Notre petite revue, gratuite et indĂ©pendante, fait du bruit grĂące Ă  vous ! Soutenez-nous, car mĂȘme les petites Ă©tincelles peuvent allumer de grandes idĂ©es🚀 Soutenir!

Le Pen, Fillon... J'ai infiltré incognito les équipes de 5 candidats à la présidentielle

La RĂ©daction
Le Pen, Fillon... J'ai infiltré incognito les équipes de 5 candidats à la présidentielle

LE PLUS. Depuis deux mois, Kokopello (pseudonyme) a infiltrĂ© incognito les Ă©quipes militantes de cinq candidats Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle : François Fillon, Emmanuel Macron, BenoĂźt Hamon, Jean-Luc MĂ©lenchon et Marine Le Pen. Il n’a jamais militĂ© ou Ă©tĂ© encartĂ©. Son objectif : comprendre pourquoi on s’engage dans le militantisme. Environ six fois par semaine, il tracte, colle des affiches, participe Ă  des rĂ©unions… Un passe-temps instructif, chronophage, lĂ©gĂšrement schizophrĂšne, qu’il croque en dessins.
propos recueilli par  Louise Auvitu
"Comment fonctionne la politique ?", "À quoi ressemble une campagne prĂ©sidentielle ?", voici les questions que je me suis posĂ©es Ă  la veille de cette annĂ©e d’Ă©lections. Nous Ă©tions fin septembre 2016, la campagne commençait Ă  se profiler et j’avais envie, Ă  ma maniĂšre, d’en connaĂźtre les dessous.

 J’avais toujours Ă©tĂ© mĂ©dusĂ© de voir, les soirs de campagne, des centaines de militants pleurer toutes les larmes de leur corps quand leur candidat perdait, ou s’extasier quand il gagnait. Comment pouvait-on ĂȘtre autant touchĂ© par le sort d’un homme politique ?

 Mon aventure a dĂ©butĂ© avec Montebourg

 Mon aventure a dĂ©butĂ© dĂšs la fin du mois de septembre avec l’Ă©quipe d’Arnaud Montebourg, pour les primaires de la gauche. Si je l’ai fait, c’est aussi parce que mes convictions penchaient plus Ă  gauche et que je soutenais, sans grande conviction, le candidat.

 J’avais dĂ©jĂ  cette idĂ©e de noter tout ce qui se passait autour de moi. Le tractage, les cafĂ©s-dĂ©bats, un comitĂ© de campagne… Je dĂ©couvrais l’emploi du temps d’un militant lambda.

Je me souviens d’une fois oĂč nous devions tous nous retrouver au QG de campagne d’Arnaud Montebourg sauf que le matin mĂȘme, nous avions rĂ©alisĂ© que personne n’avait les clĂ©s. Sans autre possibilitĂ© : on a squattĂ© le cafĂ© du coin. Tout le monde Ă©tait au tĂ©lĂ©phone, il y avait un brouhaha incroyable, et Ă  cĂŽtĂ©, en bruit de fond, un habituĂ© du coin avinĂ© qui n’arrĂȘtait pas de nous dire que notre candidat Ă©tait "merdique". La scĂšne Ă©tait totalement improbable.

 En vivant ce genre d’expĂ©riences un peu cocasses, je me suis dit qu’il fallait les partager en mettant Ă  disposition du public des planches que j’ai moi-mĂȘme dessinĂ©es et sur lesquelles je raconte toutes ces petites anecdotes.

Fausses identités et look passe-partout
Je me suis pris au jeu des primaires. Je commençais Ă  bien connaĂźtre les autres militants, j’allais boire des verres avec eux, on sympathisait.

 Et puis, au bout de quelques semaines, j’ai commencĂ© Ă  y croire. Et si je participais Ă  quelque chose d’important ? À l’annonce de la dĂ©faite d’Arnaud Montebourg, j’ai Ă©tĂ© déçu. Oui, j’Ă©tais triste. Triste surtout pour l’ensemble des militants qui avaient jouĂ© le jeu Ă  200%. Les gens pleuraient, et, pour la premiĂšre fois de ma vie, je les comprenais.

Une fois la dĂ©ception passĂ©e, je me suis dit qu’il fallait que j’observe comment cela fonctionnait chez les autres candidats. À ce moment-lĂ , je n’Ă©tais convaincu par aucun d’entre eux.
Il faut savoir que pour chaque parti, je me suis crĂ©Ă© de fausses identitĂ©s, des comptes Facebook et Twitter inventĂ©s de toutes piĂšces, pour Ă©viter de me faire griller. Je ne suis pas le seul Ă  vouloir conserver mon anonymat. Ça peut paraĂźtre idiot, mais mon physique a aussi Ă©tĂ© un avantage. Je ne suis ni trop jeune, ni trop vieux. Je n’ai pas d’accent, j’ai un look passe-partout.




