Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Martin HEIDEGGER sur les temps modernes

La RĂ©daction


 «Nietzsche a posĂ© la question fondamentale des temps modernes lorsqu'il s'est interrogĂ© sur le Surhomme. Il a reconnu la venue du temps oĂč l'homme s'apprĂȘte Ă  Ă©tendre sa domination sur toute la Terre, et il se demande s'il est digne d'une telle mission, ou si son essence ne doit pas ĂȘtre elle-mĂȘme transformĂ©e.

A cette question, Nietzsche a répondu :

 "L'homme est quelque chose qui doit se dĂ©passer, devenir le Surhomme. »

Nietzsche Ă©crivait, en 1886 : "Nous jouons la carte vĂ©ritĂ© ... L'humanitĂ© en mourra peut-ĂȘtre. Eh bien, soit !".


La science est en train d'étendre sa puissance à la Terre entiÚre. Mais la science ne pense pas. Car sa démarche et ses moyens sont tels qu'elle ne peut pas penser.

Ce n'est qu'en tant qu'elle ne pense pas que la science peut s'établir et progresser dans ses domaines de recherches mais la science ne peut rien sans la pensée. Et comme je l'ai répété dans mon enseignement : la chose la plus importante à notre époque, c'est que nous ne pensons pas encore vraiment.

Peut-ĂȘtre que, depuis des siĂšcles, l'homme a trop agi et pensĂ© trop peu.

Dans un monde qui nous donne toujours davantage à penser, la pensée n'existe toujours pas. Le plus ancien de la pensée est derriÚre nous et cependant survient.

Nous venons trop tard pour les dieux et trop tĂŽt pour l'Être. 

Marcuse reconnaßt, par exemple, que la technique moderne n'est pas une simple accumulation de machines, mais un ordre planétaire. Que l'homme y est actuellement livré bien plus qu'il ne le domine en réalité.

Et la question que Marcuse pose est celle du destin de l'homme au sein de cette domination.


La technique est pour lui une forme d'existence mondiale qui fait de toute vie un asservissement au labeur.


J'ai Ă©crit, dans le mĂȘme sens, que le totalitarisme n'Ă©tait pas une simple forme de gouvernement, mais bien plus la consĂ©quence de cette domination effrĂ©nĂ©e de la technique.


L'homme est aujourd'hui livré au vertige de ses fabrications. (...)


En ce qui concerne l'avenir, je mets plus d'espoir dans le socialisme que dans l’amĂ©ricanisme. (...)


La pensée est toujours un peu solitude. DÚs qu'on l'engage, elle peut dévier. J'en sais quelque chose. Je l'ai appris en 1933 lors de mon rectorat, dans un moment tragique de l'histoire allemande. Je me suis trompé. (...)

Et vous connaissez la parole de ValĂ©ry : "Quand on ne peut pas attaquer une pensĂ©e, on attaque le penseur." »


Martin HEIDEGGER, interviewĂ© en 1969 dans L’Express.

🔔Soutenez-nous sur Tipeehttps://fr.tipeee.com/elmesmar đŸ€—đŸ€—

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->