Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

lundi 8 novembre 2021

Edgar James "Cobber" Kain, histoire du 1er as sur Hawker "Hurricane"


 8 Novembre 1939 : Parmi les as de la bataille de France, il y avait aussi, déjà, quelques Britanniques. Aujourd'hui il y a 82 ans, le premier d'entre eux ouvrait son palmarès et celui du No 73 Squadron. 

 Alors, sauriez-vous le nommer au débotté ? 

 Hé bien il s'agit d'Edgar James "Cobber" Kain, 1er as de la RAF pendant la 2nde guerre mondiale, 1er as sur Hawker "Hurricane", plus grand as de la RAF pendant la bataille de France avec 16 victoires sûres, 3 probables & 1 avion endommagé, 1er à recevoir une DFC ( = "Distinguished Flying Cross") --mais hélas aussi le 1er as britannique décédé pendant cette même guerre (le 7 juin 1940). 

 Kain était en fait néo-zélandais (né en 1918 à Hastings). D'où d'ailleurs son surnom "Cobber" qui signifie "copain" dans le jargon local et semble aussi souligner qu'il était d'un caractère amical. Engagé dans la RAF en 1936, breveté en 1937, il avait alors rejoint le No 73 Squadron --dissous en 1919 mais justement reformé en mars 1937-- où, depuis la base de Digby, il avait piloté des Gloster "Gladiator" biplans puis des Hawker "Hurricane" Mk I. Et c'est donc avec cet escadron que, 4 jours après la déclaration de guerre, il avait été envoyé en France dans le cadre de l'Advanced Air Striking Force (AASF) de la RAF. 

 Ce 8 novembre, le Flying Officer Kain faisait à nouveau partie d'une patrouille défensive du 73 Sqn lorsque vers 10 heures il aperçut enfin, volant haut au-dessus de lui, un des bombardiers allemands qu'il avait jusqu'à présent vainement recherchés. Il s'agissait en l'occurrence d'un Dornier Do 17P (W.Nr. inconnu, code 4U + ?(blanc)H) de l'escadrille de reconnaissance lointaine 1.(F)/Aufkl.Gr.123. Le Dornier, apercevant lui aussi le "Hurricane" montant vers lui, chercha son salut vers le haut et grimpa donc jusqu'à 27.000 pieds (8.230 mètres). Mais Kain réussit à y faire 2 passes, toutefois sans résultat visible. Bien que le chasseur montrât des signes de fatigue, Kain entamait une 3ème passe lorsque, volontairement ou non, le Dornier se mit à piquer comme un fou. Kain le poursuivit mais lâcha l'affaire lorsqu'il vit que l'entoilage de ses ailes --les ailes des premiers "Hurricane" Mk I étaient encore entoilées-- commençait à se déchirer. Il a été affirmé que la DCA française aurait aussi atteint le "Hurricane" et serait peut-être responsable de ces dommages à son avion. Mais j'ignore si c'est vrai. (Si ça l'est on pourrait aussi se demander lequel des deux, du "Hurricane" ou de la DCA, aurait *vraiment* descendu le Dornier ?) 

 Quoi qu'il en soit, ledit Dornier quant à lui ne sortit pas de son piqué et s'écrasa dans le village de Lubey, au nord de Metz, explosant à l'impact et ne laissant aucune chance à son équipage. Une des mitrailleuses de cet avion constitue d'ailleurs encore aujourd'hui une des pièces exposées à l'Imperial War Museum, à la section "Outbreak" de son exposition consacrée á la 2ème GM. 

 Cette 1ère victoire aérienne du futur as était aussi la 1ère victoire du fameux No 73 Squadron depuis sa récente reformation. Il allait en compter plusieurs centaines d'autres au cours de la guerre, la 300ème étant obtenue dès décembre 1942 aux dépens d'un Junkers Ju 88 au-dessus de Benghazi, en Lybie (attribué au F/S Beard). 

 L'équipage du malheureux Do 17P de ce 8 novembre était quant à lui constitué de l'Oberfeldwebel. Georg Stühler (pilote), de l'Oberleutnant. Hans Kutter (observateur) et de l'Obergefreiter. Heinrich Schneidmüller (opérateur radio), tous vétérans de la guerre d'Espagne. 

 Quant à Kain, il allait poursuivre une carrière pour le moins mouvementée, son avion semblant d'abord toujours devoir être très salement atteint à peu près autant de fois qu'il était vainqueur. Et lui-même étant blessé au visage et aux jambes le 2 avril 1940 ! Quoi qu'il en soit, il remporta sa 5éme victoire dès le 26 mars 1940, puis une autre dès son retour au front le 23 avril. Puis ce fut tout un festival entre le 10 mai et le 5 juin 1940 : Alors qu'avant-guerre il était de mode en Angleterre d'affirmer qu'avec l'élaboration des tactiques de groupes il n'y aurait plus "d'as" au cours du conflit à venir, il totalisait 16 victoires confirmées (6 Do 17 + 1 Do 215 + 1 Ju 88 + 2 Hs 126 + 6 Me 109), 3 victoires probables (3 Me 110) et 1 endommagé (1 Me 110), et était alors le plus grand as britannique de la guerre. 

 Il mourut bêtement le 7 juin 1940 : Ayant appris la veille qu'il devrait retourner en Angleterre à la fois pour se reposer et pour y faire office d'instructeur (manifestement, on tenait aussi à préserver un tel talent pour la bataille d'Angleterre à venir), il décolla comme prévu du terrain d'Échemines (département de l'Aube) avec le "Hurricane" L1826 pour une 1ère étape vers Le Mans lorsqu'il se mit à faire un "beat-up" du terrain, c.a.d. un passage en rase-mottes et à grande vitesse, et entama en plus une petite démonstration d'acrobatie aérienne à très basse altitude. Il venait d'entamer une série de tonneaux rapides lorsqu'au 3ème rouleau une aile toucha le sol : L'avion s'écrasa immédiatement et son pilote, bien qu'éjecté sous le choc, fut probablement instantanément tué par les formidables accélérations subies. (Son corps fut retrouvé à une trentaine de mètres du premier point d'impact de l'avion dont l'épave ne fut par ailleurs pas déménagée mais ostensiblement laissée telle quelle pour rappeler aux pilotes de ne pas faire les zouaves au-dessus du terrain.)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.