisha Meili, qui travaillait dans une banque d'investissement, la laisse dans le coma pendant 12 jours et elle en ressort avec de graves séquelles physiologiques et psychologiques. En 1990, The New York Times écrit que cette affaire est l'« un des crimes les plus médiatisés des années 1980 ».

Ce crime est rapidement présenté dans les médias comme un acte effectué par un gang. La violence et la sauvagerie sont exposés avec le terme wilding, un supposé passe-temps à la mode d'agresser gratuitement les passants dans la rue. Cinq des adolescents arrêtés dans les heures suivant ces agressions passent devant un jury populaire et sont condamnés à des peines de prison. Ils sont connus sous le nom de Central Park Five. Leurs aveux enregistrés ont été l'élément clef de l'affaire. Pourtant, ils ne sont pas les agresseurs de la joggeuse de Central Park. En 2002, Matias Reyes avoue être le seul coupable de l'agression de Trisha Meili. Les cinq de Central Park ont obtenu un dédommagement de la ville de New York à hauteur de 41 millions de dollars.

La série Dans leur regard (2019) s’inspire de l’histoire des cinq jeunes de Central Park.

Contexte

À la fin des années 1980, la ville de New York est sous tension, les peurs grandissent. Le crack a débarqué quelques années auparavant. Rapidement, il a détruit des familles et fait augmenter la criminalité, le nombre d'homicides atteint un niveau record en 19892. Les tensions raciales sont vives et se cristallisent autour d'affaires judiciaires comme les meurtres de Michael Griffith à Belt Parkway en  puis du jeune Yusef Hawkins, 16 ans, tué à Bensonhurst en 

Parallèlement, New York développe dans ses beaux quartiers du centre-ville une culture de l'argent. Deux ans après le krach d'octobre 1987 et la sortie du film Wall Street, la finance prospère sous l'impulsion du président Ronald Reagan. Les écarts de richesse grandissent, accentuant les divisions et les tensions sociales. Donald Trump fait partie des hommes incarnant ce renouveau financier de la Grande Pomme, il fait en  la couverture du magazine Time.

La course pour l'élection municipale prévue en  fait rage entre les démocrates Ed Koch et David Dinkins. Le maire sortant, Ed Koch, qui brigue un quatrième mandat, n'hésite pas à dire à la télévision que « le système judiciaire criminel ne marche pas ». L'activiste afro-américain Al Sharpton déclare que « New York est désormais la capitale des violences raciales »

Agression de coureurs et de cyclistes

Le mercredi , n'ayant pas de classes le lendemain du fait de vacances de la côte Est des États-Unis, un groupe d'une dizaine de jeunes se retrouvent en bas des tours du Schomburg Plaza pour sortir ensemble, parmi lesquels Raymond Santana et Kevin Richardson. Le père de Santana a peur que son fils ait des problèmes dans le quartier et lui dit d'aller à Central Park, un endroit réputé plus calme6. En direction du parc, le groupe récupère différents amis qu'il croise, comme Korey Wise qui est en train de manger au Kennedy Fried Chicken avec sa petite amie. À l'entrée nord-est de Central Park, les jeunes retrouvent un autre groupe d'une dizaine d'individus de leur âge. Aux environs de 21 h, en descendant dans le parc, le groupe commence à frapper et agresser des passants. Il rencontre d'abord un vieil homme, certains membres le frappent et lui volent un sandwich, puis le tandem de Patty Dean et Gerry Malone qui roule à vive allure, à leur tour agressés et chassés. Attaqué à son tour, le coureur David Good approche un officier en scooter pour lui faire part de son agression. Répondant à des appels pour des agressions et vols, des patrouilles de police sont dépêchées sur place vers 21 h 30. Lorsqu'ils aperçoivent ces patrouilles, les jeunes se divisent. Vers 22 h, le coureur John Loughlin est frappé à la tête par derrière avec un tube, au nord du réservoir du parc, il est la dernière personne victime du groupe d'agresseurs


Agression de Trisha Meili

Le , Patricia Ellen Meili, dite Trisha Meili, banquière d'investissement de 28 ans travaillant pour Salomon Brothers, quitte son appartement de la 83e rue pour effectuer son jogging à Central Park. À 20 h 55, elle bouscule son voisin James Lansing dans le hall de l'immeuble et ils parlent quelques instants des meilleurs endroits pour courir. Après 21 h, alors qu'elle court au nord du parc, elle est violemment agressée. Frappée par derrière, traînée par terre sur près de 90 mètres, agressée physiquement et sexuellement, violée et battue. L'heure exacte de l'agression n'est pas définie mais elle est estimée entre 21 h 10 et 21 h 15, d'après le lieu de l'agression et le trajet habituel de Trisha Meili, qui court toujours le même circuit de 40 minutes six soirées par semaine.

