Think-Tank pour vous 😁 Jeune Presse irresponsable, participative avec un regard décalé sur l'actu et l'histoire -depuis 2013🙈🙉🙊

résumé

dimanche 3 novembre 2019

Mythologie berbère : le mythe de la création du monde chez les kabyles - Première partie


Le mythe de la création du monde chez les kabyles .
 Première partie : Les Premiers Parents du Monde
 Au début, les êtres humains ne vivaient pas sur la terre. Il y avait uniquement un homme et une femme et ils vivaient sous la terre. Ils étaient les seuls et uniques êtres humains et ignoraient qu’ils étaient de sexe dif¬férent. Un jour qu’ils se trouvaient à boire de l’eau à la fontaine, l’homme dit : « Laisse-moi boire ! » « Non, dit la femme, moi d’abord. Je suis la première ! »
L’homme voulut écarter la femme. Mais elle le frappa. Ils se battirent. L’homme la frappa si violemment qu’elle tomba. Ses habits s’ouvrirent et ses cuisses furent à nu. L’homme vit la femme étendue nue devant lui. Il vit qu’elle était faite autrement que lui. Il constata qu’elle avait une tahccunt (un vagin de jeune fille, celui de la femme se dit ahccun). Il sentit qu’il avait une tab- buct (le pénis de l’homme se dit abbuc). L’homme regarda la tahccunt et demanda : « A quoi ça sert ?»
Il y enfonça le doigt et la femme dit : « C’est agréable ! »
L’homme sentit sa tabbuct grandir. Il fit l’amour avec la femme et resta huit jours couché avec elle. Ce n’est qu’après les huit jours qu’il se releva.
Neuf mois plus tard, la femme mit au monde quatre filles. Encore neuf mois et elle mit au monde quatre fils. Elle eut de nouveau quatre filles neuf mois plus tard. Neuf autres mois s’écoulèrent et de nouveau, elle eut quatre fils. Et ainsi de suite jusqu’à ce que l’homme et la femme aient en tout cinquante filles et cinquante fils.
Cependant, les Premiers Parents du Monde ne savaient que faire de leurs enfants. Ils décidèrent donc de les envoyer au loin. Les cinquante jeunes filles partirent ensemble vers le nord. Les cin¬quante garçons, eux, s’en allèrent vers l’est. Après avoir marché sous terre quelques années en direction du nord, les cinquante jeunes filles virent une lumière au-dessus d’elles. C’était une percée dans la terre. Elles virent le ciel au-dessus d’elles et s’écrièrent : « Pourquoi devons- nous rester sous terre ? Allons plutôt sur la terre d’où nous pourrons contempler le ciel. »
Elles montèrent à travers l’ouverture et arrivèrent sur la terre. De leur côté, les cinquante garçons marchèrent eux aussi quelques années sous la terre avant d’atteindre une percée qui prenait jour sur le ciel.
Voyant le ciel, ils se dirent : « Pourquoi devons-nous rester sous terre alors qu’il existe un endroit d’où l’on peut voir le ciel ? » Ils grimpèrent le long de la faille et parvinrent sur la terre. Les jeunes filles, de leur côté, continuèrent leur chemin sur la terre et les garçons firent de même. Mais ils ignoraient tout les uns des autres. Or, autrefois, les arbres, les plantes et les pierres parlaient encore.
Les jeunes filles, voyant les plantes, leur demandèrent : « Qui vous a créées ? » — « C’est la terre qui nous a engendrées ! », répondirent les plantes. Les jeunes filles questionnèrent la terre : « Qui t’a créée ? » La terre répon¬dit : « Je suis faite comme vous ! »
La nuit, les jeunes filles virent la lune et les étoiles et leur crièrent : « Qui t’a créée, toi qui es si haut au-dessus de nous et de tous les arbres ? Est-ce toi qui nous apportes la lumière et la clarté ? Et vous, qui êtes-vous, petites et grandes étoiles ? Qui vous a faites, petites et grandes étoiles ? Ou bien est-ce vous qui avez créé tout le reste ? »
Toutes les jeunes filles continuèrent à crier et à appeler dans la nuit. Au cours de leurs pérégrinations, les cinquante garçons arrivèrent un jour tout près de l’endroit où se trouvaient les cinquante jeunes filles.
Ils en étaient si proches qu’ils entendaient leurs clameurs dans le lointain. « Voilà d’autres créatures comme nous, allons voir comment elles sont faites. Allons les rejoindre ! », se dirent-ils. Puis ils se mirent en chemin en direction des cris des jeunes filles.
