Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

lundi 23 décembre 2019

La comtesse sanglante. Elizabeth Báthory (1560-1610)

La comtesse sanglante. Elizabeth Báthory (1560-1610) était la nièce du roi de Pologne et appartenait à l'une des plus importantes familles aristocratiques de Hongrie. Elle a reçu une éducation très poussée, bien supérieure à celle des jeunes nobles de l'époque, en arrivant à parler et à écrire correctement quatre langues.

 Dès son enfance, sa famille a arrangé son mariage avec un aristocrate hongrois de Transylvanie, le comte Ferencz Nadasdy, qui avait deux fois son âge.

La jeune fille a été envoyée vivre là-bas, où elle a rencontré sa belle-mère puritaine qui s'occuperait de son éducation. La relation entre les deux était horrible, Elizabeth appartenait à une famille de rang supérieur à celui de sa belle-mère et n'acceptait pas ses ordres.

 A l'age de 13ans, Elizabeth engagea une romance avec l’un des serviteurs du château, nommé Laszlo Bende. Par pure malchance, les amoureux furent découverts et Ferenc Nadasdy, futur époux d’Elizabeth (qui était alors âgé de dix huit ans) s’empara du jeune serviteur, le fit castré par ses valets, et le jeta ensuite à ses molosses en pâture. Cet événement a précipité le mariage. Toute l'aristocratie de la région, y compris l'empereur Maximilien II, a assisté à l'événement. Après le mariage, le mari devait adopter le nom de famille de sa femme, car elle était de rang supérieur. Ils sont allés vivre dans un château des Carpates qui domine une grande partie de la Slovaquie actuelle. Son mari, surnommé " le Chevalier noir ", aimait plus se battre que d'être dans son château avec Elizabeth Báthory, qu'il laissait seule. Pendant que son mari se battait, elle a commencé à avoir des relations lesbiennes avec ses servantes, relations qui avaient des aspects sadomasochistes : elle aimait piquer des aiguilles ou mordre ses amants, entre autres. 

Après le meurtre de son mari, le comte, dans un bordel, Elizabeth en profita pour expulser sa belle-mère et toute sa belle-famille des territoires qui lui appartenaient désormais. En même temps, elle s'est entourée d'alchimistes et de sages, qu'elle a ensuite identifiés comme des sorciers et des magiciens.

 Un jour, une de ses servantes lui a accidentellement tiré les cheveux en les peignant. Elizabeth l'a giflée si fort qu'elle a éclaboussé le sang de la fille sur sa main. Immédiatement, Elizabeth a senti sa peau dans cette zone recevoir la fraîcheur de sa jeune servante, et c'est là que le monstre s'est réveillé ! Aussitôt, elle appela ses assistants Johannes et Thorko ; elles déshabillèrent la jeune fille, lui tranchèrent la gorge en prononçant des litanies diaboliques et la saignèrent dans une baignoire. Ce jour-là, Elizabeth a pris son premier bain de sang humain.

Entre 1604 et 1610, les agents obscurs d'Elizabeth se sont consacrés à lui fournir des femmes âgées de 9 à 16 ans pour ses rituels sanglants. Que ce soit par peur de vieillir, par dérivation de ses goûts sadiques, par les conseils de son environnement, ou peut-être tout cela, elle a conclu que le sang des vierges l'aidait à retrouver sa jeunesse. Elle commença donc à emmener les jeunes filles dans une cellule où elles furent saignées, le sang versé dans une baignoire, et dans ce bain, la comtesse retrouva l'espoir de la jeunesse éternelle. Ses goûts sadiques l'ont amenée à torturer ses jeunes filles pour leur faire couler du sang, en évitant leur mort pour les guérir et recommencer la torture, comme si c'était des troupeaux.

Une des coutumes qui semble avoir plu à la comtesse est qu'une fois baignées, les mêmes jeunes filles lèchent le sang de son corps pour le rendre propre. Au fil des années, il n'y avait plus de jeunes filles à saigner, elle avait achevé les jeunes filles de la région, et c'est pourquoi ses souhaits étaient dirigés vers les jeunes aristocrates. Puis la justice, qui avait détourné le regard, a agi, et la comtesse a été poursuivie. Comme si cela ne suffisait pas, l'empereur était un de ses ennemis et voulait s'approprier ses biens. Ainsi, lorsque les autorités sont entrées dans son château, toutes sortes de perversions ont été mises au jour.

 Lors de son procès, 650 meurtres lui ont été attribués. Elle a été enfermée à vie, emmurée dans son propre château, où elle a vu la lumière du soleil à travers une petite grille, et où elle a reçu peu de nourriture pour prolonger son agonie. Il a fallu quatre ans pour qu'Elizabeth Bathory meure au milieu de cris de folie. Ses complices étaient "plus chanceux"... ils ont été exécutés. Mais les chefs d'accusation sont parfois pris avec prudence par les historiens : « la nature du procès rend toutes les preuves fournies suspectes, car elles ont été extirpées sous la torture ou des menaces de torture. ».

Point que souligne également l'historien Miklós Molnàr, spécialiste de la Hongrie. Il n'est donc pas exclu que les témoins aient inventé ou exagéré des faits dans le seul but de mettre fin à leur supplice. Par ailleurs, Molnar souligne aussi que la comtesse n'a pas eu la possibilité de se défendre contre ces accusations. Mais il précise toutefois : « Il est possible qu'elle ait commis ces crimes, rien n'est exclu, mais rien n'est prouvé. » #Pablo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.