Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Le cinéma Algérien est mort, plus de salles

La RĂ©daction

#Algerie #Cinema #Declic #Erreur #integrisme Ce qu'on appelle la mort culturelleđŸ‡©đŸ‡żđŸ˜ąđŸ˜ž. 

 Une chronique de Zinedine Bendjidji : 

 "4 ans aprĂšs l’ouverture de la 1Ăšre salle de cinĂ©ma au Royaume des TĂ©nĂšbres (Arabie Saoudite), il se dĂ©roule aujourd‘hui Ă  Djedda, le 1er Festival Mer Rouge du CinĂ©ma (du 06 au 12 courant) avec la projection programmĂ©e de 138 films, la participation de 67 pays et la prĂ©sence de nombreuses stars du cinĂ©ma mondial. Rien que ça ! En 62, l’AlgĂ©rie avait hĂ©ritĂ© de quelques 450 salles de cinĂ©mas. 

Durant les annĂ©es 60/70, il y’avait eu un dĂ©part fulgurant de ce qui aurait pu ĂȘtre le #CinĂ©ma_AlgĂ©rien. Nous avions de jeunes cinĂ©astes prometteurs, certains de nos films furent primĂ©s dans les illustres rendez-vous du 7Ăšme Art (‘‘Oscar’’ pour ‘‘Z’’, Palme d’Or pour ‘‘Chroniques des annĂ©es de braises’’, ‘‘Lion d’Or pour la Bataille d’Alger’’ et des dizaines d’autres distinctions pour bcp d’autres films Ă  travers le monde entier (Moscou, Tachkent, Berlin, Carthage...).

 Moins de 20 ans aprĂšs l’indĂ©pendance, l’AlgĂ©rie a produit et coproduit plus de 150 films! Nous avions un public cinĂ©phile des plus redoutables car connaisseur et exigeant, qui donnerait du fil Ă  retordre au plus coriace des critiques du cinĂ©ma ou aux rĂ©alisateurs qui venaient de partout pour prĂ©senter leurs films (en premiĂšre mondiale pour certains !) Et puis ! Et puis tout est parti en vrilles ! Les cinoches fermaient les uns aprĂšs les autres, les organismes du cinĂ©ma disparurent comme par enchantement, les rĂ©alisateurs ne tournaient plus de films mais tournaient en rond et les acteurs mourraient seuls dans leur misĂšre et pauvretĂ©.

 L’invasion Wahhabite des annĂ©es 80 et l’insouciance des autoritĂ©s quant Ă  la nĂ©cessitĂ© absolue de prendre en charge et dĂ©velopper une industrie du cinĂ©ma, avait foutu en l’air tout espoir d’Ă©merger comme un pĂŽle cinĂ©matographique consĂ©quent. En sombrant dans l’intĂ©grisme le plus hideux, la sociĂ©tĂ© algĂ©rienne a perdu presque tous les repĂšres qui la liaient Ă  la modernitĂ© et Ă  la vie moderne.

Aujourd’hui on a affaire Ă  des Bengrina, Mokrie, Naima Nak’hi, Baadji, Bouguerra, Ferkous, les Oumala, Belghit, Khtitel, Benaamane, etc, et vous en conviendrez que ce n’est guĂšre avec ce genre d’Ă©nergumĂšnes qui n’a jamais vu un film dans une salle de cinĂ©ma qu’on va tourner un film ou organiser un Festival de CinĂ©ma Mondial ! Que dire alors si on pensait Ă  revenir au Weekend universel comme l'ont fait les Emirats?!" 09-12-2021 

đŸ‘‰đŸ»www.elmesmar.fr👈🏿


 

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->