Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

dimanche 16 avril 2017

Amour love by DZ ( houb 3inani)

#bledmickey #LoveinAlgeria
Lundi 27 mars, vers 16h de l’après-midi, Thinhinane Makaci et Moumouh Kadi , deux jeunes citoyens algériens, ont été interpellés par les service de l’ordre et conduits vers le poste de police. Ils ont été accusés de trouble à l’ordre public et atteinte à la pudeur.
La raison de ces accusations est… une simple main sur l’épaule de Thihinane et une bise amicale en plein public. Les deux citoyens ont été interrogés pendant plus d’une heure au niveau du poste de police situé au cœur de la station de métro de la Grande Poste où il leur a été expliqué que certains affectifs “ne peuvent être tolérés ou acceptés dans un pays musulman”.
Les policiers sont allés jusqu’à prétexter une loi qui serait en vigueur dans notre pays et qui interdirait les embrassades ou gestes affectifs jugés “immoraux” entre filles et garçons dans l’espace public.
Chéraga ont effectué au cours de la nuit du jeudi à vendredi au centre d’affaires Al-Qods et ont procédé à l’arrestation de 28 couples qui vont être présentés devant le procureur de la république, rapporte le journal El Khabar.
Ces personnes, indique le journal, ont été arrêtées pour avoir fait des appartements du centre des “lieux de rencontres douteuses”. Des “quantités de drogues de différents types ont été saisies dans ces appartements situés dans les étages supérieur de la plus grande tour de la capitale”.
Des dizaines d’agents de police et un grand nombre de véhicules ont été mobilisés pour procéder à l’arrestation des couples en question et leur transfert à la sûreté de daïra de Chéraga.
Les policiers ont procédé à la fermeture des sept entrées du centre et du parking afin d’éviter les “fuites” avant d’investir les appartements et de forcer leurs occupants à les quitter.
Selon El Khabar, les enquêtes ont révélé que de nombreuses personnes arrêtés n’étaient pas propriétaire des appartements mais “les louaient à des fins douteuses”.
Lieu de “rendez-vous”
Le journal note que des citoyens de la commune se sont plaints à plusieurs reprises de ce qui se passe dans ce centre commercial qui appartient à la société saoudienne Sidar.
“Au début des activités du centre, des soirées artistiques et des rendez-vous culturels y étaient organisés mais cela n’a pas duré. Une année après, il s’est transformé en lieu de rendez-vous et de soirées non déclarées” écrit El Khabar en soulignant que les voisins se sont plaints des nuisances et des tapages occasionnés.
Le maire de Chéraga, interrogé par le journal, a indiqué que le centre d’affaires “Al-Qods” dépasse ses prérogatives car c’est “un grand investissement et il ne peut intervenir sur la manière de le gérer”. Il estime toutefois que ce centre n’aurait pas dû être réalisé dans ce milieu urbain très dense et a reconnu que le centre commercial s’est “dégradé

En maquette
Un centre commercial controversé
Ce n’est pas que l’emplacement du centre commercial qui a suscité des controverses. La société de promotion saoudienne Sidar qui l’a réalisé l’a pratiquement laissé à l’abandon en se contentant d’encaisser les charges auprès des propriétaires.
En septembre 2013, M. Nourredine Khaoukha, administrateur général du centre soulignait dans une déclaration au site d’informations économiques Maghreb Emergent que la “non-gestion” de la part de Sidar a “transformé cette structure en zone de non droit où la sécurité n’était pas assurée, les couloirs insalubres et les équipements complètement abandonnés”.
Des copropriétaires avaient tenté de prendre en charge directement la gestion d’un mastodonte de 90.000 m², réalisé par la Société Internationale Eddar (SIDAR) et réceptionné officiellement en 2006.
En 2010, un article de Maghreb Emergent, relevait déjà l’état “déplorable” dans lequel se trouvaient un édifice qui outre ses “défauts architecturaux” n’était pratiquement pas géré.
“Une chose est sure l’actuel Centre d’Al-Qods n’est qu’une pâle copie de celui annoncé en projet et édifié sur maquette. Sur le site internet de la société Sidar, le projet est pourtant présenté comme “un symbole et un repère urbain incontournable non seulement pour l’agglomération d’Alger mais pour tout le pays, par sa conception moderne, originale et historique”.
Rappelez vous du scandale qui s'est passé un certain jeudi en 2015,lorsqu'il y y avait eu 28arrestations de couples a cote commercial al-qods Alger Chéraga...alors imaginez que ça se par tout le temps ainsi c'est juste que ce jours là a été médiatisé.mais tout cela c'est banalisé et a été imposé dans notre société que c'est normal de ne pas pouvoir s’asseoir en couple pour profiter d'une romance jeune avant d"être mariés....voila un pays mal organisé ou l'anormal se passe, les fils et filles de hidra et proches des gens du pouvoir et de club des pins se permettent de vivre en paix et profiter de la vie en aimant et en s'amusant alors qu’ailleurs dans tout le reste pays ;c'est saturé et rien n'est permis .
a vos commentaires .ps: n'oubliez pas de nous soutenir en aimant la pageJournal El Mesmar
caricature Lounis

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.