Il m’est arrivĂ© d’avoir peur qu’on me reconnaisse. C’est notamment le cas lors de grande mobilisation. J’essaye de cacher les tracts que je tiens au cas oĂč et je ne porte aucun t-shirt Ă  l’effigie des candidats pour toujours rester discret. Je n’ai Ă©tĂ© grillĂ© qu’une seule fois, j’ai expliquĂ© ma dĂ©marche et la personne a Ă©tĂ© comprĂ©hensive.Pas facile d’infiltrer les Ă©quipes de Fillon et Le Pen

L’important pour intĂ©grer une Ă©quipe de militants, c’est d’avoir les bons contacts, de montrer patte blanche. À partir du moment oĂč vous ĂȘtes dans la "boucle mails", c’est bon. C’est un milieu essentiellement masculin. J’ai croisĂ© peu de femmes.

Infiltrer les Ă©quipes militantes du Front de Gauche et de En Marche a Ă©tĂ© relativement simple. Il m’a suffi de me connecter sur leurs sites internet, d’aller sur la carte de France affichant tous les comitĂ©s, d’en sĂ©lectionner un, puis de cliquer "je rejoins". J’ai eu des rĂ©ponses positives quasi-immĂ©diates.

 Chez BenoĂźt Hamon, ça a Ă©tĂ© un jeu d’enfant, car j’avais conservĂ© quelques contacts de ma campagne pour Arnaud Montebourg et certains avaient changĂ© leur fusil d’Ă©paule.

Pour François Fillon, la dĂ©marche a Ă©tĂ© quelque peu diffĂ©rente dans la mesure oĂč j’ai essayĂ© aussi de passer par leur site, mais je n’avais aucune rĂ©ponse. Je suis donc passĂ© par l’intermĂ©diaire d’une collĂšgue Ă©loignĂ©e, contactĂ©e par le biais d’un rĂ©seau social.

Mais le plus compliquĂ© a certainement Ă©tĂ© d’intĂ©grer l’Ă©quipe FN. J’ai envoyĂ© des emails en passant par tous les sites possibles, mais, lĂ  aussi, je n’ai pas eu de rĂ©ponse. Et finalement, j’ai rĂ©ussi via Facebook.

Il faut ĂȘtre totalement schizophrĂšne pour faire ça

Être militant, ça consiste Ă  faire plusieurs actions. Elles se dĂ©roulent soit trĂšs tĂŽt le matin entre 8 et 10 heures, soit le soir Ă  partir de 18 heures. J’en fais cinq Ă  six par semaine.

 En rĂšgle gĂ©nĂ©rale, je suis informĂ© par le biais d’e-mails, voire de discussions Whatsapp ou Telegram. Dans ce fil de discussion, les militants partagent aussi des sondages – toujours favorables Ă  leur candidat – et ne se gĂȘnent pas pour critiquer les interventions des uns et des autres.

Je suis dans la vie active, et je peux vous dire que c’est trĂšs chronophage, mais pas impossible. J’arrive donc Ă  jongler sans trop de soucis entre deux actions. Il m’est arrivĂ© de tracter pour MĂ©lenchon le matin, et Fillon le soir. Mes planches, je les dessine essentiellement la nuit, car c’est le seul crĂ©neau libre de mes journĂ©es.


Tracter le matin pour MĂ©lenchon, le soir pour Fillon. (Kokopello)

C’est certain qu’il faut ĂȘtre totalement schizophrĂšne pour faire ça.
"Je vous invite Ă  aller consulter son site"
Pour Ă©viter tout risque, j’ai choisi d’intĂ©grer des secteurs plutĂŽt Ă©loignĂ©s et je participe Ă  des actions seulement quand je sais que je ne ferai pas de faire de malencontreuses rencontres.

