Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Les feux de l’humour:Poisson d'Avril

La RĂ©daction
A chaque 1er avril, son lot de poissons accrochĂ©s, son flot de farces, de gags et d’actualitĂ©s farfelues. En 2016, on a prĂȘtĂ© Ă  la RATP l’intention de rebaptiser la station OpĂ©ra en ApĂ©ro ou Ă  Burger King de vendre ses frites Ă  l’unitĂ©, tandis que l’association Bloom indiquait qu’Ă  force de dĂ©cimer la population des ocĂ©ans, l’homme fĂȘtera bientĂŽt les 1er avril avec des… « rien d’avril » ! « S’il prĂȘte Ă  sourire, l’humour ne se rĂ©signe pas, il dĂ©fie aussi, comme l’Ă©crit Sigmund Freud en 1905 », rappelle Marie-France Patti, dans son essai L’humour, un dĂ©fi aux certitudes. Et si on explorait l’humour avec la psychothĂ©rapeute et psychologue clinicienne ? Sans rire ?
L’humour, c’est quoi au juste ?



par 

L’humour participe du comique mais s’en diffĂ©rencie au mĂȘme titre que la dĂ©rision, l’ironie ou le mot d’esprit. Il a une place et une forme bien particuliĂšre. Il peut Ă©videmment faire (sou) rire, mais pas forcĂ©ment et plus rarement encore donner lieu Ă  des Ă©clats de rire, parce qu’il vient bousculer la rĂ©alitĂ©, en crĂ©ant un dĂ©calage. L’humour est une disposition d’esprit, une façon de se situer dans la vie et d’interprĂ©ter le monde dans lequel on Ă©volue.

Coller un poisson dans le dos d’un collĂšgue ou d’un enfant le 1er avril, par exemple, fait partie d’un rituel qui permet Ă  l’autre de se moquer de lui-mĂȘme, de participer sans ĂȘtre humiliĂ© ni blessĂ©. L’humour transforme une rĂ©alitĂ© en la sublimant, c’est-Ă -dire en la regardant diffĂ©remment. Le sujet souligne ses propres dĂ©fauts ou ceux d’autrui, mais l’intention est de s’en amuser. L’humour a une portĂ©e philosophique, nous ramĂšne Ă  notre humanitĂ©, c’est une forme d’altruisme, dans le partage et le don de soi : son but n’est pas de blesser ni de dĂ©truire, mais plutĂŽt de dĂ©voiler un dĂ©faut, un travers, dans un message contenant plus d’empathie et de tolĂ©rance que de mĂ©pris. Alors que dans le sarcasme, l’ironie ou le comique, il y a toujours cette intention, souvent dĂ©guisĂ©e, pas forcĂ©ment agressive ou violente, de blesser ou de dĂ©valoriser l’autre.
Distingue-t-on plusieurs formes d’humour ?



Sans ĂȘtre exhaustif, on distingue trois formes exemplaires d’humour : l’humour noir est un dĂ©fi Ă  la mort, c’est (entre) voir la mort derriĂšre la rĂ©alitĂ©, c’est en cela qu’il est grinçant, Ă  la maniĂšre d’Alphonse Allais et son « Je me suis toujours demandĂ© si les gauchers passaient l’arme Ă  droite ». Paradoxalement, dans des situations extrĂȘmes, l’humour noir s’apparente Ă  un acte de survie : il fonctionne comme un mĂ©canisme de dĂ©fense vitale – pour continuer Ă  se sentir humain, en prĂ©servant sa libertĂ©, souvent la seule, de penser. En tĂ©moigne l’humour dont faisaient parfois preuve les soldats de la premiĂšre guerre mondiale ou les prisonniers des camps de concentration. C’est ici un dĂ©fi Ă  la honte, Ă  la douleur et Ă  la mort psychique et rĂ©elle.

L’humour insensĂ© (ou humour anglais) est un dĂ©fi Ă  la logique et Ă  la pensĂ©e. Il met en Ă©vidence un dĂ©calage qui suscite la surprise : cette distanciation peut s’attacher Ă  banaliser un fait important (ce que les Anglais appellent l’understatement) ou au contraire, Ă  amplifier un fait tout Ă  fait banal (overstatement), et surtout, en ne laissant paraĂźtre aucune Ă©motion massive.

