Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Le procÚs d'Arne Cheyenne Johnson est le tout premier procÚs de possession démoniaque

La RĂ©daction

 

Le procĂšs d'Arne Cheyenne Johnson, Ă©galement connu sous le nom d'affaire "Devil Made Me Do It", est la premiĂšre affaire judiciaire connue aux États-Unis dans laquelle la dĂ©fense a cherchĂ© Ă  prouver l'innocence sur la base de l'affirmation de l'accusĂ© de possession dĂ©moniaque et de dĂ©ni de responsabilitĂ© du crime.
En 1981, Lynne Baranski Ă©crivait dans un article contemporain du magazine People qu'Arne Cheyenne Johnson, ĂągĂ© de 19 ans, avait Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© et jugĂ© pour le meurtre de son propriĂ©taire, Alan Bono, ĂągĂ© de 40 ans. La dĂ©fense a fait valoir que Johnson n'avait aucun contrĂŽle sur ses actions puisqu'il Ă©tait possĂ©dĂ© par une entitĂ© dĂ©moniaque.
 
Johnson a emmĂ©nagĂ© dans la maison de sa petite amie, Debbie Glatzel, en mai 1980. La fiancĂ©e de Johnson, avait un petit frĂšre, David, ĂągĂ© de 11 ans. Il a affirmĂ© avoir Ă©tĂ© visitĂ© par «un homme aux grands yeux noirs» ressemblant au diable. AprĂšs cet incident, le garçon a commencĂ© Ă  prĂ©senter des signes Ă©tranges tels que des sifflements, grognements, des spasmes involontaires, il a gagnĂ© 30 kg et «rĂ©citait des passages de la Bible ou du paradis Perdu de Milton». Chaque nuit, un membre de la famille devait rester Ă©veillĂ© pour surveiller le jeune, qui se lançait dans une frĂ©nĂ©sie de 30 minutes de redressements rapides.
 
Les Glatzels ont ignorĂ© toute aide psychiatrique et la mĂšre Judy, a faire venir des prĂȘtres (un prĂȘtre de l'Ă©glise catholique St. Joseph est venu bĂ©nir leur maison mais n'a rien vu) et les Warren sont venus pour exorciser l'enfant et bĂ©nir la maison. Les Warren ont affirmĂ© avoir pratiquĂ© «trois exorcismes mineurs». Ils ont affirmĂ© qu'ils savaient «qu'il y avait 43 dĂ©mons dans le garçon». Cependant, les prĂȘtres ont prĂ©fĂ©rĂ© se taire et furent transfĂ©rĂ©s en d'autres lieux plutĂŽt que de servir d'alibi, tandis que le pĂšre Nicholas Grieco du diocĂšse de Bridgeport, tout en reconnaissant que l'affaire Glatzel avait fait l'objet d'une enquĂȘte, a niĂ© tout exorcisme. Ce cas malgrĂ© tout sera une affaire juteuse pour les Warren puisqu'ils donnent des confĂ©rences infatigables (jusqu'Ă  1000 dollars) et ont dĂ©jĂ  animĂ© une Ă©mission de tĂ©lĂ©vision locale hebdomadaire, Ghost Hunting With Ed et Lorraine Warren. Pourtant, une personne ne partage pas cette vision dĂ©moniaque de l'affaire, le frĂšre de DavidCarl Glatzel, sain d'esprit  et pour qui l'histoire Ă©tait fausse depuis le dĂ©but.
 
Au moment, oĂč Arne Cheyenne Johnson aurait dĂ©fiĂ© les dĂ©mons d'entrer en lui Ă  la place, David a rapidement montrĂ© des signes d'amĂ©lioration aprĂšs que ses parents Judy et Carl Glatzel ont demandĂ© des conseils psychiatriques pour leur fils, en novembre, le garçon, est qualifiĂ© de «normal» par son mĂ©decin de famille et transfĂ©rĂ© dans «une Ă©cole privĂ©e pour enfants perturbĂ©s». Selon le Dr. M.B. Shimelman, professeur clinicien adjoint de psychiatrie Ă  Yale, les patients qu'il a vus et qui ont revendiquĂ© la possession «Ă©taient tous des schizophrĂšnes.» Le pĂšre Thomas Lynch, chancelier de l'archidiocĂšse de Hartford, dans le Connecticut, soutient que «99,99% des personnes qui se disent possĂ©dĂ©es ne le sont pas».
Cependant le rĂ©cit prĂ©parĂ© par les Warren et l'avocat Martin Minnella, dit que Johnson attira les dĂ©mons qui ont quittĂ© le corps de David aprĂšs qu'il ait dĂ©mĂ©nagĂ© avec Debbie, cette derniĂšre a Ă©tĂ© embauchĂ©e par Alan Bono, qui venait juste d'emmĂ©nager dans la communautĂ©, en tant que toiletteur de chiens au Brookfield Pet Motel; le couple a reçu un appartement adjacent. BientĂŽt, il commença aussi Ă  avoir un comportement Ă©trange, passant lui aussi du sifflement au grondement. Il a mĂȘme connu des «transes» pendant des mois. Puis il a tuĂ© Bono avec un couteau de poche de cinq pouces Ă  plusieurs reprises sous le regard de Debbie Glatzel. En rĂ©alitĂ©, Alan Bono ivre et agitĂ© s'en est pris Ă  la cousine de DebbieMary, ĂągĂ©e de 9 ans, le ton est montĂ© avec Johnson qui s'Ă©tait rendu au chenil oĂč travaillait Debbie, dont cette derniĂšre essaye de calmer la situation, mais ne put Ă©viter le drame. Ce rĂ©cit est confirmĂ© par Wanda la sƓur de Debbie prĂ©sente aussi sur les lieux. Mais un autre tĂ©moignage vient briser ce beau rĂ©cit, celui d'un collĂšgue de  travail de Johnson qui dĂ©clare qu'il est restĂ© poli comme d'habitude. Ce dernier va donc se servir de la mauvaise dĂ©fense 'ce n'est pas moi, c'est le Diable' pour s'en sortir, au lieu d'assumer son crime.
 