Quand ils furent tout près, ils arri¬vèrent au bord d’un grand fleuve qui se trouvait justement entre eux et les cinquante jeunes filles. Comme ils n’avaient jamais vu de fleuve aupa¬ravant, ils appelèrent. Les jeunes filles arrivèrent elles aussi sur l’autre rive du fleuve, guidées par les appels des garçons. Elles les virent de l’autre côté et leur crièrent : « Qui êtes-vous ? Que criez-vous ? Etes-vous, vous aussi, des êtres humains ? »
Les garçons répondirent : « Nous sommes aussi des êtres humains. Nous sommes sortis de la terre ! Mais que criez-vous ?» — « Nous aussi, nous sommes sorties de la terre, dirent-elles, et nous sommes aussi des êtres humains. Nous crions pour La jeune fille hardie leur dit alors : « Les êtres humains, là-bas, ne sont pas faits comme nous ! Là, sur la poitrine, où nous avons des seins, ils n’ont rien. Là où nous avons une tahccunt, ils ont autre chose ! Leurs che¬veux ne sont pas aussi longs que les nôtres, mais beaucoup plus courts. Quand on les voit si nus, on a le cœur qui bat très fort et on ressent une grande envie de les étreindre ! Une fois qu’on les a vus nus, on ne peut plus les oublier !» — « Tu mens ! » s’écrièrent les autres jeunes filles. La jeune fille hardie leur répondit : « Allez vous-mêmes vous en rendre compte ! Vous en perdrez la tête, tout comme moi ! » — « Nous allons continuer notre chemin », décidèrent les autres. Les cinquante jeunes filles poursuivirent leur marche. Les cinquante garçons firent de même, eux aussi. Mais ils avançaient plus lentement. Par contre les jeunes filles, allant plus vite, firent un détour et croisèrent le chemin pris par les garçons. Là, ils se reposèrent tout près les uns des autres. Ce jour-là, les gar¬çons se dirent : « Nous ne voulons plus dormir en plein air sous le ciel. Nous allons nous construire des maisons ! »
Et aussitôt, quelques-uns d’entre eux se mirent à creuser des trous dans la terre et s’y glissèrent pour dor¬mir. D’autres aménagèrent des pièces et des galeries souterraines pour y passer la nuit. Mais d’autres garçons s’approchèrent de ceux qui creu¬saient et leur dirent : « Mais que faites-vous ? Vous creusez la terre pour construire des maisons ? N’y a-t-il pas assez de pierres tout autour de vous ? Vous pourrez les entasser les unes sur les autres pour en faire des murs. »
Ces garçons se mirent donc à empiler des pierres, en laissant seu¬lement une brèche pour pouvoir entrer et sortir. Une fois les murs construits, un des garçons partit abattre un arbre. Mais l’arbre se mit à crier et dit : « Quoi ? Tu veux m’abattre ? Mais que fais-tu là ? Es-tu par hasard plus âgé que moi ? Qui te permet d’agir ainsi ?» — « Je ne suis pas plus âgé que toi, répondit le garçon, et je n’ai aucune prétention. Je veux seulement abattre cinquante arbres parmi vous. Pour faire le toit, je poserai vos troncs sur les maisons, puis je les recouvrirai. Ensuite je mettrai vos branches à l’abri dans nos maisons pour qu’elles ne soient jamais mouillées. » L’arbre approuva : « C’est bien, j’accepte. »
Le garçon abattit alors cinquante arbres. Il posa les troncs sur sa maison et les recouvrit de roseaux et de terre. Puis il coupa les branches et les entreposa à l’intérieur. Enfin pour soute¬nir le toit, il planta quelques gros troncs d’arbres au milieu de la maison. Lorsque les autres virent la belle demeure, ils firent tous de même. Or parmi les garçons, il y avait un vrai sauvage, de même qu’il y avait une sauvage parmi les jeunes filles...
Ce garçon sauvage ne voulait pas vivre dans une maison. Il ne se construisit pas un abri comme les autres, mais rôdait aux alentours de leurs demeures et cherchait à attraper quel¬qu’un pour le dévorer. Car il était si sauvage qu’il ne pensait qu’à tuer les autres pour les manger. A quelque distance de là, les cinquante jeunes filles se reposaient. De loin, elles virent les cinquante garçons creuser d’abord des trous et des galeries, puis construire des maisons. « Mais que font-ils, les autres êtres humains ? se demandèrent-elles. Que font-ils avec les pierres et les arbres ? »
