Notre petite revue, gratuite et ind√©pendante, fait du bruit gr√Ęce √† vous ! Soutenez-nous, car m√™me les petites √©tincelles peuvent allumer de grandes id√©esūüöÄ Soutenir!

Tradition juive : les trois semaines (Yemei Bein Hametzarim)

La Rédaction

Si on associe g√©n√©ralement les c√©l√©brations juives avec une ambiance joyeuse et festive, ce n’est pas le cas des Yemei Bein Hametzarim (litt√©ralement « jours entre les d√©troits »), aussi appel√©s la « p√©riode des trois semaines », p√©riode beaucoup plus rude dans le calendrier juif. Cette p√©riode a lieu du 17 Tamouz au 9 Av (en g√©n√©ral en juillet – ao√Ľt du calendrier gr√©gorien), et comporte de nombreux interdits et restrictions. Ces trois semaines comm√©morent la destruction des deux Temples (Beth haMikdach) de J√©rusalem, ainsi que d’autres malheurs de l’histoire juive.
L’histoire des trois semaines 
Les livres des Proph√®tes (Neviim) et les Hagiographes (Ketouvim), respectivement deuxi√®me et troisi√®me parties du corpus biblique √† la fois h√©bra√Įque et chr√©tien, sont les premiers √† mentionner, au moins en sous-entendus, les trois semaines. Le livre de Zacharie (8;18) parle du « je√Ľne du quatri√®me, du cinqui√®me, du septi√®me et du dixi√®me mois ». Or la question se pose tr√®s logiquement : quels sont ces je√Ľnes, et quel jour exactement ont-ils lieu ? Les je√Ľnes du septi√®me et du dixi√®me mois n’ont pas grand-chose √† voir avec les trois semaines, il s’agit en effet du je√Ľne de Guedalia, le 3 Tichri (septembre – octobre), et du je√Ľne du 10 Tevet (d√©cembre-janvier), qui comm√©morent les premi√®res br√®ches des arm√©es babyloniennes dans l’enceinte de J√©rusalem en -587, selon le deuxi√®me Livre des Rois (25;1-4).

Quant aux je√Ľnes du quatri√®me et du cinqui√®me mois, ceux qui nous int√©ressent, ils sont ceux du 17 Tamouz et du 9 Av (juillet – ao√Ľt en g√©n√©ral). Le je√Ľne du 17 Tamouz comm√©more une s√©rie de malheurs, notamment la premi√®re br√®che faite par l’empereur romain Titus dans l’enceinte de J√©rusalem, mais aussi le bris des premi√®res tables de la Loi par Mo√Įse au Mont Sina√Į. Le je√Ľne du 9 Av, lui, comm√©more la destruction des deux Temples.

Ironiquement, le 9 Av a aussi √©t√© la date d’autres malheurs qui ont marqu√© l’histoire du peuple juif : la fin de la r√©volte juive de Bar Kokhba en 135 de l’√®re chr√©tienne, √©touff√©e par l’arm√©e romaine dans le sang ; le d√©cret d√©finitif d’expulsion des juifs d’Espagne ; l’expulsion des juifs de France par Philippe le Bel en 1306 ; la signature du d√©cret d’expulsion des juifs d’Angleterre en 1290, etc. Il s’agit donc d’un jour sombre dans l’histoire du juda√Įsme. Vis-√†-vis de ces deux je√Ľnes, 17 Tamouz et 9 Av, une autre tradition biblique existe. Le livre des Lamentations (Eikha), √©crit par la tradition selon le proph√®te J√©r√©mie, interpr√©t√© par le « Midrash Eikha Rabba » (interpr√©tation rabbinique all√©gorique des √©crits bibliques), parle de cette p√©riode comme d’un moment de deuil pour l’ensemble des juifs. C’est essentiellement de cette interpr√©tation que vient la tradition des trois semaines.

