Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Basil Zaharoff richissime marchant d'arme qui tenta d'acheter Monaco

La RĂ©daction

 

« J'ai vendu des armes Ă  qui en voulait. Pour le faire, j'ai Ă©tĂ© français en France, russe en Russie, grec en GrĂšce, et ainsi de suite », confiait Basil Zaharoff, le plus grand marchand d'armes de tous les temps.NĂ© en Turquie en 1849 de parents grecs, Basil Zaharoff passe sa jeunesse ; crapuleuse , dans les bas-fonds de Constantinople. Tour Ă  tour guide pour touristes, gardien de bordel et membre d'un gang de pompiers-pyromanes, il se lance Ă  l'Ăąge de 28 ans dans le commerce qui fera de lui l'homme le plus riche du monde .

Les lecteurs de L'Oreille cassĂ©e (1937), sixiĂšme album des aventures de Tintin, se souviennent peut-ĂȘtre du personnage de Basil Bazaroff, ce marchand d'armes que l'on voit paisiblement vendre des canons au San Theodoros du gĂ©nĂ©ral Alcazar, avant d'aller faire la mĂȘme chose dans le pays rival, le Nuevo Rico.

Pour les lecteurs de l'Ă©poque, la rĂ©fĂ©rence est transparente : Basil Bazaroff n'est autre que l'homme d'affaires Basil Zaharoff, dĂ©cĂ©dĂ© en 1936, dont HergĂ© a reproduit l'apparence (moustache, barbiche, canne, chapeau) et a Ă  peine modifiĂ© le nom. Pendant l'entre-deux guerres, le « mystĂ©rieux » Zaharoff, richissime industriel dont la biographie est alors semĂ©e de zones d'ombre, a en effet Ă©tĂ© rendu immensĂ©ment cĂ©lĂšbre par les mĂ©dias, qui ont fait de lui l'archĂ©type du « marchand de mort » et du « profiteur de guerre » responsable du massacre de 1914-18.

La vie de ce personnage redoutablement cynique, reconstituĂ©e en 2019 par l'historien Tristan Gaston-Breton dans le livre Basil Zaharoff, l'incroyable histoire du plus grand marchand d'armes du monde, fut hautement romanesque.

Issu d'une famille grecque de Constantinople un temps exilĂ©e en Russie pour Ă©chapper aux pogroms anti-Grecs, Zaharoff est nĂ© en 1849 dans l'Empire ottoman, oĂč il mena une jeunesse aventureuse. S'Ă©levant peu Ă  peu dans les sphĂšres Ă©conomiques et politiques, son premier coup d'Ă©clat a lieu dans les annĂ©es 1880, lorsqu'il parvient Ă  vendre le sous-marin Nordenfelt Ă  la fois aux Grecs, aux Turcs et aux Russes.

EntrĂ© Ă  la fin du XIXe siĂšcle au conseil d'administration de la Vickers, un des gĂ©ants de l'industrie de l'armement britannique, Zaharoff vend par la suite navires de guerre, sous-marins, piĂšces d'artillerie et mitrailleuses aux puissances europĂ©ennes. La PremiĂšre Guerre mondiale va lui permettre d'accroĂźtre considĂ©rablement sa fortune et son influence, jusqu'Ă  faire de lui le premier marchand d'armes au monde et l'un des hommes les plus riches de la planĂšte.

Une des ventes les plus importantes de Basil Zaharoff est celle du Nordenfelt I, sous-marin Ă  vapeur construit selon les plans du rĂ©vĂ©rend anglican George William Littler Garrett  que les renseignements de la marine amĂ©ricaine considĂšrent comme susceptible de se dĂ©placer en faisant des « mouvements dangereux et excentriques ». Thorsten Nordenfelt a dĂ©jĂ  fait une dĂ©monstration de son engin Ă  un congrĂšs international de responsables militaires. Si les puissances majeures n'en veulent pas, les nations plus petites sont intĂ©ressĂ©es par le prestige apportĂ© par le bĂątiment.