Martin Minnella, l'avocat de Johnson, cite 2 affaires britanniques qui avaient permis une dĂ©fense basĂ©e sur la possession par des dĂ©mons, mais le juge Robert Callahan a refusĂ© cette tactique, affirmant que de telles affirmations ne pouvaient pas ĂȘtre prouvĂ©es scientifiquement ou objectivement. Minnella plaida alors pour la lĂ©gitime dĂ©fense. Une fois la dĂ©fense novatrice de Minnella exclue, l'attention des mĂ©dias s'est Ă©vaporĂ©e du procĂšs. Le juge Robert Callahan n'a pas retenu l'appel du «Diable m'a poussĂ© Ă  la faire», pas plus que le jury puisque ce dernier l'a dĂ©clarĂ© coupable d'homicide involontaire au premier degrĂ© le 24 novembre 1981. Il a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  une peine de 10 Ă  20 ans d'emprisonnement, dont il a purgĂ© cinq annĂ©es de prison pour bonne conduite et s'est mariĂ© Ă  Debbie.
Les Warren voyant la poule aux Ɠufs d'or, choisissent en 1983 de s'associer Ă  l'Ă©crivain Gerald Brittle, pour Ă©crire un livre intitulĂ© "The Devil in Connecticut". Ce dernier a dĂ©clarĂ© que son livre Ă©tait "entiĂšrement basĂ© sur des faits. Il a Ă©tĂ© Ă©crit parce que la famille voulait que l'histoire soit racontĂ©e, et j'ai racontĂ© leur histoire". L'auteur a dĂ©clarĂ© avoir passĂ© plus de 100 heures en entrevue avec la famille Glatzel et qu'il avait toujours les cassettes pour le prouver. "Juste pour ĂȘtre sĂ»r de bien faire les choses, la famille a reçu le manuscrit avant qu'il ne soit envoyĂ© Ă  l'imprimeur, et ils ont attestĂ© de son exactitude en matiĂšre d'Ă©criture", a dĂ©clarĂ© Brittle. En rĂ©alitĂ©, les Warren qui ont acquis et Ă  Brittle ont inventĂ© un rĂ©cit fictif bien plus vendeur que de rĂ©vĂ©ler qu'il ont profitĂ© de la maladie mentale d'un enfant.
 
En 2007, Carl Glatzel, le frĂšre aĂźnĂ© de David, tenta de poursuivre Lorraine Warren et Gerald Brittle, auteur du livre «The Devil In Connecticut» suite Ă  la rĂ©Ă©dition du livre en 2006 pour des dommages non spĂ©cifiĂ©s. Glatzel a affirmĂ© que sa famille Ă©tait manipulĂ©e et que Brittle and les Warren «concoctĂšrent une histoire factice sur des dĂ©mons dans le but de devenir riche et cĂ©lĂšbre Ă  leurs dĂ©pens»Lorraine Warren, alors ĂągĂ©e de 80 ans, dit alors qu'elle ne comprend pas le problĂšme. Selon elle, six prĂȘtres catholiques ont convenu avec elle et son mari que David Ă©tait possĂ©dĂ©. Pourtant les prĂȘtres ne concordent pas ses dires. Il est plus facile d'inventer que de dire la vĂ©ritĂ©, les Warren ont profitĂ© de l'instabilitĂ© mentale d'un enfant et essayĂ© de lier ça Ă  un meurtre qui n'avait rien Ă  voir.
Source: Wikipedia, taigong788

🔔Si vous aimez notre contenu, vous pouvez nous soutenir sur Tipeehttps://fr.tipeee.com/elmesmar đŸ€—đŸ€—


Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->