Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

dimanche 15 novembre 2020

Quand les cerveaux sortent la plume : L'étranger littéraire comme miroir disciplinaire


Quand les cerveaux sortent la plume
L'étranger littéraire comme miroir disciplinaire

                                                   par Jacques Bellezit


           Quel est le  point  commun qui existe entre un Huron et un Martien? Non ce n'est pas une tentative d'humour de la part de l'auteur de ces lignes (dont certains vous diront qu'il en est coutumier) mais une question véritable.
            La réponse est simple : tous deux incarnent la figure de l'Etranger confronté et plongé dans un monde inconnu. A ce titre quels meilleurs alliés pour l'écrivain qui cherche par essence à écrire celui qui l'entoure?
            Ainsi VOLTAIRE en 1767 utilise t-il dans l'”Ingénu”, la figure d'un Huron originaire du Canada pour critiquer la société de son temps. MONTESQUIEU utilise également le prétexte du caractère étranger des “Lettres Persanes” pour contourner la censure. 

            Dans un registre plus poétique, l'auteur britannique Craig RAINE fondait dans les années 1970-1980 le courant de la “Martian Poetry” aux cotés de ses collègues Martin AMIS et Christopher REID.
            Le poème le plus connu de RAINE est “ A Martian Sends a Postcard Homeou l'auteur nous expose la vision d'un Martien décrivant la réalité du quotidien terrestre et des objets qui s'y trouvent.
            Ainsi dans les yeux de cet ALF qui ne mange aucun chat (Tu peux revenir Minouche!), les objets les plus communs se trouvent métaphorisés et nous invitent à adopter un autre regard sur le quotidien, loin d'un surréalisme délirant et déconstructionniste qui, poussé à l'extrême tout feu tout flamme, fait pourtant florès aujourd'hui dans certains milieux (Je te vois, Antonin ARTAUD! Jacques DERRIDA aussi!).

            Mais quelle ne fut alors pas ma surprise de voir que ce procédé littéraire utilisé comme exercice de style en droit?
            En effet, la figure du Huron a été employée sous la plume du grand juriste Jean RIVERO pour procéder dans un article célèbre de 1962 à des “réflexions naïves sur le Recours pour Excès de Pouvoir[1], sur le droit du contentieux administratif français.
           

            Ma surprise fut alors d'autant plus grande de voir, en cherchant des informations sur le poème de RAINE, qu'un distingué médecin du Royal Australasian College of Physicians, le Docteur Jason WARREN, fit paraitre en 2004, dans le Journal of the Royal Society of Medecine,  une “autre carte postale” d'un Martien, traitant des institutions et de la pratique médicales avec la naiveté (complice?) d'un visiteur d'Outre-Monde.[2]
           

            Fichtre, des matières aussi sérieuses et austères dans leur étude que le droit et la médecine laisseraient ils du temps à leurs practiciens de se livrer à des occupations aussi futiles que de faire de la littérature?!

            Et pourquoi pas en effet? Le médecin et le juriste ont cela en commun qu'ils touchent au plus profond de l'Humain. Pourquoi la littérature, domaine d'étude des plus humains, ne pourrait elle pas leur être d'une aide précieuse?
            Peut être parce qu'aujourd'hui, dans notre village planétaire ou nous avons tous l'illusion de nous connaitre et d'être spécialisés (coucou la crise sanitaire actuelle qui fait fleurir en France des millions d'infectiologues 2.0), ce genre de rencontre est pour le moins étrange.

            Cependant ne soyons pas pessimistes : de l'analyse médicale de l'alcoolisme de James Bond[3]  à celle, juridique, des enjeux de contes de fées[4] en passant par celle d'un dessin animé[5]; ces croisements et ces rencontres interdisciplinaires sont de plus en  plus fréquents.
            Espérons que la figure de l'étranger (du “bon sauvage”?), découvrant un monde inconnu avec des yeux naifs, pourra elle trouver pleinement sa place dans ces futures rencontres disciplinaires, car cela voudra dire qu'il y a (encore?) une capacité à s'émerveiller et à s'étonner.


Références: 

[1] Jean RIVERO, « Le Huron au Palais Royal ou réflexions naïves sur le recours pour excès de pouvoir »,  D.1962. Chron

[2]Warren, Jason. “A Martian sends another postcard home.” Journal of the Royal Society of Medicine vol. 97,3 (2004): 143–144.

[3]Graham Johnson, Indra Neil Guha et Patrick Davies, « Were James Bond’s drinks shaken because of alcohol induced tremor ? »British Medical Journal, 12 décembre 2013 (DOI 10.1136/bmj.f7255)

[4] Travers de Faultrier, Sandra. « Il était une fois... Analyse juridique des contes de fées, Marine Ranouil et Nicolas Dissaux, Dalloz, 2018 », Les Cahiers de la Justice, vol. 2, no. 2, 2019, pp. 377-379.

[5]Jacques Bellezit, ' Représentations d’institutions juridiques dans un dessin animé jeunesse, L’exemple de “Famille Pirate” ' : Revue générale du droit on line, 2019, numéro 50542

👌Profitez avec l'application audible pour écouter le livre de votre choix gratuitement : 👇 

🔔Soutenez-nous sur Tipeehttps://fr.tipeee.com/elmesmar 🤗🤗


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.