Basil Zaharoff vend le premier modĂšle aux Grecs avec la promesse de modalitĂ©s de paiement souples. Il convainc alors les Turcs que le premier modĂšle des Grecs reprĂ©sente une menace et il leur en vend deux. Il persuade alors les Russes du danger significatif de la flotte turque en mer Noire et il leur en vend deux. Aucun de ces sous-marins ne fut jamais vu dans un combat. Dans un test de tir de torpille effectuĂ© par la marine turque, le navire devient si instable qu'il coule.


Dans les annĂ©es qui suivent le conflit, Basil Zaharoff s'implique dans les affaires des puissances moyennes que les vainqueurs, occupĂ©s Ă  refaire l'Europe, ont autrement ignorĂ©es. En particulier, il s'assure que la GrĂšce recevra une part du partage de l'Empire ottoman. Zaharoff convainc ElefthĂ©rios VenizĂ©los d'attaquer, et l'armĂ©e grecque est rapidement victorieuse. En novembre 1920, les monarchistes fidĂšles Ă  Constantin Ier remportent les Ă©lections, et VenizĂ©los abandonne le pouvoir. Zaharoff reste et pousse le roi Ă  attaquer Ă  nouveau la Turquie. Mais avec la rĂ©action d'AtatĂŒrk, cette aventure militaire se termine par ce que les Grecs ont appelĂ© la Grande Catastrophe. Ces engagements sont mal perçus par la presse Ă  Londres et Paris.

Basil Zaharoff a Ă©tĂ© aussi impliquĂ© dans deux autres affaires financiĂšres majeures. En , pressentant qu'il y a un grand avenir dans le commerce du pĂ©trole, il participe Ă  la crĂ©ation d'une sociĂ©tĂ© qui prĂ©figure le gĂ©ant British Petroleum.

En janvier 1922, il co-fonde avec Bernard Grasset le prix littĂ©raire Balzac.


Il tenta d'acheter Monaco:

Son association avec Albert Ier de Monaco, puis avec Louis II, l'amena Ă  acheter la SociĂ©tĂ© des bains de mer couverte de dettes. Cette sociĂ©tĂ© gĂ©rait le Casino de Monte-Carlo, principale source de revenus du pays, et il rĂ©ussit en quelques mois Ă  rendre Ă  nouveau le casino bĂ©nĂ©ficiaire. À la mĂȘme Ă©poque, Zaharoff s'assura auprĂšs de Georges Clemenceau que le TraitĂ© de Versailles garantirait la protection des droits de Monaco comme ils avaient Ă©tĂ© Ă©tablis en 1641. De fait, son reprĂ©sentant en France, Nicolas Pietri, Ă©tait proche de Clemenceau.

C'est en 1924, au lendemain de son mariage avec Maria del Pilar Antonia Angela Patrocinio Simona de Muguiro y Beruete, duchesse de Villa-Franca de los Caballeros, que Basil mĂ»rit son grand projet : acheter « Le Rocher », non pour lui-mĂȘme, mais pour Maria elle-mĂȘme qui, de duchesse, deviendrait princesse. Albert Ier est mort en 1922. C'est dĂ©sormais son fils Louis II qui tient les rĂȘnes de la principautĂ©. DiplĂŽmĂ© de Saint-Cyr, le nouveau prince a fait toute sa carriĂšre dans l'armĂ©e française, pour laquelle il Ă©prouve une vĂ©ritable passion. Comme son pĂšre avant lui, Louis II n'en finit pas de se dĂ©battre dans les problĂšmes financiers. À Monaco, tout le monde sait en outre qu'il n'Ă©prouve aucun intĂ©rĂȘt pour les affaires du « Rocher » et qu'il regrette au plus haut point sa vie militaire.

