Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Le Grand Hiver de 1709

La RĂ©daction

 


L'hiver de 1709, appelĂ© grand hiver de 1709, fut un Ă©pisode de froid intense en Europe, qui marqua durablement les esprits car il provoqua une crise de subsistance qui entraĂźna une famine. Cet Ă©pisode commença brutalement le jour de l'Épiphanie 1709, par une soudaine vague de froid qui frappa l'Europe entiĂšre.

En France cet hiver fut particuliĂšrement cruel. À Paris, les tempĂ©ratures furent trĂšs basses (Paris n'en connaĂźtrait de plus basses que bien plus tard notamment en dĂ©cembre 1879). Les rĂ©gions du Sud et de l'Ouest de la France furent sĂ©vĂšrement touchĂ©es avec la destruction quasi complĂšte des oliveraies et de trĂšs gros dĂ©gĂąts dans les vergers. De plus, l'Ă©vĂ©nement prit la forme de vagues de froid successives entrecoupĂ©es de redoux significatifs. Ainsi, en fĂ©vrier, un redoux de deux semaines fut suivi d'un froid assez vif qui dĂ©truisit les blĂ©s et provoqua une crise frumentaire.

Certaines chroniques sont sujettes Ă  caution, car il est parfois affirmĂ© que le gel fut continu pendant plus d'un mois, ce qui est inexact car survinrent aussi des dĂ©gels prononcĂ©s et des pluies importantes. Les observations prĂ©cises de Louis Morin de Saint-Victor confirment que le froid ne fut pas continu. Globalement, l'annĂ©e entiĂšre 1709 fut fraĂźche, certains auteurs allant jusqu'Ă  affirmer qu'il gela tous les mois de l'annĂ©e. Certains hivers postĂ©rieurs furent encore plus rigoureux mais ne marquĂšrent pas autant les esprits car les conditions historiques Ă©taient diffĂ©rentes.

Le ‘‘grand hiver’’ du Roi-Soleil

Jadis, les manuels scolaires faisaient la part belle Ă  un Ă©vĂ©nement mĂ©tĂ©orologique exceptionnel : le ‘‘grand hygver » de 1709. Une page d’histoire qui fait froid dans le dos !
L’appel du 12 juin . Le ‘‘grand hiver’’ du Roi-Soleil
Jadis, les manuels scolaires faisaient la part belle Ă  un Ă©vĂ©nement mĂ©tĂ©orologique exceptionnel : le ‘‘grand hiver » de 1709. Une page d’histoire qui fait froid dans le dos !


L’appel du 12 juin

Le Grand Hiver survint dans une pĂ©riode dramatique pour le pouvoir. Depuis 1701, le pays Ă©tait engagĂ© dans la guerre de succession d’Espagne, premiĂšre vĂ©ritable guerre mondiale. Le cataclysme climatique frappait donc de plein fouet un pays dĂ©jĂ  aux abois : le 12 juin 1709, Louis XIV dut lancer un appel au peuple pour le soutenir en ces temps difficiles. Dans une ambiance surrĂ©aliste, le texte fut lu dans toutes les Ă©glises du royaume. ÉvĂ©nement considĂ©rable, date maudite, le ‘‘grand Hiver’’ avait grandement menacĂ© le pays. Pourtant, d’une maniĂšre incomprĂ©hensible, Ă  partir des annĂ©es 1970, il disparut pratiquement des leçons d’histoire
Le Grand Hyver survint dans une pĂ©riode dramatique pour le pouvoir. Depuis 1701, le pays Ă©tait engagĂ© dans la guerre de succession d’Espagne, premiĂšre vĂ©ritable guerre mondiale. Le cataclysme climatique frappait donc de plein fouet un pays dĂ©jĂ  aux abois : le 12 juin 1709, Louis XIV dut lancer un appel au peuple pour le soutenir en ces temps difficiles. Dans une ambiance surrĂ©aliste, le texte fut lu dans toutes les Ă©glises du royaume. ÉvĂ©nement considĂ©rable, date maudite, le ‘‘grand Hiver’’ avait grandement menacĂ© le pays. Pourtant, d’une maniĂšre incomprĂ©hensible, Ă  partir des annĂ©es 1970, il disparut pratiquement des leçons d’histoire.

