Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Étude : 100% des tortues examinĂ©es contaminĂ©es aux plastiques

La RĂ©daction
 Une Ă©tude menĂ©e sur plus de 100 tortues issues des 7 espĂšces marines connues Ă  travers le monde montre que toutes Ă©taient contaminĂ©es par des plastiques de petite taille. Ces rĂ©sultats inquiĂ©tants illustrent une nouvelle fois l’envergure planĂ©taire des pollutions provoquĂ©es par ces polymĂšres et les activitĂ©s humaines qui les entourent.

Sur les 102 tortues Ă©tudiĂ©es par les chercheurs de l’UniversitĂ© d’Exeter et du Laboratoire maritime de Plymouth (Angleterre) associĂ©s Ă  Greenpeace, toutes avaient du plastique dans leur estomac. L’Ă©tude a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e sur des animaux venant du Pacifique, de l’Atlantique et de la MĂ©diterranĂ©e. Plus de 800 particules ont Ă©tĂ© trouvĂ©es chez les tortues examinĂ©es. NĂ©anmoins, les relevĂ©s ne concernaient qu’une partie de leur systĂšme digestif, si bien que la quantitĂ© de plastique se trouvant dans leur corps pourrait ĂȘtre 20 fois plus Ă©levĂ©e. Les plus hauts taux de contamination ont Ă©tĂ© observĂ©s chez les tortues venant de la MĂ©diterranĂ©e.

Filets de pĂȘche, filtres de cigarette et vĂȘtements synthĂ©tiques
Dans la majoritĂ© des cas, les Ă©lĂ©ments retrouvĂ©s provenaient de fibres synthĂ©tiques, une matiĂšre qui peut ĂȘtre issue de la dĂ©composition d’habits, de pneus, de filtres de cigarette ou d’Ă©quipements maritimes, notamment des cordes ou des filets de pĂȘche. « Les effets de ces particules sur les tortues ne sont pas connus », a commentĂ© Docteur Emily Duncan, membre de l’Ă©quipe de recherche. « Leur petite taille leur permet de passer Ă  travers les intestins sans causer de blocage, comme cela est souvent observĂ© avec de plus gros Ă©lĂ©ments », poursuit-elle, affirmant la nĂ©cessitĂ© d’Ă©tudier les consĂ©quences de l’ingestion de plastiques pour les animaux marins.

L’une des craintes Ă©voquĂ©es par les Ă©quipes de chercheurs est que ces plastiques de petite taille puissent transporter des bactĂ©ries ou des virus ou avoir des consĂ©quences au niveau cellulaire et provoquer de nouvelles maladies. Pour le Professeur Brendan Godley, Ă©galement associĂ© Ă  l’Ă©tude, c’est une « grande honte que de nombreuses si ce n’est pas toutes les tortues marines, ont dĂ©sormais avalĂ© des microplastiques ». « Cette Ă©tude expose l’ampleur de notre problĂšme avec la pollution plastique. L’addiction de notre sociĂ©tĂ© au plastique jetable alimente une crise environnementale qui doit ĂȘtre attaquĂ©e Ă  la source », rĂ©sumĂ© Louise Edge, chargĂ©e de campagne chez Greenpeace.

Cette Ă©tude s’ajoute Ă  celles qui suggĂšrent d’ores et dĂ©jĂ  l’omniprĂ©sence du plastique dans les ocĂ©ans. Ces Ă©lĂ©ments synthĂ©tiques, fruit du monde industriel, ont non seulement Ă©tĂ© retrouvĂ© dans les glaces de l’Arctique, mais Ă©galement dans le plancton, les crustacĂ©s ou les cĂ©tacĂ©s. « Nous avons retrouvĂ© du plastique dans presque toutes les espĂšces que nous avons Ă©tudiĂ©es », confirme Dr Penelope Lindeque, du Laboratoire maritime de Plymouth. Selon elle, ces constats doivent pousser Ă  rĂ©duire la quantitĂ© de plastiques dĂ©versĂ©s dans les ocĂ©ans et tout faire pour prĂ©server les Ă©cosystĂšmes. Mais la problĂ©matique ne se limite pas qu’Ă  la gestion des dĂ©chets. La production mĂȘme du plastique et son omniprĂ©sence dans nos vies « modernes » doivent poser question.
 Des plastiques jusque dans l’alimentation humaine
La prĂ©sence de plastique dans les ocĂ©ans n’a rien de nouveau, au contraire. Ces derniĂšres annĂ©es, les alertes de la communautĂ© de scientifiques ont Ă©galement portĂ© sur la mise en Ă©vidence de gyres, c’est-Ă -dire des lieux dans les mers oĂč s’agglutinent les pollutions plastiques en formant des masses de forte concentration. L’essentiel de ces pollutions est charriĂ© par les fleuves et les cours d’eau. Pour l’annĂ©e 2015, on estime que 9 millions de tonnes de plastique ont Ă©tĂ© dĂ©versĂ©es dans les mers et ocĂ©ans depuis les continents. La « nouveautĂ© », ce sont les consĂ©quences sanitaires de plus en plus palpables sur les animaux et les ĂȘtres-humains.

Au mois d’octobre dernier, une Ă©tude menĂ©e par le docteur Philipp Schwabl de l’UniversitĂ© de mĂ©decine de Vienne et l’Agence de l’environnement autrichienne mettait en Ă©vidence la prĂ©sence de microplastiques chez les ĂȘtres humains, plus particuliĂšrement dans ses excrĂ©ments. Les rĂ©sultats, insuffisants pour tirer des conclusions quant Ă  la frĂ©quence de l’exposition Ă  ces substances, suggĂ©raient nĂ©anmoins que l’alimentation humaine Ă©tait contaminĂ©e par le plastique Ă  travers le globe. Et pourtant, ces problĂ©matiques qui heurtent de plein fouet notre capacitĂ© mĂȘme Ă  vivre sur terre sont loin de faire partie des prioritĂ©s politiques de notre temps.
Mr.Mondialisation

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->