Dans ces conditions, il pourrait ĂȘtre sensible Ă  une offre de rachat venant de Zaharoff, pour peu que celui-ci y mette le prix. Or l'homme d'affaires est prĂȘt Ă  dĂ©penser la plus grande part de sa fortune s'il le faut. Quant Ă  Maria, elle a le profil idĂ©al : elle est duchesse, a Ă©tĂ© mariĂ©e Ă  un grand d'Espagne et est apparentĂ©e Ă  la famille royale d'Espagne. Pour postuler Ă  un titre princier, il s'agit d'atouts de poids.

Dans les premiers mois de l'annĂ©e 1925, sĂ»r de pouvoir obtenir ce qu'il convoite, Zaharoff rencontre discrĂštement Louis II Ă  Paris pour lui proposer le marchĂ©. La dĂ©sillusion est cruelle. Le « prince-soldat », comme on appelle parfois Louis II, refuse en effet catĂ©goriquement de vendre « Le Rocher ». S'il regrette la vie militaire, il n'entend pas cĂ©der le patrimoine qu'il a hĂ©ritĂ© de sa famille, surtout Ă  un homme comme Basil. Rien ne dit de toute façon que la France, qui exerce une sorte de protectorat sur Monaco depuis la signature du traitĂ© franco-monĂ©gasque de 1918, aurait laissĂ© faire une telle opĂ©ration.

Basil est consternĂ© et furieux par le refus du prince. Usant d'une mĂ©thode Ă  laquelle il a dĂ©jĂ  eu recours par le passĂ©, il engage alors une vaste campagne de presse contre Louis II et la principautĂ©. Durant toute l'annĂ©e 1925 et une grande partie de l'annĂ©e 1926, il achĂšte des articles Ă  charge dans « L'Impartial », un hebdomadaire national qui paraĂźt Ă  Nice. Tout y passe, depuis l'Ă©troitesse du corps Ă©lectoral « Le corps Ă©lectoral ne compte que 660 inscrits et 4 560 votants et ce minuscule groupe d'autochtones rĂ©gente la principautĂ© au nom de son insignifiance », lance ainsi le journal dans son Ă©dition du 4 avril 1925, jusqu'aux accusations de fraude fiscale en passant par le « dĂ©chaĂźnement d'appĂ©tit d'argent » qui anime la famille princiĂšre.

Seule solution aux yeux du journal stipendiĂ© par Basil : pousser Louis Ă  l'abdication et faire de la principautĂ© une « ville libre sous tutelle de la France ». Louis II n'est pas en reste. Lui aussi s'est assurĂ© des fidĂ©litĂ©s dans la presse, en l'occurrence au sein de « Tout va », le principal journal de Monaco. Tout acquis aux intĂ©rĂȘts de la famille Grimaldi, son rĂ©dacteur en chef, Sylvain Fabi, ne fait pas dans la dentelle, multipliant les injures Ă  caractĂšre antisĂ©mite, dĂ©nonçant tour Ă  tour en Basil Zaharoff un « mĂ©tĂšque de la finance internationale », « un vautour nĂ© bulgare sous le nom de Zacharie Zacharias, juif Ă©videmment », « un gros requin Ă  la dĂ©testable rĂ©putation d'insatiable », dont la SBM, qu'il a « accaparĂ©e », doit ĂȘtre purgĂ©e dĂšs que possible. Entre les deux camps, la lutte est Ă  couteaux tirĂ©s.

Au dĂ©but de l'Ă©tĂ© 1926, tout s'arrĂȘte. Entre-temps, un terrible Ă©vĂ©nement est survenu qui a ravagĂ© Basil Zaharoff : Maria est morte, emportĂ©e par la tuberculose. Son projet n'a dĂ©sormais plus aucun sens. Meurtri, il abandonne alors toutes ses activitĂ©s et se retire dĂ©finitivement des affaires. Il mourra dix ans plus tard dans sa suite de l'HĂŽtel de Paris Ă  Monaco, oĂč Louis II avait acceptĂ© qu'il continuĂąt de rĂ©sider

source: Wikipedia, retronews,..

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->