Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Le 24 juin 1954, rĂ©union des « 22 » historiques , penseur de guerre d'AlgĂ©rie

La RĂ©daction
Une petite rĂ©union, pour de grandes dĂ©cisions. Cest ce que l´on peut dire de la rencontre du groupe des 22, tenue en catimini et en clandestinitĂ©, en juin 1954 Ă  Clos-Salembier, sur les hauteurs d´Alger, et qui allait changer le sort de tout un peuple.
En effet, aprĂšs moult pĂ©ripĂ©ties, le mouvement national Ă©tait arrivĂ© Ă  l´impasse. Alors que Messali rĂ©clamait les pleins pouvoirs, et que les centralistes du comitĂ© central louvoyaient, de nouvelles forces, qui avaient fait leurs classes au sein du PPA-MTld et de l´Organisation spĂ©ciale (OS), apparurent qui rĂ©clamaient le passage Ă  la lutte armĂ©e, seule voie Ă  leurs yeux, pour arracher l´indĂ©pendance.

C´est la villa de LyĂšs Derriche, sise Ă  Clos-Salembier (actuel El Madania) qui sera le siĂšge de cette petite rencontre et qui sera considĂ©rĂ©e comme une Ă©tape importante dans la vie du Mouvement national algĂ©rien. Rien ne la prĂ©destinait Ă  abriter en juin 1954, une rĂ©union cruciale pour le devenir de l´AlgĂ©rie, puisqu´elle avalisa la crĂ©ation du ComitĂ© rĂ©volutionnaire d´unitĂ© et d´action (CRUA). Et ce fut Ă  la demande de Didouche Mourad que LyĂšs Derriche accueillit dans sa maison, nouvellement construite, les 21 acteurs, en plus de l´hĂŽte lui-mĂȘme. Comme il fallait ĂȘtre discret et ne pas Ă©veiller les soupçons des agents des renseignements gĂ©nĂ©raux, LyĂšs Derriche trouva le prĂ©texte d´organiser une petite rĂ©ception Ă  l´occasion de l´inauguration de sa nouvelle demeure, histoire de pendre la crĂ©maillĂšre.

Le coup de filet qui avait Ă©tĂ© opĂ©rĂ© au dĂ©but des annĂ©es cinquante dans les rangs de l´OS et l´infiltration des structures du mouvement national par les services obligeaient Ă  redoubler de vigilance. Les invitĂ©s ne devaient pas arriver en groupe, pour ne pas attirer l´attention, mais l´un aprĂšs l´autre. Et cette petite rencontre conviviale se transforma en vĂ©ritable congrĂšs. Il y avait lĂ  les principaux dirigeants de la rĂ©volution: Mustapha Ben BoulaĂŻd, Mohamed Boudiaf, Didouche Mourad, Larbi Ben M´hidi, Rabah Bitat, et leurs compagnons. AprĂšs la crĂ©ation du CRUA, en mars en 1954, cette rĂ©union des 22, en juin constituait une Ă©tape dĂ©cisive, en consacrant le principe de la lutte armĂ©e, mais aussi en dotant la rĂ©volution de ses instances et de ses structures. Le temps n´Ă©tait plus aux palabres. Il fallait donc passer Ă  l´action. La rĂ©volution allait se donner le moyen d´atteindre ses objectifs. Le colonialisme avait fait la preuve qu´il ne tenait pas ses promesses, surtout aprĂšs la rĂ©pression sanglante du 8 mai 1945, dans laquelle 45.000 AlgĂ©riens furent tuĂ©s, malgrĂ© la participation des soldats maghrĂ©bins Ă  la libĂ©ration de la France dans la guerre contre l´Allemagne hitlĂ©rienne.

