Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Nafissa Hamoud la deuxiÚme femme médecin Algérienne

La RĂ©daction

Nafissa Hamoud est nĂ©e dans une grande famille AlgĂ©roise. Son pĂšre Hamdane Hamoud Ă©tait grand Muphti d’Alger, et son oncle Boualem Ă©tait un industriel respectĂ©, il fait dĂ©sormais partie du patrimoine national (les boissons Hamoud Boualem), ce dernier fut l’un des tous premiers notables algĂ©riens Ă  avoir financĂ© le FLN.
Nafissa grandit dans le confort et le bien ĂȘtre, elle fit de brillantes Ă©tudes et devint la deuxiĂšme femme AlgĂ©rienne mĂ©decin sous l’Etat colonial Français.
En 1944, elle fait parti des premiers noyaux d’Ă©tudiantes encor peu nombreuses Ă  cette Ă©poque, de l’Association des Etudiants Musulmans d’Afrique du Nord (AEMAN). Elle participe Ă  la manifestation du 1er mai 1945 Ă  Alger et ce moment marque son engagement dĂ©finitif dans la lutte anticoloniale.
En 1947, elle est vice-prĂ©sidente Ă  l’AEMAN, et en juillet 1947 elle est Ă©lue secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de l’Association des Femmes Musulmanes AlgĂ©riennes (AFMA).
En 1950, Nafissa Hamoud prend contact avec la FĂ©dĂ©ration Internationale des Femmes (FIF) en vue de cĂ©lĂ©brer pour la premiĂšre fois en AlgĂ©rie, la fĂȘte du 8 mars.
A sa maturité, elle adhÚre au PPA-MTLD et active dans la clandestinité. Son cabinet médical ouvert en 1953 situé à la rue de la Lyre (actuellement rue Bouzrina) servait de planque à Abane Ramdane et Benyoucef Ben Khedda, dont elle était trÚs proche de leurs épouses.
Quand les services Français dĂ©couvrent ses activitĂ©s en 1955, elle rejoint les maquis de la wilaya 3 (Kabylie) oĂč elle est nommĂ©e mĂ©decin-chef. Elle Ă©pouse au maquis le Docteur Laliam, qui lui succĂšdera en qualitĂ© de mĂ©decin-chef de la wilaya III.
Le 26 Novembre 1957 Nafissa est arrĂȘtĂ©e Ă  Bordj Bou Arreridj avec son Ă©poux le docteur Mustapha Laliam, et Djamila Amrane , elle a assistĂ©e Ă  l’horrible exĂ©cution du docteur Belhocine , Oukmalou Arezki et Raymonde Peschard tous blessĂ©s et achevĂ©s.
Elle connut la prison d’El Harrach, de Serkadji et d’Oran avant d’ĂȘtre transfĂ©rĂ©e dans un couvent, prĂšs de Nantes en France. Nefissa Hamoud, fut Ă©changĂ©e par l'intermĂ©diaire de la CRI (Croix Rouge Internationale) et du CRA (Croissant Rouge AlgĂ©rien) avec un prisonnier français. AprĂšs de multiples pĂ©ripĂ©ties elle put rejoindre la Suisse et participer aussi Ă  cette bataille de l'extĂ©rieur. Elle s’installe Ă  GenĂšve et reprit ses Ă©tudes universitaires.
A l’indĂ©pendance, elle rentre au pays et exerce son mĂ©tier au service gynĂ©cologie de l’hĂŽpital Parnet.
Nafissa Hamoud-Laliam Ă  fait un bref passage comme ministre de la santĂ© en 1991, elle a gĂ©rĂ©e son dĂ©partement en instaurant une discipline de fer, une discipline digne de la combattante de l’ALN qu’elle fut.
Elle dĂ©cĂšde en 2002, l’hĂŽpital Parnet de Hussein Dey (Alger) devenu CHU est rebaptisĂ© en mars 2003 au nom de l'Ă©minente pĂ©diatre et gynĂ©cologue « Professeur Nafissa Hamoud ».

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->