Parmi les actions, il y a le tractage dans la rue. On se donne un rendez-vous dans des lieux stratĂ©giques (Ă  la sortie des mĂ©tros, sur les marchĂ©s), en tenant compte aussi des arrondissements. Chaque Ă©quipe marque son territoire. Les militants ont bien conscience que ce n’est pas toujours trĂšs prolifique, mais c’est un moyen de montrer qu’ils sont prĂ©sents
.
Pour Ă©viter d'ĂȘtre dĂ©masquĂ©, il faut choisir des quartiers diffĂ©rents. (Kokopello)

Il y a aussi la participation aux comitĂ©s de campagne. On discute de la situation politique, on parle de nos craintes, on planifie les actions Ă  venir et on pose pas mal de questions sur le programme, notamment chez Macron. Certains militants s’interrogent aussi sur les rĂ©ponses qu’ils doivent fournir lors de certaines situations.
Par exemple, des passants lui reprochent de ne pas avoir un programme clair. On doit leur rĂ©pondre : "Si, je vous invite Ă  aller consulter son site". Passer d’un comitĂ© Ă  un autre demande une certaine gymnastique, mais j’ai trouvĂ© la parade : reprendre les grandes idĂ©es vĂ©hiculĂ©es dans les mĂ©dias et ne jamais aller en profondeur.
Et puis, il y a aussi les cafĂ©s-dĂ©bats oĂč l’idĂ©e est aussi de faire venir de nouvelles personnes. Ce qui est gĂ©nial, c’est que dans tous les comitĂ©s, tous partis confondus, on me dit :
"Si tu as une idĂ©e, n’hĂ©sites pas Ă  la faire partager, elle remontera et pourra peut-ĂȘtre ĂȘtre rĂ©utilisĂ©e. Tu sais, on est le seul parti Ă  fonctionner ainsi."

C’est faux ! Ils disent la mĂȘme chose. An revanche, voici quelques spĂ©cificitĂ©s de chaque Ă©quipe militante.
1. Jean-Luc MĂ©lenchon : un joyeux bordel participatif
C’est le seul parti oĂč il y a une vraie application du participatif. Vous pouvez ĂȘtre nouveau et avoir des tĂąches importantes Ă  rĂ©aliser. Chacun apporte sa piĂšce Ă  l’Ă©difice. Par exemple, pour le meeting avec un hologramme, j’ai pu sans la moindre difficultĂ© ĂȘtre intĂ©grĂ© comme "bĂ©nĂ©vole organisateur".
Par contre, le mode de fonctionnement manque de coordination. Il m’est arrivĂ© de participer Ă  un collage d’affiches dans un coin de Paris – ce sont les plus actifs au niveau du collage –, de retrouver des militants et de rĂ©aliser une fois sur place qu’une autre Ă©quipe Ă©tait passĂ©e la veille sans que personne ne soit informĂ©.
Ambiance prĂ©-Ă©lection : revigorĂ©s par les sondages, les militants croient aussi aux « votes cachĂ©s » liĂ©s Ă  la popularitĂ© sur les rĂ©seaux sociaux du candidat.

 2. BenoĂźt Hamon : victoire des primaires, puis dĂ©ception
Au début, les militants étaient mobilisés. Grùce à la primaire de la gauche, Benoßt Hamon avait été élu comme le représentant de son parti : il était celui vers lequel tous les socialistes devaient se tourner.



Le souci, c’est qu’aujourd’hui − entre les sondages et les trahisons −, certains militants n’y croient plus et quelques-uns envisagent de rejoindre les rangs de MĂ©lenchon. La semaine derniĂšre, lors d’un tractage, une passante a acceptĂ© de prendre mon papier, elle m’a regardĂ© dans les yeux, puis m’a dit : "Vous savez, je vote Ă  droite mais je vous le prends quand mĂȘme. Courage !". Beaucoup me disent : "C’est le seul que je voyais prĂ©sident, mais lĂ , c’est foutu".

3. Emmanuel Macron : un melting-pot, mais un programme flou
LĂ -bas, j’ai croisĂ© quelques anciens de l’UDI, du Modem et beaucoup de déçus du Parti socialiste. L’avantage, c’est qu’ils connaissent un peu les rouages de la politique. À chaque email, il y en a toujours un pour dire : "Ah, c’est bien plus joli que ce qu’on faisait." C’est un vrai melting-pot et beaucoup d’idĂ©es fusent.


LĂ  oĂč ça pĂȘche, c’est le programme. J’avoue qu’il a Ă©tĂ© trĂšs compliquĂ© pour les militants de commencer le tractage alors que nous ne savions rien du programme. À chaque fois, il fallait faire une pirouette et c’est toujours le cas. Si un passant nous dit qu’Emmanuel Macron est de droite, on lui rĂ©pond qu’il est aussi de gauche, et vice-versa. On joue systĂ©matiquement sur cette ambiguĂŻtĂ©.