CĂŽtĂ© structures, les participants arrĂȘtĂšrent le principe d´organiser la lutte armĂ©e en divisant le territoire national en cinq circonscriptions qui devinrent les cinq wilayas : c´Ă©taient les wilayas d´Alger, de Constantine, d´Oran, des AurĂšs, et de la Kabylie, qui furent placĂ©es sous les responsabilitĂ©s respectives de Rabah Bitat, Didouche Mourad, Larbi Ben M´hidi, Mustapha Ben BoulaĂŻd et Krim Belkacem. Ce dernier n´Ă©tait pas prĂ©sent Ă  la rĂ©union des 22, Ă  Clos-Salembier. Il fallait donc prendre contact avec lui, d´autant plus que le maquis de la Kabylie Ă©tait dĂ©jĂ  structurĂ© et qu´il possĂ©dait des armes. DĂšs qu´il fut informĂ©, celui qu´on a surnommĂ© le Lion du Djebel donna son accord sans hĂ©siter et, aidĂ© de son adjoint Amar Ouamrane, mit ses armes et ses hommes au service de la rĂ©volution. L´heure n´Ă©tait plus aux tergiversations. A ce premier groupe de dirigeants, il fallait aussi adjoindre ceux de la dĂ©lĂ©gation Ă  l´Ă©tranger : Hocine AĂŻt Ahmed, Ahmed Ben Bella et Mohamed Khider. Quant Ă  Mohamed Boudiaf, dernier chef de l´OS, il Ă©tait chargĂ© d´assurer la coordination. Il y avait donc neuf chefs de la rĂ©volution, considĂ©rĂ©s comme les historiques.

D´autres modalitĂ©s furent arrĂȘtĂ©es, comme le financement de la lutte, l´approvisionnement en armes et munitions, et les mĂ©thodes de travail. Pour ce dernier point, il fut dĂ©cidĂ© de reprendre la structuration pyramidale qui sied le mieux Ă  la guerre de guĂ©rilla et qui permet de rĂ©duire les effets de l´infiltration et du travail psychologique et d´information des services de renseignement coloniaux. Une autre rĂ©union, tenue au mois d´octobre, transformera le CRUA en Front de libĂ©ration nationale, avec son aile militaire l´ArmĂ©e de libĂ©ration nationale. On avait optĂ© pour l´idĂ©e de front pour pouvoir rassembler tous les AlgĂ©riens, sans exception.

Ce n´Ă©tait donc pas un parti politique de plus, et qui viendrait s´ajouter Ă  ceux existants, mais un large rassemblement ouvert Ă  toutes les sensibilitĂ©s et que reliait entre elles le combat pour la libĂ©ration du pays. Les militants des autres partis, et ceux du mouvement associatif, Ă©taient invitĂ©s Ă  rallier le FLN, mais Ă  titre individuel. Les divergences politiques ou idĂ©ologiques Ă©taient mises de cĂŽtĂ© pour ne plus retenir qu´un seul critĂšre: celui de la lutte pour l´indĂ©pendance. Et c´est un fait que le passage Ă  la lutte armĂ©e devait gommer les clivages et cimenter les rangs. Et c´est un fait. Toutes les forces nationalistes, quelle que soit leur obĂ©dience idĂ©ologique, ont rejoint, Ă  titre individuel, soit les maquis soit les rĂ©seaux de soutien Ă  la rĂ©volution.
La biographie des 9 chefs historiques fera ressortir leurs qualitĂ©s acquises dans les diffĂ©rents activitĂ©s et missions qu´ils eurent Ă  assumer au sein du mouvement national. Ils jouĂšrent tous, Ă  un niveau ou un autre, un rĂŽle important dans la prĂ©paration du Premier Novembre.

Mohamed Boudiaf est nĂ© le 23 juin 1919 Ă  Ouled Madi (wilaya de M´sila). En 1942, il travaille comme commis aux Ă©critures au service des contributions Ă  Jijel. Il adhĂšre, dĂšs sa prime jeunesse, au Parti du peuple algĂ©rien (PPA) et rejoint l´Organisation secrĂšte dont il deviendra le chef. C´est Ă  ce titre qu´il sera jugĂ© par contumace en 1950 et qu´il partira pour la France, oĂč il devient un membre actif du Mtld.

