Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

mardi 10 avril 2018

harcèlement à l'université algleriènne :Sexe contre notes

 Si ailleurs dans le monde ça se passe exemple en France (à la Lorraine: Près de 400 étudiantes disent avoir été victimes de harcèlement sexuel à l’université ) . Même en Algerie le phénomène est présent . 
Comme on le sait tous, après avoir obtenu notre Baccalauréat, on découvre un nouveau monde très différent et plus sévère, qui nous oblige à nous comporter autrement voire même devenir une autre personne pour se protéger. En effet, plusieurs jeunes affirment que l’université se présente sous un cercle vicieux et malin où on peut trouver la bonne et la mauvaise influence.

En dépit de plusieurs inconvénients, n’importe quelle faculté subit le même problème. Mais, le rôle de l’enseignant dans le milieu scolaire reste très important et très influent pas seulement sur le plan éducatif mais aussi social. Malheureusement ce n’est plus le cas.
Le milieu universitaire, les étudiantes, notamment, connaissent de plus en plus d’harcèlements de la part de leurs enseignants pour avoir du plaisir en échange de quelques points. C’est devenu simple et précis : Sexe contre notes. «Je suis partie pour réclamer ma note à mon professeur de littérature, ce dernier a tenté de s’approcher de moi il s’est même penché pour m’embrasser», nous déclare Sarah, étudiante en littérature Française. «Sous le choc, j’ai quitté son bureau sans lui dire au revoir. Résultat ; j’ai eu un zéro en gras dans mon relevé de notes», ajoutera Sarah.

Ce phénomène touche plusieurs jeunes filles victimes de chantage et même d’agressions. «J’avoue que j’ai cédé au chantage de mon prof. Après son insistance, j’ai pris le chemin vers sa maison en espérant d’obtenir ce module. J’ai couché avec lui à plusieurs reprises, je n’avais plus le choix, j’habitais loin et si j’échoue dans mes études je ne vais plus remettre les pieds à Alger», nous rajoute Inès étudiante à USTHB.

D’autre part, désespérément, plusieurs jeunes filles se laissant emporter par la tentation d’avoir une année scolaire réussie sans faire le moindre effort et la plupart d’elles tombent dans le piège. Meriem stagiaire dans une multinationale et étudiante en Master, nous donne un exemple vivant. «Après plusieurs mois de relations avec mon directeur qui a déjà garanti mon obtention d’un rapport de stage idéal, je découvre qu’il cachait des vidéos pornographiques de moi”, se rappelle Meriem.

“Le connard filmait nos ébats sexuels et il s’est servi également de ça contre moi …», indique amèrement Meriem. Toutes ces jeunes filles sont des victimes dans un milieu, censé être, l’endroit le plus assuré et le plus protégé, et pour cela chaque femme doit lutter contre ces actes et ne doit pas se laisser faire.
par Yéléna Ben /source: Algerie-Direct


3 commentaires:

  1. je connais beaucoup de filles qui font cela pour les notes...c'est trise,on les voit pas au cours et elles obtiennent d'excellentes notes...injustice et sale profs

    RépondreSupprimer
  2. même le monde du savoir et des conscient les femes sont objets d'harcelement monde à l'envers

    RépondreSupprimer
  3. je pense qu'on doit vraiment s'armer en tant que femme dans ce mond ede brute

    RépondreSupprimer

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.