Enfin, l’autodĂ©rision est un dĂ©fi Ă  soi-mĂȘme : on vient Ă  se moquer de soi, de ses habitudes et de ses croyances… C’est toujours une affaire langagiĂšre, souvent un jeu de mots.




L’humour est un phĂ©nomĂšne social et culturel Ă©troitement liĂ© aux habitudes, aux valeurs et aux idĂ©aux communs ; on ne rit pas des mĂȘmes choses d’un pays Ă  l’autre, d’une communautĂ© ou d’un groupe Ă  l’autre, et mĂȘme d’une Ă©poque Ă  l’autre. L’humour des groupes confrontĂ©s Ă  des situations dangereuses ou dramatiques par exemple (pompier, urgentiste…) sera jugĂ© scandaleux par ceux qui ne partagent pas les mĂȘmes angoisses.

La prĂ©disposition Ă  l’humour est liĂ©e Ă  l’environnement plus qu’Ă  l’Ă©ducation. Certains en sont dotĂ©s, d’autres dĂ©nuĂ©s. Cette prise de distance par rapport Ă  la rĂ©alitĂ©, la sienne comme celle des autres, implique d’avoir Ă©tĂ© dotĂ©(e) d’une bonne assise narcissique dĂšs son plus jeune Ăąge, c’est-Ă -dire d’avoir acquis une confiance en soi et une souplesse psychique suffisantes pour « dĂ©passer » la rĂ©alitĂ©, en la dĂ©tournant et en s’en amusant. Cette agilitĂ© intellectuelle s’Ă©labore principalement dans le jeu spontanĂ© de l’enfance.
Peut-on ĂȘtre hermĂ©tique Ă  l’humour ?

Certains sont plus ou moins sensibles Ă  l’humour, et plus ou moins disposĂ©s Ă  le recevoir. Ceux qui prĂ©sentent une fragilitĂ© sur le plan narcissique, qui sont trĂšs susceptibles, et donc inaptes Ă  l’autodĂ©rision, ne sont pas, ou moins, rĂ©ceptifs Ă  l’humour. Il en va de mĂȘme avec les personnes qui ne peuvent apprĂ©hender le second degrĂ© parce qu’elles sont accrochĂ©es Ă  une pensĂ©e concrĂšte – un chat est un chat, et on ne plaisante pas avec cela ! Ou encore celles qui sont rivĂ©es Ă  leurs convictions, Ă  leurs idĂ©aux et valeurs… Par trop de rigiditĂ©, elles n’accueillent (et ne pratiquent) pas l’humour.


Quels bienfaits en retire-t-on ?

L’humour est un plaisir de la vie quotidienne, qui s’invite dans notre vie familiale, amoureuse ou professionnelle. Il apporte la lĂ©gĂšretĂ© qui permet d’affronter et/ou de supporter les dĂ©sagrĂ©ments et les frustrations de la vie. Selon la dĂ©finition de Freud, « l’humour est le dĂ©passement du sens tragique de la rĂ©alitĂ© » ; pour Milan Kundera, il est « l’ivresse de la relativitĂ© des choses humaines ». Car l’humour peut dĂ©samorcer un conflit et dĂ©tourner, au travail comme dans la vie personnelle, les tensions agressives et les affects pĂ©nibles, ou encore prĂ©server le sentiment de dignitĂ© (dans la relation soignants-patients, par exemple).

Aujourd’hui, notre sociĂ©tĂ© est globalement vouĂ©e au politiquement correct. L’humour y est un dĂ©fi, une provocation Ă  la rĂ©alitĂ©. Il est sur la voie de la rĂ©gression car on a rigidifiĂ© notre rapport Ă  des sujets devenus sensibles, tels que le communautarisme, la religion, les questions identitaires… Si on a perdu en souplesse, l’humour existe toujours. La critique humoristique de la sociĂ©tĂ© et de ses valeurs est nĂ©cessaire et opĂšre comme le bouffon du roi d’antan. Elle tempĂšre le fanatisme, relativise les idĂ©aux et facilite l’acceptation des diffĂ©rences. Elle peut donc ĂȘtre une alternative Ă  la violence. Il n’y a que du bon dans l’humour, c’est un antidote Ă  presque tout !

par 

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->