De retour en AlgĂ©rie, il sera l´un des principaux organisateurs du CRUA. Mostefa Ben BoulaĂŻd est nĂ© le 5 fĂ©vrier 1917 Ă  Afrih, prĂšs d´Arris, au cƓur des AurĂšs. MobilisĂ© en 1939, il se fera remarquer par son courage durant la campagne d´Italie. AprĂšs le retour Ă  la vie civile, il obtiendra une licence pour exploiter une ligne de cars Batna-Arris, adhĂšre au PPA, et se fera Ă©lire sur la liste PPA-MTLD. Mais l´administration coloniale annule son Ă©lection au profit du cadi Abdelkader. Membre de l´OS depuis sa fondation, en 1946,il sera Ă©galement l´un des fondateurs du CRUA. Rabah Bitat est nĂ© le 19 dĂ©cembre 1925 Ă  AĂŻn El Karma (Constantine). Il fera ses classes au sein du PPA et sera l´un des membres actifs du Mouvement pour le triomphe des libertĂ©s dĂ©mocratiques (MTLD). Il sera condamnĂ© par contumace Ă  une peine de dix ans de prison Ă  la suite de l´attaque de la poste d´Oran pour financer les activitĂ©s de l´OS, organisation crĂ©Ă©e par Mohamed Belouizdad et dont il Ă©tait l´un des militants en vue.
Larbi Ben M´hidi est nĂ© en 1923 prĂšs d´AĂŻn M´lila (Constantine). Il commence son activitĂ© militante au sein des Amis du manifeste fondĂ© par Ferhat Abbas. Mais il quittera ce parti qui regroupe les couches moyennes et des Ă©lites citadines de l´Ă©poque et participe aux manifestations du 8 mai 1845. ArrĂȘtĂ© et incarcĂ©rĂ© Ă  Constantine, il adhĂ©rera aprĂšs sa libĂ©ration au MTLD et Ă  l´OS. Lorsque l´OS est dĂ©mantelĂ©e en 1950, Ben M´hidi Ă©chappe Ă  l´arrestation, et sera lui aussi condamnĂ© par contumace Ă  10 ans de prison. Didouche Mourad est nĂ© le 15 juillet 1927 Ă  Alger. AprĂšs des Ă©tudes entamĂ©es Ă  Alger et achevĂ©es Ă  Constantine, il est employĂ© aux chemins de fer. C´est au sein du Mouvement des scouts algĂ©riens que sa sensibilitĂ© de militant s´aiguisera. Il participera mĂȘme Ă  la crĂ©ation d´un club sportif d´Alger (le Rama).

Sa part d´hĂ©ritage servira Ă  alimenter les caisses du CRUA. TrĂšs tĂŽt, c´est-Ă -dire dĂšs 1943, il adhĂ©rera au PPA, puis participera aux manifestations du 8 mai 1945, avant de rejoindre l´OS. On raconte qu´arrĂȘtĂ© au cours d´une rĂ©union du MTLD, il rĂ©ussira Ă  fausser compagnie aux inspecteurs de police qui le menaient au commissariat. AprĂšs avoir renforcĂ© les structures du MTLD Ă  Oran au dĂ©but des annĂ©es cinquante, il sera envoyĂ© auprĂšs de l´Ă©migration en France oĂč il se distinguera par un travail d´agitation remarquable.

