Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

mercredi 25 décembre 2019

Le 1er siècle de l'hégire Le premier siècle hégirien s’ouvre avec la migration du Prophète Muḥammad ﷺ et ses compagnons à Médine.

#Islam #HistoireEtCulture
 Le 1er siècle de l'hégire Le premier siècle hégirien s’ouvre avec la migration du Prophète Muḥammad ﷺ et ses compagnons à Médine. Fuyant les persécutions anti-musulmanes des polythéistes de La Mecque, ils y fondent un premier État islamique, une première mosquée, avant de mener les batailles qui leur permettront de conquérir La Mecque. En quelques années, l’islam devient la religion de bien des Arabes quand la Révélation coranique arrive à son terme; le décès du dernier des Prophètes et Messagers fait place en la onzième année de l’hégire à l’élection du premier calife de l’histoire : Abū Bakr. Régnant deux années, ce plus proche des compagnons du Prophète Muḥammad ﷺ pacifie l’Arabie en mettant au pas les tribus ayant rompu les pactes précédents, permet aux premières conquêtes de se faire, avant de mourir de maladie. Le deuxième calife, ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb, continue l’oeuvre de son prédécesseur en emmenant les musulmans jusqu’à Jérusalem, pour enfin attirer dans la chute les Empires byzantins et perses.
Les deux califes suivants, ‘Uthmān ibn ʿAffān et ʿAlī ibn Abī Ṭālib, en feront tout autant; les cavaliers d’Allah sont vus du Maghreb à l’Asie centrale. Ces quatre califes – les bien-guidés en islam – auront ainsi en une trentaine d’années posé les bases du plus grand Empire d’époque et fait de l’islam la loi de bien des peuples, du Coran un Livre compilé et appris par delà les frontières.
La success-story musulmane n’avait pas empêché de premiers conflits internes : ‘Uthmān a été tué par des opposants et ʿAlī doit faire face à une une violente guerre civile l’opposant alors à un compagnon, bientôt un successeur, Mu āwiya. Ce dernier allait inaugurer avec son règne, démarré en 40H (660), l’ère des Omeyyades. Poussant l’expansion de l’islam jusqu’aux Indes, la première dynastie musulmane fait la conquête de ce qui est aujourd’hui l’Espagne et même d’une partie de l’actuelle France.
Ayant croisé le fer avec les Berbères autant qu’avec les Chinois, ils font de l’Empire islamique le monde où se tournent tous les regards; chacun s’étonne de la dynamique de l’Islam et de la fulgurance de son installation dans l’espace et le temps. C’est l’époque des grands conquérants arabo-musulmans : à Khālid ibn al-Walīd, Sa’d ibn Abi Waqqās et ʿAmr ibn al-ʿĀṣ avaient succédé ʿOqba ibn Nāfiʿ, Mūsā ibn Nuṣayr et Ṭāriq ibn Ziyād. Les sciences islamiques sont alors à leurs balbutiements.
De multiples écoles naissent – en hadith ou langue arabe – et les savants de l’islam – de plus en plus souvent perses – se multiplient autant que les mosquées. Les plus illustres d’entre eux sont là : Abū Hureyra, ʿĀʾisha, Ibn ʿAbbās, ʿAbdallāh ibn Umar, Ibn Mas’ūd ou Anas ibn Mālik. Si Damas est devenue la capitale de l’Islam après Médine, des villes comme Kufa ou Fustat (Le Caire) deviennent de grands centres politico-religieux. Ainsi, bientôt, de Samarcande ou Kairouan, toutes deux conquises alors que les Omeyyades sont à leur apogée.
Une monnaie islamique est frappée et l’on emprunte aux Romains et Perses les structures qui faisaient leurs gouvernements; une flotte est construite depuis Tripoli dans la seconde moitiée du siècle hégirien et la Méditerranée tend à devenir ce lac musulman. Mais les troubles démarrés avec la montée des Omeyyades ne s’étaient jamais estompés. Partisans d’Ali et réfractaires divers avaient tout ce premier siècle mené de constantes révoltes; et l’on voit souvent dans la bataille de Kerbala en 60H (680) – après le meurtre d’al-Ḥusayn (puis d'al-Ḥasan), fils d’ʿAlī – la naissance du chiisme en tant que tel. Le petit-fils d’Abū Bakr, ʿAbd Allāh ibn az-Zubayr, avait même durant plus de dix ans fait de Médine la capitale d’un califat concurrent; (anti)-califat brisé par le gouverneur et chef militaire omeyyade le plus fameux de l’histoire : al-Ḥajjāj ibn Yūsuf.
C’est dans ce climat tendu, mais riche en événements que naissaient aussi les imams de demain, ainsi de Mālik ibn Anas, Ja’far al-Ṣādiq ou Abū Ḥanīfa. Ce 1er siècle hégirien s’achevait alors par la construction de la Grande mosquée des Omeyyades à Damas et le règne du calife omeyyade le plus révéré de tous : ʿUmar ibn ʿAbd Al-ʿAzīz. Source Sarazin www.elmesmar.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.