Quatre heures plus tard, vers h 30, en pleine nuit, elle est retrouvée par Vinicio Moore, ouvrier de construction sans emploi et Carlos Colon, soudeur, presque entièrement nue, hormis son soutien-gorge, les mains ligotées avec son T-Shirt, la bouche recouverte, pleine de sang et de boue. Au moment où elle est trouvée, Trisha Meili a perdu trois quarts de son sang. Les deux hommes trouvent le policier Joseph Walsh qui appelle une ambulance. Cette dernière arrive à h 8. La victime a de nombreuses et importantes blessures : une double fracture cérébrale, des hématomes à la tête, aux bras, aux jambes, à la poitrine ainsi que les coupures. Alors non identifiée, ne pouvant respirer par elle-même, la victime est intubée et emmenée au Metropolitan Hospital. Trisha Meili est placée dans le coma pendant douze jours. Lorsqu'elle sort de l'hôpital sept semaines après l'agression, elle est incapable de parler, de lire et de marche

« Crime du siècle »

Le directeur des policiers Robert Colangelo déclare à la presse que les agressions ne sont ni liées à l'argent, ni à la race, ni à la drogue, ni à l'alcool mais à un passe-temps appelé wilding (à partir de wild, sauvage en français). Les médias reprennent ce terme pour désigner un phénomène d'agressions de bande de jeunes. Alors que la joggeuse est toujours entre la vie et la mort, son agression fait les gros titres de la presse. Convaincue par les aveux des accusés, une large majorité des médias fait fi de la présomption d’innocence et présente les accusés en coupables sans l'utilisation du moindre conditionnel. Le New York Daily News ou encore The New York Times évoquent « une meute de loups ».

Le , l'homme d'affaires new-yorkais Donald Trump demande dans les principaux journaux new-yorkais le retour de la peine de mort avec des publicités en pages pleines. Interrogé par Larry King sur CNN quelques jours après ces publicités, Trump confirme et déclare : « Le problème dans notre société est que la victime n'a absolument aucun droit et que le criminel a d'incroyables droits ».

Dans le documentaire de Ken Burns intitulé The Central Park Five, le maire de New York de l'époque, Ed Koch affirme : « C'était pour tout le monde, pas seulement pour moi, le crime du siècle »

Aveux de Reyes

En 2002, Matias Reyes, déjà en prison pour quatre viols et le meurtre d'une femme enceinte, confesse être le seul et unique agresseur de l'affaire de la joggeuse de Central Park. L'ADN correspond à ce nouveau suspect. Dans un premier temps, ces aveux n'innocentent pas les cinq jeunes condamnés mais permettent la réouverture de l'enquête. En août, la défense des accusés en fait la demande sur le fondement de ces deux éléments nouveaux.

Yusef Salaam en 2009.

La nouvelle enquête de police entraîne l'interrogation de deux des condamnés, d'une douzaine de témoins et des anciens enquêteurs entre autres. Les confessions des cinq jeunes et la chronologie des événements soulèvent des questionnements. Alors qu'ils sont censés attaquer la joggeuse, le groupe des jeunes est vu au même moment à un autre endroit du parc. L'étude des confessions au regard des nouveaux éléments fait apparaître de nombreuses contradictions, sur les lieux, les vêtements de la victime et les détails du crime. Dans le même temps, l'enquête lie Reyes à huit affaires de viols dans une période de sept mois, y compris un le , deux jours avant l'affaire des 5 de Central Park.

Le soir du crime, Matias Reyes est interpellé par deux policiers en civil dans un faux taxi jaune qui le reconnaissent, Reyes travaille dans une bodega en face du commissariat. Après lui avoir demandé s'il avait vu quelque chose, les deux membres des forces de l'ordre le laissent quitter le parc.

Plus de dix ans après les aveux de Reyes, les « cinq de Central Park » obtiennent réparation des années d'emprisonnement pour un crime qu'ils n'ont pas commis. Le juge fédéral américain Ronald Ellis approuve le versement de 41 millions de dollars. Le montant est réparti de la manière suivante, 12,25 millions de dollars pour Korey Wise et 7,125 millions de dollars pour les quatre autres condamnés à tort et plaignants : Antron McCray, Kevin Richardson, Yusef Salaam et Raymond Santana. Le maire de New York Bill de Blasio salue cette décision : « une action de justice qui aurait dû intervenir depuis longtemps pour ces cinq hommes. Grâce à l'accord d'un juge fédéral, nous pouvons enfin classer cette affaire et ces cinq hommes et leurs familles commencer à guérir leurs blessures et aller de l'avant »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.