Krim Belkacem est nĂ© au douar AĂŻt Yahia, prĂšs de DraĂą El-Mizan. La Seconde Guerre mondiale le verra s´engager aux cĂŽtĂ©s de la France contre les armĂ©es de l´Allemagne hitlĂ©rienne. Puis il adhĂšre au PPA, et au dĂ©but de l´annĂ©e 1946, il crĂ©e de nombreuses cellules du MTLD, nouvellement crĂ©Ă©, dans les douars environnants de DraĂą El-Mizan. GrĂące Ă  son militantisme, il arrive Ă  rallier la population Ă  sa cause et prĂ©sente de nombreux candidats MTLD aux Ă©lections de 1946 ; mais le scrutin sera truquĂ© et les autoritĂ©s coloniales le condamnent par contumace aux travaux forcĂ©s. DĂ©signĂ© comme responsable du MTLD pour toute la rĂ©gion de la Kabylie, il rencontre Ă  Alger, en juin 1954, Ben BoulaĂŻd, puis Boudiaf et Didouche qui lui demandent de quitter Messali et de se joindre Ă  eux au sein du CRUA. AĂŻt Ahmed lui est nĂ© le 20 aoĂ»t 1926 Ă  AĂŻn El Hammam, en Grande Kabylie. Fils de caĂŻd, il militera au sein du PPA-MTLD et assumera de grandes responsabilitĂ©s Ă  la tĂȘte de l´OS, oĂč il prĂ©pare activement la lutte armĂ©e. Mais il perdra son poste en 1949 lorsque se posera ce qu´on appellera la question berbĂšre et de la dĂ©mocratie au sein du PPA-MTLD. Il adoptera, pourtant, une attitude modĂ©rĂ©e pour prĂ©server l´unitĂ© des rangs. Ahmed Ben Bella est nĂ© le 25 dĂ©cembre 1916 Ă  Maghnia. AprĂšs des Ă©tudes secondaires Ă  Tlemcen, il effectua son service militaire en 1937. MarquĂ© par les Ă©vĂ©nements du 8 mai 1945, il adhĂšre au PPA-MTLD et se fait Ă©lire conseiller municipal de sa ville. Responsable de l´Organisation spĂ©ciale (OS), il participe Ă  l´attaque de la poste d´Oran en 1949, en compagnie de Hocine AĂŻt Ahmed et de Rabah Bitat. Il sera arrĂȘtĂ© en 1950 et condamnĂ© Ă  7 ans de prison, d´oĂč il s´Ă©vade pour rejoindre le Caire.

Quant Ă  Mohamed Khider, il a rĂ©pondu prĂ©sent Ă  tous les rendez-vous du nationalisme algĂ©rien. NĂ© Ă  Biskra en 1912, cet autodidacte a, d´abord, travaillĂ© dans une fabrique de tabac avant de rejoindre le PPA puis le PPA-MTLD en 1946. Il passera une grande partie de sa vie dans les geĂŽles coloniales, puisqu´il sera incarcĂ©rĂ© en 1939, puis aprĂšs les Ă©vĂ©nements de mai 1945. Il participe Ă  la rĂ©daction du journal AlgĂ©rie Libre avant de se faire Ă©lire dĂ©putĂ© d´Alger sur les listes du MTLD, dont il devient le chef de la reprĂ©sentation Ă  l´Ă©tranger.

Tels sont, succinctement, les portraits des neufs chefs historiques dĂ©signĂ©s Ă  la rĂ©union des 22 en ce 24 juin 1954. Certains sont prĂ©sents Ă  la rĂ©union, comme Boudiaf, Ben BoulaĂŻd, Didouche, Ben M´hidi, Bitat d´autres sont absents, comme Krim, Ben Bella, AĂŻt Ahmed, Khider, mais tous assumeront leur rĂŽle devant l´Histoire. C´est cette poignĂ©e d´hommes, tous Ă  la fleur de l´Ăąge, aguerris, formĂ©s aux conditions de la lutte clandestine et de la rĂ©sistance, habituĂ©s Ă  la rĂ©pression, aux mensonges et aux louvoiements de la puissance coloniale, mais aussi fatiguĂ©s par les divisions au sein du PPA-MTLD, qui vont prendre les seules dĂ©cisions qui s´imposent, celles qui vont permettre de libĂ©rer la patrie du joug colonial, mais aussi de changer la face du monde. AprĂšs cette rencontre des 22 Ă  Clos-Salembier, il y en aura une autre en octobre, qui avalise la crĂ©ation du FLN et fixera la date du dĂ©clenchement de la lutte armĂ©e au 1er Novembre 1954. L´histoire retiendra son souffle.



Par Ahmed BEN-ALAM – In L’Expression du mardi 26 Octobre 2004


Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->