La jeune fille hardie proposa : « Je vais aller là-bas une fois de plus. Je vais me faufiler à travers les buissons et regarder ce qu’ils font. Je les ai vus nus une fois, je veux les revoir ! »
Elle se glissa furtivement à travers la broussaille et s’en alla en direc¬tion des maisons des garçons. Elle s’en approcha tout près et entra dans l’une d’elles. Il n’y avait personne à l’intérieur. Elle vit que la maison était belle. Elle regarda tout autour d’elle. Mais à ce moment-là, dehors, le sau¬vage passa. Il flaira l’odeur de la jeune fille. Puis il mugit. La jeune fille prit peur et cria. Elle s’enfuit de la maison aussi vite qu’elle put en direc¬tion de l’endroit où se trouvaient ses compagnes. Mais tous les garçons avaient entendu le cri de la jeune fille effrayée. Ils se dressèrent tous d’un bond et coururent derrière elle. Celle-ci courait en hurlant à travers les buissons. Les autres jeunes filles entendirent aussi les clameurs de la jeune fille hardie. Elles se levèrent d’un bond et coururent à sa rencontre pour lui porter secours. Les cinquante jeunes filles se heurtèrent aux cinquante garçons dans les bois. Les garçons et les filles se battirent entre eux. Ils se rencontraient dans les buissons toujours par deux, un garçon et une fille. Le sauvage et la sauvage tombèrent aussi l’un sur l’autre.
Tout cela se déroulait dans les buissons et personne ne voyait son adversaire. Les jeunes filles étant très fortes, elles jetèrent les garçons par terre. Elles se dirent, chacune pour soi : « A présent, je vais voir si notre compagne audacieuse a dit vrai ou pas ! »
Elles saisirent les garçons par les cuisses. Elles trouvèrent leur tabbuct. Quand elles la touchèrent, la tabbuct grossit et les garçons restèrent calmement allongés. Le cœur des jeunes filles se gonfla tandis qu’elles caressaient la tabbuct des garçons. Alors, elles arrachèrent leurs habits et enfoncèrent la tabbuct dans leur tabccunt. Les garçons restaient calmement allongés. Les cinquante jeunes filles firent l’amour avec les cinquante garçons. A ce moment-là, les garçons devinrent encore plus excités qu’elles. Chaque garçon prit une jeune fille et l’emmena dans sa maison. Ils se marièrent. Une fois à la maison, les garçons dirent : « Ce n’est pas correct que ce soit la femme qui se couche sur l’homme ! Désormais, lorsque nous nous accouplerons, c’est nous, les hommes, qui serons sur vous, les femmes. Ainsi nous deviendrons les maîtres. »
A partir de ce jour-là, les garçons firent l’amour aux filles de la façon dont les Kabyles le font encore de nos jours. Les garçons devinrent encore plus excités et plus fous que les jeunes filles. Ils vécurent heureux et en paix tous ensemble. Seuls, le sauvage et la sauvage, qui n’avaient pas de maison, rôdaient à la recherche de quelqu’un à dévorer. C’est pourquoi les autres garçons les chassaient quand ils s’approchaient d’eux, et les maltraitaient lorsque le hasard les mettait sur leur chemin. Le couple de sauvages finit par se poser des questions : « Ne sommes-nous pas différents des autres êtres humains ? Nous sommes maltraités partout où nous allons ! N’aurions-nous pas intérêt à changer d’endroit ? Partons-nous réfugier dans la forêt ! »
Ils se mirent en chemin pour se retirer dans les bois, d’où ils ne sortirent plus que pour s’attaquer aux enfants, qu’ils enlevaient pour les dévorer. La jeune fille sauvage devint ainsi la première ogresse (teriel : mangeuse de chair humaine), tandis que le sauvage devint le premier lion (izem).
Tous deux vivaient en se nourrissant de chair humaine. Les autres femmes et les autres hommes étaient heureux d’être débarrassés de ces créatures dévoreuses d’êtres humains. Ils vécurent tous ensemble dans la sérénité et le bonheur, se nourrissant essentiellement des plantes qu’ils cueillaient.

 Source : Les contes et les légendes racontées par nos anciens en Kabylie, transmise de génération a génération
Léo FROBENIUS Traductions des textes allemands Par Mokran FETTA et Préface Camille LACOSTE-DUJARDIN

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

© Copyright EL-MESMAR 2013-2018 "Tous droits réservés" -Design: Aghiles AZZOUG-CREAGHI STUDIO. Fourni par Blogger.