Les coutumes des trois semaines
Le moment est rendu aust√®re par l’ensemble des interdits qu’il compte. Pour commencer, le 17 Tamouz est un jour de je√Ľne de l’aube au cr√©puscule, tandis que le jour du 9 Av (aussi appel√© Ticha beAv) est un je√Ľne de 25h (d√®s la veille au soir), auquel d’autres interdictions s’ajoutent (interdit d’avoir des relations intimes, de se laver et se parfumer et de porter des chaussures en cuir). Entre ces deux jours de je√Ľne, les interdictions se multiplient, et ce en fonction des coutumes (ashk√©nazes ou s√©farades). Dans l’ensemble, du 17 Tamouz au 1er Av, il est interdit d’√©couter de la musique (un d√©bat existe sur le droit d’√©couter de la musique a capella ou non), afin de diminuer la joie ou l’excitation √©motionnelle, en g√©n√©ral inh√©rente au fait d’√©couter de la musique. Il est aussi interdit de se marier ou de se fiancer.
D√®s le 1er Av, il devient interdit de consommer de la viande et du vin, de se baigner par plaisir, ou encore d’acheter de nouveaux v√™tements. Enfin, du Shabbat qui pr√©c√®de Ticha BeAv (le jour du 9 Av) √† Ticha BeAv m√™me, il est aussi interdit de se laver le corps √† l’eau chaude, de se couper les cheveux et de se raser, de laver ses v√™tements, de repasser, de porter un nouvel habit ou d’acheter un v√™tement neuf.
Tous ces interdits ont pour but de susciter la plus forte la tristesse : c’est une p√©riode de deuil, pendant laquelle chaque juif doit essayer de ressentir la tristesse inh√©rente √† la destruction des deux temples.

Une allégorie des trois semaines
Les kabbalistes (mystiques juifs) ont offert d’autres interpr√©tations aux trois semaines. √Ä leurs yeux, ce sont des p√©riodes de rigueur c√©leste, o√Ļ les fautes, √† la fois individuelles et collectives, sont sp√©cialement expi√©es par des souffrances, et ce afin de pr√©parer au mois d’Eloul qui suit le mois d’Av, mois consacr√© essentiellement au repentir (techouva).
D√®s lors, il importerait de prendre sur soi d’office le sentiment de deuil et de tristesse, et ce afin de minimiser la rigueur c√©leste sur nos vies (dans l’id√©e : prendre sur soi la souffrance par les mortifications sus-mentionn√©es, afin d’√©viter que ce soit le Ciel qui nous fasse souffrir autrement). Les kabbalistes pensent effectivement qu’√† certaines p√©riodes de l’ann√©e, des « lumi√®res spirituelles » descendent, et que les rituels religieux sont un moyen de capter ces lumi√®res et de progresser spirituellement.
Dans le cas des trois semaines, il s’agit d’ouvrir son coeur au repentir. La symbolique des Trois Semaines va toutefois au-del√† de la mystique pure et dure. Le proph√®te Zacharie √©voque l’√®re messianique qu’attendent toujours les juifs, et parle des jours de je√Ľne mentionn√©s pr√©c√©demment comme des jours qui deviendront joyeux.
Ce sont donc des jours qui cristallisent aussi l’esp√©rance messianique des juifs, qui repose sur l’id√©e qu’un jour viendra o√Ļ tous les peuples pourront vivre √©ternellement en paix, et o√Ļ toutes les p√©riodes les plus tristes deviendront de v√©ritables p√©riode de joie et de jouissance spirituelle.

Source : laculturegenerale / article de : Maximilien Temin

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies ūüć™ sur ce site pour analyser le trafic, m√©moriser vos pr√©f√©rences et optimiser votre exp√©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-h√©ros de la navigation ! ūüöÄ On a d√©tect√© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. ūüĆü Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! ūüĆźūüí• Merci, h√©ros ! ūüôĆ #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! D√©sol√© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. ūüĆćūüėĒ
-->