Comptes rendus des contemporains

Le jour de l'Épiphanie 1709 fut marquĂ© par une chute trĂšs brutale de la tempĂ©rature dans le Sud de la France. Le matin Ă©tait ensoleillĂ© et agrĂ©able puis subitement dans l'aprĂšs midi le temps se couvrit et un froid mordant prit place. Ainsi Pierre Billion Ă  Avignon note :

« Le dimanche 6e janvier 1709, le temps parut beau et beau soleil jusques environ les trois heures aprĂšs midy qu'il se couvrit par une bize froide qui augmenta si fort que dans la nuit, touts les bords du Rhosne et de la Sorgues qui traverse notre ville, furent glacĂ©s ; lequel froid violent et sec le fut tellement que le dit Rhosne et Sorgues furent glacĂ©s jusques au jeudy 17e dudit mois... »

Le livre de raison de la famille Paris d'Arles affirme que :

« Le sixiĂšme janvier 1709, ce jour-lĂ  estoit fort beau, et dans la nuit, fit une sy grande froid que le Rosne fut pris avant qu'il feut le lendemain Ă  midy et augmenta si fort d'un jour Ă  autre pendant quinse jours, que homme vivant n'avoit pas veu un hiver si rude. On passoit sur la glace du Rosne avec des calĂšches et charrettes, et nous cousta bien cher car tous les bleds, tant de nostre terroir que des autres pays, feurent tous morts aussy bien que les olliviers, orangers, figuiers et les ortolailles des jardins. On escrivoit de par tout que ce froid avoit Ă©tĂ© gĂ©nĂ©ralle". »

Le 9 dĂ©cembre lors de la vague de froid de dĂ©cembre 1879, Le Petit Marseillais rappelle les affres de l'hiver 1709. Il Ă©crit:

« Le Constitutionnel rappelle les rigueurs exceptionnelles de l'hiver 1709. C'est tout ce qu'il y a de plus en situation [...]. L'hiver avait Ă©tĂ© tiĂšde comme le printemps : les arbres Ă©taient en sĂšve, la plupart portaient des bourgeons et quelques-uns mĂȘme des fleurs, lorsque la veille de la fĂȘte des Rois, 5 janvier, la neige tomba en abondance. Le froid eut une durĂ©e de 15 jours ; [...] »

De mĂȘme, le pĂšre Giraud Ă  Marseille relĂšve que :

« Le 7e jour du mois de janvier 1709, il neigea un peu, le vent fondit d'abord la neige, mais le temps fut incontinent vif et si froid qu'il seroit difficile de pouvoir l'exprimer : je tenterai cependant de vous en donner quelque idĂ©e. [...] Le froid s'augmenta chaque jour de plus en plus. »

Ainsi, le RhĂŽne gela dans la nuit du 6 au 7 janvier. À MĂącon, un phĂ©nomĂšne similaire se produisit sur la SaĂŽne. Ainsi, BĂ©net Ă©crivit que :

« Mais, le jour des Rois de la prĂ©sente annĂ©e. sur les trois Ă  quatre heures du soir, il s'y Ă©leva une bise si forte, qui causa un froid si cuisant, que la terre, trempĂ©e par des pluies presque continuelles, fut gelĂ©e dans vingt-quatre heures de trois pieds de profondeur. Les blĂ©s, qui commençoient Ă  peine Ă  paroĂźtre, furent surpris de cette gelĂ©e sans ĂȘtre couverts de neige, qui ne tomba en petite quantitĂ© que trois ou quatre jours aprĂšs. Tout cĂ©da Ă  la violence de ce froid, qui dura dix-sept jours avec la mĂȘme ĂąpretĂ©; la riviĂšre fut glacĂ©e presque de toute sa profondeur; les chĂȘnes se fendirent du haut en bas; [...] »


Sources: Wikipedia, David Carrette (jsl), ...le net

🔔Si vous aimez notre contenu, vous pouvez nous soutenir sur Tipeehttps://fr.tipeee.com/elmesmar đŸ€—đŸ€—


Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->