 Ambiance prĂ©-Ă©lection : les militants croient que leur candidat passera au second tour.
4. François Fillon : envers et contre tous
La loyautĂ© et l’honneur jusqu’au bout, voici ce qui pousse les militants Ă  soutenir François Fillon. Ce n’est pas qu’une question de parti. MalgrĂ© ses nombreuses affaires, le candidat pourrait dire une Ă©normitĂ© ou faire un nouveau faux-pas, ses militants lui resteront fidĂšles jusqu’au bout. Le dĂ©faitisme n’existe pas. D’ailleurs, ce n’est pas un sujet qu’on aborde lors des rĂ©unions.


AprĂšs, je peux vous dire que certains politiques du parti Les RĂ©publicains ont souhaitĂ© mettre Fillon hors course. Le problĂšme, c’est que les militants ne l’envisageaient absolument pas. Beaucoup de personnes du parti regrettent amĂšrement la primaire et ont le sentiment de s’ĂȘtre faits piĂ©ger.
Ambiance prĂ©-Ă©lection : malgrĂ© les casseroles, les militants sont loyaux et iront jusqu’au bout.

 5. Marine Le Pen : se prĂ©parer Ă  la riposte sans assumer

 C’est certainement la mission d’infiltration qui a Ă©tĂ© la plus difficile. Le Front national a cette particularitĂ© d’avoir un seul comitĂ© dĂ©partemental Ă  Paris, et il est extrĂȘmement cloisonnĂ©.

Quand j’ai franchi le local avec des vitres peintes en blanc, j’ai eu vraiment peur. Au final, les militants ont Ă©tĂ© plutĂŽt accueillants. Lors des rĂ©unions, on parle trĂšs peu de l’actualitĂ©, mais on nous forme beaucoup ! Cours de media-training, connaĂźtre les faiblesses de chaque candidat… nous sommes prĂ©parĂ©s Ă  la riposte. Il y a souvent des Ă©quipes de journalistes qui viennent filmer ces rencontres. À chaque fois, l’assemblĂ©e se scinde en deux car certaines personnes souhaitent conserver leur anonymat. Contrairement Ă  ce que le FN laisse croire, les militants n’assument pas toujours leur position politique.
Ambiance prĂ©-Ă©lection : les militants croient qu’elle peut ĂȘtre prĂ©sidente.

J’ai appris la bienveillance
En deux mois d’immersion, j’ai dĂ©veloppĂ© une certaine bienveillance Ă  l’Ă©gard de tous ces militants et acquis une vraie ouverture d’esprit. Aujourd’hui, quand je me retrouve face Ă  des personnes qui ont des convictions politiques diamĂ©tralement diffĂ©rentes des miennes, je suis ouvert Ă  la discussion.
Mon but, ce n’est absolument pas de critiquer les militants, car je respecte le fait qu’ils croient en leurs idĂ©es. Non, la politique n’est pas l’univers pourri de l’intĂ©rieur que l’on pourrait s’imaginer.
Pour le moment, je suis comme une grande partie des Français, je suis toujours dans le doute, mais il faut dire que j’essaye de ne pas me poser la question pour Ă©viter de perdre de vue ma mission.

J’ai envisagĂ© d’aller voir un peu ce qui se passait auprĂšs des petits candidats, mais je n’ai malheureusement pas le temps.

Ma dĂ©marche se terminera au second tour des Ă©lections prĂ©sidentielles et j’espĂšre sincĂšrement que je pourrais arriver au bout. Je sais qu’un jour ma couverture sera rĂ©vĂ©lĂ©e, mais je ne crains pas les reprĂ©sailles. Tout ce qui m’inquiĂšte, c’est de dĂ©cevoir tous ces militants avec qui j’ai sympathisĂ© et qui m’ont fait confiance. J’espĂšre qu’ils comprendront.

Propos recueillis par Louise Auvitu

Getting Info...

Enregistrer un commentaire

Consentement Cookie
Nous utilisons des cookies đŸȘ sur ce site pour analyser le trafic, mĂ©moriser vos prĂ©fĂ©rences et optimiser votre expĂ©rience.
Oops!
It seems there is something wrong with your internet connection. Please connect to the internet and start browsing again.
AdBlock Detected!
Salut super-hĂ©ros de la navigation ! 🚀 On a dĂ©tectĂ© ton super-pouvoir anti-pubs, mais notre site a besoin de tes super-pouvoirs pour briller. 🌟 Peux-tu le mettre sur la liste blanche de ton plugin ? Ensemble, on sauve l'internet ! đŸŒđŸ’„ Merci, hĂ©ros ! 🙌 #TeamAwesome
Site is Blocked
Oops ! DĂ©solĂ© ! Ce site n'est pas disponible dans votre pays. 🌍😔
-->